"A CŒUR OUVERT": Connexion extrasensorielle. (Roman)

 

 

 

 

 

A coeur ouvert 1

 

Il bougea légèrement.

« J’étais avec toi Diane. »

Juste un murmure, une voix monocorde.

« Je t’ai vue de l’intérieur, Diane. Et c’est moi qui t’ai guidée. Tu as vu ce que je te montrais. »

Elle s’obligea à retenir ses questions. Ne pas briser le fil des mots, elle l’imaginait marcher sur une corde tendue au-dessus des gouffres.

«  Je n’ai pas survécu, c’est la vie qui s’est lancé un défi en moi, c’est elle qui a voulu jouer avec cette machine en moi, elle a repris ses droits, elle a repris sa place, ce courant électrique qui anime ton cœur, est-ce que tu l’as déjà vu, est-ce que tu sais réellement ce qu’il est ? Voilà ce que j’ai vécu. Et tout ce que je pourrais en dire ne sera jusqu’à la fin de mon existence qu’une infime parcelle de la réalité, parce que les mots ne sont que des résidus, des copeaux arrachés, de la sciure. La structure, elle-même, n’est pas racontable. « Spiritus », tu te souviens, tu me l’avais expliqué. L’âme est le point de jonction entre le corps et l’esprit. Je sais ce qu’est l’esprit. 

-Tu étais en moi ? reprit-elle 

-J’ai vu ce que tu voyais et je savais ce que tu voulais voir. Mais ça n’était pas moi. Tu comprends ? Comment veux-tu que je te raconte tout ça ? C’est impossible, il faudrait inventer d’autres mots et en supprimer des milliers. Moi, je, toi, nous, j’ai fait, j’ai entendu, j’ai couru, j’ai survécu, tout ça et tellement de choses encore. Je n’ai rien reçu non plus. Parce que ce je n’existe pas. Il n’y a rien. Rien de tout ça. C’est une illusion, le jeu de la vie. L’esprit nous a reliés.

-Tu es là pourtant.

-La vie est là en moi. Et ce support l’intéresse encore.

-Alors, c’est que tu existes.

-Cette forme existe. Mais l’erreur fondamentale est de penser que la forme est un tout. Elle n’est qu’une image. »

Il soupira longuement, une main sur le front, comme une souffrance à éteindre.

« Je n’arriverai jamais à traduire tout ça, Diane. C’est impossible.

-C’est pour ça que parfois, tu as l’air si lointain ?

-Je suis désolé, Diane.

-Non ! Surtout pas Paul. Je n’en suis pas malheureuse.

-Tu vois, je pense même que c’est maintenant, lorsque je suis là, avec toi, que je parle et que je me sens exister à travers mes paroles, à travers mon attachement pour toi, à travers mes raisonnements, c’est là que je suis lointain. Prêt des hommes et loin de la vie. Et c’est effroyable de penser ça. C’est le pire dilemme qui soit. Et c’est bien pour ça que les humains s’acharnent à vivre en groupes. Ils ont choisi de résoudre le problème au plus simple. Exploration terminée. »

Elle eut peur à ce moment-là. Peur qu’il ne revienne jamais réellement des confins des territoires parcourus, que cette Terra Incognita ne devienne une frontière entre eux, un espace immense.

« Mais je sais aussi que si je te perds, je bafoue la vie dans les dons qu’elle me fait. Ou plutôt, je vais à l’encontre de ce que la vie cherche à expérimenter en usant des formes qu’elle projette dans le monde. Je ne veux pas te perdre, Diane. Je t’aime. Et c’est je qui parle. Parce qu’il est indispensable que je le fasse.

-Même si tu sais qu’à l’intérieur de je, c’est la vie qui s’exprime.

-Exactement. Mais si j’efface ce que je suis et que je ne prends en considération que cette vie en moi, je deviens fou.

-Et si tu deviens fou, c’est la vie que tu condamnes. »

Il tendit la main. Elle y posa la sienne.

    

« Je t’aime Diane et j’aime la vie en toi. 

-Et la vie nous aime ! »

 


 

l’ interaction extrasensorielle

 

 

Interaction extrasensorielle à distance entre deux esprits

 

Une étude prouve l’ interaction extrasensorielle à distance entre deux esprits

Un groupe de neuroscientifiques internationaux et d’ingénieurs en robotique ont découvert pour la première fois qu’un cerveau humain peut en effet «parler» à un autre cerveau humain d’une manière directe, même à des milliers de kilomètres de distance.

L’étude a été menée en coordination avec la Harvard Medical School sur la communication entre un cerveau et un autre cerveau a montré que l’interaction extrasensorielle entre un esprit et un autre esprit peut se produire en optimisant des voies différentes dans l’esprit.

L’étude a été coécrite par Alvaro Pascual-Leone, directeur de Berenson-Allen Center for Noninvasive Brain Stimulation at Beth Israel Deaconess Medical Center (BIDMC) et professeur de neurologie à la Harvard Medical School, a constaté que l’information peut être transmise avec succès entre deux cerveaux humains à une distance de plus de 8000 kilomètres.

« Les chercheurs étaient curieux  de savoir si l’on pouvait communiquer directement avec une autre personne, et ils ont testé leur hypothèse par la lecture de l’activité cérébrale d’une personne diffusant de l’activité cérébrale vers un deuxième individu. On pourrait appeler cela une version neuro-physique de «messagerie instantanée».

« Dans l’analogue neuroscientifique de messagerie instantanée, Pascual-Leone, Giulio Ruffini et Carles Grau qui dirigent une équipe de chercheurs à Starlab Barcelone, Espagne, et Michel Berg qui dirige une équipe à Axilum Robotics, Strasbourg, France, ont transmis avec succès les mots « hola » et « ciao » à l’aide d’une transmission assistée par un ordinateur, allant d’un cerveau à un autre cerveau à partir d’un emplacement situé en Inde et d’un autre situé en France. Cela a demandé un connexion internet liée à partir d’un électroencéphalogramme (EEG), un système robotisé et une technologie guidée par l’image de stimulation magnétique transcrânienne (SMT) « .

En utilisant des électrodes fixées sur le cuir chevelu d’une personne pour enregistrer ses fréquences cérébrales lors d’une pensée-action, l’ordinateur était en mesure d’interpréter ce signal et de le traduire à la commande comme un robot ou un fauteuil roulant motorisé.

l’ interaction extrasensorielle

L’étude l’ interaction extrasensorielle a nécessité une deuxième cerveau humain à l’extrémité de cette réception. Les participants qui avaient transmis avec succès les deux mots étaient âgés de 28 à 50 ans, et quatre personnes y ont participé. Un sujet était responsable de la branche Interface Cerveau-Ordinateur (BIC) et était l’expéditeur des mots choisis pour l’étude, et les trois autres étaient assignés à la tâche de recevoir le message avec l’interface ordinateur-cerveau en observant leurs modèles d’ondes cérébrales.

Bien que les schémas génétiques EEG aient dû être traduits à partir de code binaire, les mots ‘hola’ et ‘ciao’ ont été correctement traduits et envoyés par courrier électronique de confirmation à l’expéditeur en Inde depuis la France. Lorsque les messages ont été envoyés, les sujets ont ressenti une stimulation cérébrale comme des phosphènes, qui sont des éclairs de lumière qui se produisent en vision périphérique comme une sorte de code morse – sous forme de séquences.

Cela corrobore les conclusions que les gens savent quand un être cher est mort , même quand ils sont à des milliers de kilomètres de distance, et d’autres phénomènes étranges qui semblent exister dans les barrières de l’espace-temps que nous avons acceptées comme limites à la communication d’une personne à une autre personne.

Peut-être que nous pourrons bientôt abandonner nos téléphones portables quand nous apprendrons à «parler» directement à nos destinataires en utilisant simplement nos esprits.

À propos de Sandra Véringa auteure et traductrice:

Sandra-Veringa

J’ai rejoint l’équipe ESM en 2014. Il y a beaucoup de choses qui se passent sur la planète qui vont à l’encontre de mes valeurs, j’ai voulu faire de mon mieux pour jouer un rôle dans la création de changements. Depuis que je travaille pour ESM, il y a eu de grands changements dans ma vie et j’espère pouvoir sensibiliser et faire changer la mentalité de notre société.

Alors restez à l’écoute :) espritsciencemetaphysique@gmail.com

Autres sources:

 

blog

Commentaires (2)

Thierry LEDRU
  • 1. Thierry LEDRU | 05/03/2016

Merci pour mes divagations, vous n'imaginez pas comme je les aime. Sinon, il vous reste à lire les études du docteur Moody, du docteur Charbonier, d'Elisabteh Kubler Ross, de John Lilly, de Stanislas Groff, de Rupert Sheldrake, de Prigogine, les enquêtes de Patrice Van Eersel, les récits de Gitta Mallasz, le Père Labrune, toutes les enquêtes parues sur le site de l'INREES...Des milliers de pages....Tous des divagateurs en puissance certainement.
Je pourrais aussi vous raconter ce que j'ai vécu mais comme je divague, ça n'est pas utile.
Bien cordialement.

juan Azerto
  • 2. juan Azerto | 05/03/2016

"Cela corrobore les conclusions que les gens savent quand un être cher est mort"

Cela ne corrobore rien du tout, même pas la soi-disant transmission de pensée, alors avec les morts, je vous raconte pas !
C'est toute la différence entre une étude scientifique et vos divagations métaphysiques.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau