Manuel pour gravir une montagne.

Paulo Coehlo

 

Gravir la montagne... 


A) Choisissez vous-même la montagne que vous désirez gravir.
Ne vous laissez pas guider par les commentaires des autres, qui vous disent :
"celle-ci est plus belle" ou "celle-là est plus facile", vous dépenseriez beaucoup d'énergie
et beaucoup d'enthousiasme pour atteindre votre objectif. Vous êtes le seul responsable
et devez être sûr de ce que vous faites.

B) Sachez arriver devant elle.
Très souvent, on voit la montagne de loin - belle, intéressante, pleine de défis -, mais
quand on essaie de s'en approcher, que se passe-t-il ? Les routes la contournent, il y a
des forêts entre vous et votre objectif. Ce qui parait clair sur la carte est difficile dans
la vie réelle. Par conséquent, essayez tous les chemins, les sentiers, et puis un jour vous
vous trouverez face au sommet que vous souhaitez atteindre.

C) Apprenez de quelqu'un qui est déjà passé par là.
Vous avez beau vous juger unique, il y a toujours quelqu'un qui a fait avant vous
le même rêve, et a finalement laissé des marques qui peuvent vous faciliter la marche.
C'est votre bout de chemin, votre responsabilité également, mais n'oubliez pas que
l'expérience d'autrui est d'un grand secours.

D) Vus de près, les dangers sont contrôlables.
Quand vous commencez à gravir la montagne, soyez attentif à ce qu'il y a autour.
Des précipices bien sûr. Des crevasses presque imperceptibles. Des pierres tellement
polies par les tempêtes qu'elles sont glissantes comme la glace. Mais, si vous savez
où vous posez chaque pied, vous remarquerez les pièges et vous saurez les contourner.

E) Le paysage change, donc profitez-en.
Il est clair qu'il faut avoir un objectif en tête : arriver au sommet.
Mais, à mesure que l'on monte, on voit davantage de choses, et cela ne coûte rien de
s'arrêter de temps en temps et de jouir un peu du panorama environnant. A chaque mètre
conquis, vous pouvez voir un peu plus loin ; profitez-en alors pour découvrir les choses
que vous n'aviez pas encore bien distinguées.

F) Respectez votre corps.
Seul celui qui accorde à son corps l'attention qu'il mérite réussit à gravir une montagne.
Vous avez tout le temps que la vie vous donne, donc marchez sans exiger ce qu'elle ne
peut donner. Si vous allez trop vite, vous serez fatigué et vous renoncerez à mi-chemin.
Si vous allez trop lentement, la nuit peut tomber et vous serez perdu. Profitez du paysage,
jouissez de l'eau fraiche des sources, et des fruits que la nature vous offre généreusement,
mais continuez à marcher.

G) Respectez votre âme.
Ne répétez pas tout le temps : "Je vais réussir". Votre âme le sait déjà. Ce dont elle a besoin,
c'est de se servir de cette longue route pour grandir, s'étendre à l'horizon, atteindre le ciel.
Une obsession n'aide en rien à la recherche de votre objectif et finit par vous priver du
plaisir de l'escalade. Mais attention, ne répétez pas non plus : "c'est plus difficile que je
ne pensais", car cela vous ferait perdre votre force intérieure.

H) Préparez-vous à marcher un kilomètre de plus.
Le parcours jusqu'au sommet de la montagne est toujours plus long que vous ne le pensez.
Ne vous mentez pas, le moment arrivera où ce qui paraissait près est encore très loin.
Mais comme vous êtes disposé à aller au-delà, ce n'est pas vraiment un problème.

I) Réjouissez-vous quand vous atteignez le sommet.
Pleurez, battez des mains, criez aux quatre coins que vous avez réussi, laissez le vent là-haut
(parce que là-haut il vente toujours) purifier votre âme, rafraichissez vos pieds fatigués et
en sueur, ouvrez les yeux, ôtez la poussière de votre coeur. C'est merveilleux, ce qui auparavant
n'était qu'un rêve, une vision lointaine, fait maintenant partie de votre vie. Vous avez réussi.

J) Faites une promesse.

Vous avez découvert une force que vous ne connaissiez même pas. Profitez-en et dites-vous
que désormais vous l'utiliserez pour le restant de vos jours. De préférence, promettez aussi
de découvrir une autre montagne et de partir vers une nouvelle aventure.

K) Racontez votre histoire.
Oui, racontez votre histoire. Donnez-vous en exemple. Dites à tout le monde que c'est possible,
et alors d'autres personnes auront le courage d'affronter leurs propres montagnes.

(extrait de "Comme le fleuve qui coule" de Paulo Coelho.)

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau