Léo sur "L'échappée belle"

Léo était sur l'épreuve intégrale de "L'échappée belle", 144 kilomètres de course et de marche, d'ascensions de cols et de pentes interminables, descentes caillouteuses, hors sentier, puis un nouveau col, puis une descente, un col, une descente... Tenir, s'alimenter, s'hydrater, rester concentré, très concentré... . Il a stoppé à 35 km de l'arrivée après avoir parcouru 110 km, 10 000 mètres de dénivelée, en 40 heures, à travers la chaîne de Belledonne, parfois sur sentiers, parfois dans la caillasse, dans les pentes raides, de jour, de nuit, à la lampe frontale... Les genoux ne pouvaient plus plier. 
Plus de 250 abandons sur le grand parcours. 
Pour avoir été témoins et accompagnateurs sur les ravitaillements et les derniers kilomètres de nuit, on est très, très impressionné... On sait ce que ça veut dire de marcher dix heures en montagne, à enfiler des montées dans la caillasse et des descentes tout aussi ardues. Mais enchaîner de tels efforts, sur une telle durée, c'est une épreuve physique tout autant que mentale. Il arrive un moment où la tête porte le corps mais si les douleurs deviennent articulaires , ne lâchent plus leur emprise, interdisent une marche normale et efficace et mettent en péril l'intégrité physique pour les mois à venir, il est très dur de prendre la décision de tout stopper alors que l'énergie disponible permet encore d'avancer... Et pourtant, ça fait partie de l'expérience, de la connaissance de soi....
"L'échappée belle" fait partie des quatre parcours les plus difficiles des Alpes et le vainqueur de l'année est le champion du monde en titre. Léo est un "jeune" dans ce type d'épreuve, un des plus jeunes d'ailleurs. Les "Ultras trail" sont plutôt parcourus par des gens plus âgés. Je sais qu'on le reverra là-haut :) Chapeau bas, Fils.

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, debout

L’image contient peut-être : montagne, plein air et nature

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau