Désolé

J'ai fini l'écriture du premier épisode de "Jarwal le lutin" et le manuscrit est parti chez les éditeurs.

 

Je m'attelle à l'écriture du deuxième tome.

 

Une frénésie d'écriture.

 

Voilà le synopsis du premier.

SYNOPSIS.

 

Marine (12 ans), Rémi (10 ans) et Léo (8 ans) sont trois enfants amoureux de la nature. Leurs parents les ont emmenés en montagne depuis leur plus jeune âge.

Marine, organisatrice et chef incontesté du trio est leur guide, celle qui connaît tous les mystères de la forêt, les lieux enchantés, les chemins secrets, celle qui sait identifier les êtres magiques et communiquer avec eux dans des langues inconnues. Sa chambre regorge de livres.

Alors qu'ils sont partis tous les trois en montagne, Jarwal le lutin se présente à eux comme le Gardien du Livre du Petit Peuple. Il explique que le Livre s'efface sous le pouvoir maléfique du Progrès. Les enfants ne lisent plus et les compagnons de vie de Jarwal tombent dans l'Oubli. Le lutin doit trouver des enfants capables d'écouter puis de transmettre la mémoire du monde pour que ses compagnons reprennent vie. Les trois enfants ont été désignés par le conseil des Sages comme les Elus.

Les trois enfants acceptent cette mission et écoutent la première histoire du Livre, celle dans laquelle apparaît Jackmor, un esprit manipulateur, la voie néfaste du Progrès. Jackmor se sert du talent des enfants et du savoir des livres pour accroître son pouvoir sur les hommes. Il emprisonne des enfants minutieusement choisis et vide leurs esprits.

Jarwal entre en lutte contre cette incarnation du Mal.

Il veut sauver les enfants…

 

 Cette première rencontre entre Jarwal et Jackmor a eu lieu en 1265. La vie de Jarwal est extensible, il vit dans l'esprit des hommes.

La deuxième confrontation aura lieu en Colombie, en 1550, à l'époque des Conquistadors, une autre dérive du Progrès lorsqu'il est associé à la puissance, à l'avidité, au pouvoir. Jarwal va être contacté par un chaman du peuple des Kogis.

 

Pour l'instant, je lis, lis, lis...Je mets en place le scénario. J'établis les thèmes que je veux développer, les extensions vers le monde contemporain.

L'objectif de cette série de romans sera de présenter quelques évènements majeurs dans l'histoire de l'humanité afin d'identifier les dérives des hommes dans le domaine du Progrès.

Les conquistadors construisaient de remarquables navires à cette époque. Ils connaissaient les armes à feu et les armures. Ils maniaient avec dextérité la manipulation des masses. Ils étaient soutenus par l'Eglise. Un exemple de choix...Toujours d'actualité.

 

En raison de ce travail, je laisse le blog en stand by et cette période de silence risque de durer un temps certain. J'en suis désolé mais je ne peux pas faire autrement. Entre la famille, la classe, la montagne et l'écriture, il me reste quelques heures de sommeil...

 

Bonne continuation à toutes et tous.

Une belle phrase pour finir. Offerte par Françoise, une amie très chère.

"Le bonheur est une trajectoire, pas une destination."

Commentaires (3)

Thierry
  • 1. Thierry | 09/01/2011
Merci Max pour ces commentaires très utiles. Effectivement, la manipulation de smasses n'avaient pas la même forme que celle d'aujourd'hui mais ça m'intéresse justement d'en voir l'évolution. L'Eglise a eu un rôle précurseur dans le domaine. Et elle le tient encore dan scertaines parties du monde. En Occident, ça nous a passé...Mais on peut voir dans l'organisation de l'Eglise une élaboration d'un système qui sera repris sous diverses formes et considérablement élargi. Les Conquistadors ont eu aussi leur lot de "meneurs". Pizzaro ou Cortes ne se sont pas privés. Je m'intéresse à Barthélémy de Las Casas, un prêtre franciscain qui a protégé les peuples indigènes. J'apprends plein de choses, c'est chouette. J'en ai parlé avec mes enfants et eux me disaient que rien qu'en restant dans cette optique de colonisation, je pourrais écrire un paquet d'histoires jusqu'à nos jours. Y'a qu'à voir les Chinois en Afrique ou les Ricains en Irak...C'est malheureusement vrai...J'ai lu d'ailleurs ce matin un article qui parlait de la guerre "des terres rares", celles qui contiennent les molybdum, palladium et autres minéraux qui nourriront toute la technologie à venir...On n'a pas fini de voir des Conquistadors...De mon côté, il ne faut pas que j'oublie que je veux écrire cette fois pour les enfants...Difficile de lier les deux exigences : la réflexion et le plaisir.
Max
  • 2. Max | 09/01/2011
L'idée directrice promet la richesse. Tu prends ton élan sur des thèmes qui pourront effectivement te porter loin, très loin. Les conquistadors !...
Il y a juste une chose dont je ne suis pas certain : eux ne maniaient pas avec dextérité la manipulation des masses. A l'époque, les sociétés vivaient morcelées, à plat, sans connaître même l'existence du voisin. La conscience des "petites gens", quasi-totalité du peuple, se limitait à ce qu'assénait l'Eglise. Alors elle, pour le coup, menait les aveugles presque où elle voulait. Quant à l'isolé conquistador, son rôle se limitait à franchir les vagues et porter le drapeau en face. Même si, en ouvrant les grilles de la Terre, il renversait sans le savoir les pôles de puissance à venir...
charlotte
  • 3. charlotte | 09/01/2011
Très joli phrase en effet !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau