Glyphosate : plainte d'un cabinet d'avocats

Glyphosate : lancement d'une plainte pénale nationale et d'une campagne d'analyses de contamination des citoyens.
 

Lancement d’une plainte pénale nationale et d’une campagne d’analyses sur la contamination des citoyens par le glyphosate.

A l’occasion de la défense de plusieurs militants faucheurs volontaires devant le Tribunal correctionnel de Foix en août 2017, nous avions émis l’idée que tous les « prévenus » ainsi que les avocats se soumettent à un test de dépistage de la présence de glyphosate dans notre organisme. L’idée était de faire prendre conscience aux magistrats que nous sommes tous contaminés et que le danger est bien réel. J’ai même lors de l’audience proposé au Président du Tribunal de se soumettre à une analyse comme les prévenus et avocats.

Celà a très bien fonctionné et peut être même trop bien fonctionné puisqu’il est apparu que tous les prévenus étaient contaminés, que je suis contaminé et que ma compagne qui travaille avec moi est contaminée bien au delà des seuils admissibles dans l’eau potable. Pourtant, nous n’utilisons pas de glyphosate, nous tentons de manger sainement, nous buvons l’eau du robinet sensée être potable, nous ne sommes pas particulièrement exposés. Depuis cette annonce en août 2017, la surprise et la colère ne sont pas retombées.

Nous avons soulevé une question préjudicielle devant la Cour européenne pour contester ces réglementations européennes qui ne nous protègent pas suffisamment et le procureur comme le Tribunal correctionnel de Foix nous ont suivi. La Cour Européenne saisie par le Tribunal correctionnel de Foix rendra une décision dans les mois qui viennent, on parle d’interdiction du glyphosate dans trois ans (depuis déjà un an !). Le glyphosate a été déclaré molécule probablement cancérigène par le  CIRC dépendant de l’OMS depuis le 20 mars 2015. L’administration et la justice prennent leur temps.  Le glyphosate est probablement l’arbre qui cache la forêt (produits commercialisés jusqu’à 1000 fois plus toxiques que le principe déclaré actif, coformulants non pris en compte, principes actifs non déclarés, analyses insuffisantes…). Les politiques et les Etats membres devant la Cour Européenne estiment que la réglementation est parfaite comme à chaque scandale sanitaire. Pourtant le fait demeure que nous sommes largement contaminés par une molécule classée probablement cancérigène.

Le Cabinet décide aujourd’hui de poursuivre son action.

Je vais proposer dès demain à tous les membres du cabinet (nous sommes 7) de se soumettre si ils le souhaitent à une analyse de contamination.

Nous allons également très largement soutenir l’action nationale de dépistage de contamination et de plainte pénale pour mise en danger de la vie d’autrui diligentée par les faucheurs volontaires et à laquelle nous collaborons. L’action va consister en l’organisation par toute personne qui le souhaite de prélèvements d’urine envoyés pour analyse à un laboratoire. L’action collective permettra de diminuer le coût et chacun pourra savoir s’il est contaminé. S’en suivra le cas échéant le dépôt d’une plainte pénale nationale. Les premières plaintes pénales seront déposées dès le 15 juin. Les personnes contaminées pourront se joindre à cette action.

Pour toute information ou pour vous inscrire, n’hésitez pas à contacter le cabinet : contact@avocats-tumerelle.fr    Et le collectif : campagneglypho@riseup.net 

https://www.facebook.com/cabinet.tumerelle/

 

Et le collectif des faucheurs volontaires : https://www.helloasso.com/associations/campagneglypho/collectes/j-ai-des-pesticides-dans-mes-urines-et-toi

Voici le communiqué de presse du collectif :  communiqué de presse dépôt de plainte

blog

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.