Oh, mon Dieu...

Ce que les hommes ont fait de plus beau avec cette idée de Dieu. Le chant, l'unité, l'osmose, la communion.

http://www.youtube.com/watch?v=RHcEFk1i3b4&feature=related

Certains égos démesurés ont tout fichu par terre ou aux enfers.

Commentaires (6)

Thierry
  • 1. Thierry | 07/08/2010
"Dieu n'est pas amour pour moi, plutôt l'Amour inconditionnel est Dieu, cela change tout!"

Cette phrase est magnifique Françoise.

"Il me semble être important de songer à moi..."

Mais celle-là est encore plus essentielle.
  • 2. | 07/08/2010
Oh Meci de me répondre déjà avant même que la suite apparaisse! Comme ce que vous me dites m'encourage dans la décision que je viens de prendre! Vous êtes donc déjà rentré de votre périple à vélo? Je souhaite que ce fut encore une rencontre d'amour avec vos proches, la nature et cet autre chose que je trouve simple d'appeler Dieu, même s'il ne s'agit bien entendu pas pour moi d'une espèce de personnage tout puissant qui ressemblerait à l'homme par ses jugements... Dieu n'est pas amour pour moi, plutôt l'Amour inconditionnel est Dieu, cela change tout!
L'un des mes fils vivant à Paris m'a envoyer ses cles pour que je profite de Paris, il sait que j'aime Paris quand j'y déhambule le nez en l'air... Cela me permettrait de prendre le RER pour retrouver mon père et aller voir ma mère en maison de rééducation après son AVC en début juillet pour lequel j'ai interrompu ma semaine de vacances en Côtes d'Armor. Si certes je ne le regrette pas,si cela m'a aussi permis de dire merci à mon père quant à l'amour qu'il m'a donné en catimini, juste à travers son regard quand ma mère me rejetait si souvent (elle a ses raisons, je les reconnais,si elle ne parvient pas à les franchir, elle le fera dans un autre temps, une autre vie, pourquoi lui en vouloir, j'aime père te mère comme ils sont!)Il me semble être important de songer à moi... Avant de lire votre réponse, je me disais "Achète une tente et va finir le mois d'août où tu te sens bien, cesse de te sentir redevable auprès de tes parents surtout quand tu ne te sens plus la force de les épauler!" Et où je me sens bien? En Bretagne, particulièrement face à la côte de granit rose... Beg leger, Trébeuden, Trégastel...Alors je me suis dis: "vas-y avant de reprendre le travail! Vas-y sans plus te poser de questions! Vas là où tu sens que ton coeur peut se recharger! Vas prendre avant de donner depuis un coeur en faillite!" Oui, c'est ainsi que je me parle et ainsi qu'il faut que je parle à mon père qui sait que je défaille un peu et qui comprendra.
Voir la côte, me remplir d'elle, me plonger dans ses eaux, ses vagues et me laisser par elles chambouler. Ne plus penser à rien, rien que me remplir de son spectacle, de ses parfums, de ses chants, marcher sur le chemin des douaniers, regarder, sentir et oublier, oublier, pour enfin me rappeler... Me reconnecter.
Merci encore pour tout!
Françoise.
Thierry
  • 3. Thierry | 07/08/2010
Oui, immédiatement, oui, Françoise, il s'agit bien à mon sens d'état de conscience modifiée. Quelques soient les circonstances, l'embrasement spirituel, ce décrochement inopiné, fulgurant ne peut pas être autre chose qu'une porte ouverte...Le problème n'étant pas ce vécu mais ce qui suit...Certains effectivement vous parleront d'état constant. Je crois que c'est le cas pour des gens comme Eckhart Tolle, Virgile, Douglas Harding et d'autres...A notre niveau il n'en est pas de même. L'alternance entre l" "haut" et le "bas" est un cheminement éminemmement déstabilisant. C'est là qu'il faut apprendre à "lâcher prise"...Ca ne nous appartient pas, nous ne sommes que des récepteurs, nous ne pouvons proférer aucune demande, n'avoir aucune exigence. Il nous reste à aimer chaque instant, qu'il soit simple conscience ou autre chose...Cette solitude qui vous pèse fait sans doute partie de ce chemin. Une nécessité ponctuelle peut-être, personne ne le sait. Ce qui importe, c'est ce que vous y vivez. Par expérience, je sais aujourd'hui que rien n'est gratuit. Chaque instant, chaque situation est une leçon à saisir...La seule chose qui peut cacher la réponse est le manque d'amour envers cet instant. La colère, la rancoeur, la dépression, l'amertume, les regrets, toutes ces émotions ne sont que des paravents dressés par notre égo qui se veut le maître quand il n'est qu'un pion affolé...L'amour de la vie est le purificateur indispensable.

Je vous transmets mon mail si vous souhaitez prolonger cet échange. Ca sera plus commode qu'ici Françoise.
ledru-rousseau@club-internet.fr
Lajotte Françoise
  • 4. Lajotte Françoise | 07/08/2010
Je reprends, espérant que cette messagerie fonctionne, mon premier message n'apparaissant pas.
Non, je ne suis pas venue couiner auprès de vous... J'ai honte et suis plutôt fâchée après moi, car quoi, comment est-ce que je m'y prends pour régulièrement me noyer dans la noirceur...des abysses alors que la vie coule en moi, si simple et m'offrant son énorme cadeau: aimer. J'avoue que je suis un peu plus que fâchée, déçue par moi-même, ce qui est déjà un obstacle à la joie, je le sais bien! Sur le forum, quelqu'un disait que les personnes qui ont vécu une expérience mystique ne voient plus les choses de la même manière, sur ce point je suis d'accord, elle ajoutait (en gros) qu'elles vivaient dans une sérénité, une plénitude et bonheur constant... J'aimerais qu'elle ne soit pas leurrée... Ce n'est pas mon cas. Mais ai-je vécu vraiment des états de conscience modifiée, penserez-vous avec raison? Je vous les relate, vous en jugerez, non, vous n'êtes pas franchement dans le jugement, vous...?... Vous sentirez par vous-même.
Deux moments, curieusement, impossible de définir une date précise, entre 2000 et 2003, les deux espacés de quelques mois, peut-être un an. Je ne comprends pas comment je ne parviens pas à situer dans le temps un tel chambardement mais cela n'a pas grande importance.
La première fois, je m'endormais, oui un état "alpha" que j'ai rapidement quitté, immédiatement très réveillée, je ne sais dans quel état d'esprit je m'étais alitée ce soir là. Trois vagues successives me submergent: Je ressens être infiniment aimée autant que je ressens aimer pareillement. Mais comment parler de cet Amour là? Comment dire ce qui est indicible? Pas d'objet qui distille cet Amour où vers lequel le mien se projette. Aucune restriction, aucune peur, aucune contrainte, aucune loi, ni limites, ni conditions, pas plus: un choix ou une volonté n'y participent, l'amour pour mes enfants y ressemble un peu, l'amour amoureux également mais c'est pourtant tellement différent, autre, tellement plus total, plus plein, plus... Je ne sais le dire! J'en pleure d'émotion en vous en parlant, tellement, tellement beau, tellement fort!
La seconde fois, m'étant pour mon petit plaisir mis "Canon" de Pachelbel en boucle, je me suis installée devant l'évier: la vaisselle à faire! J'étais très sensible à cette oeuvre plus que belle, ainsi que par exemple à "Air" de Bach. Je me suis mise à penser à l'humain et, alors que souvent je déplorais son attitude, je regardais toutes ses qualités et au fur et à mesure que j'entendais la musique progresser, s'amplifier, se déployer, je voyais un parallèle: "Allons, l'homme n'a pas que des défauts, il n'est pas que destructeur, il a tant inventé, tant imaginé, tant créer de belles choses, etc...Il ressemble à cette musique" Je ressentais de la tendresse, de l'admiration sans adulation cependant, n'oubliant pas ses travers et... Une seule vague à ce moment mais plus longue, je suis plongée de nouveau dans cet Amour. Oh oui, j'ai fermé le robinet! Mais autre chose survient: j'ai conscience d'être le tout comme de lui appartenir, je le ressens comme quelque chose de naturel, une osmose non voulue, innée, commune à tous, je ne perds pas la notion d'une sorte de "moi" mais plus comme une variété que comme un égo, oh, j'ai vraiment du mal à définir... Peut-être comprendrez-vous tout de même? Et tout ceci et tous, dans ce même Amour infini et je suis emplie de joie mais là encore ce n'est pas ma joie mais Notre Joie Commune, Notre Amour Inconditionnel. Et je sais, comme si en cet instant il m'était offert de le savoir, que là est notre réalité, là est notre origine, notre essence, notre lieu commun.
Je ne me suis pas exprimée ainsi sur le forum, non que je cherchais à éviter les bourrasques, cela n'est pas venu ainsi, c'est tout, peut-être me fallait-il un interlocuteur... Je ne trouve pas de qualificatif... comme vous. Je ne me suis d'ailleurs jamais exprimée de la sorte à ce propos même auprès de cette amie pourtant très chère. Petite remarque à propos du forum, je m'attendais à être envahie par les sarcasmes et bien non, c'est un peu comme si l'on m'évitait... Et... J'en reviens au point de départ... Le chef d'orchestre erre dans les couloirs... Il se sent perdu et seul. Oui, je me sens, non pas perdue mais égarée et seule. Seule, je le suis effectivement matériellement, affectivement un peu aussi même si avec mes trois fils et leurs compagnes, c'est un rêve que je n'imaginais pas! Mais nous sommes géographiquement un peu loin les uns des autres, c'est bon tout de même!
Seule dans mon immense appartement de fonction (demeurée institurice j'ai ce privilège et il n'y avait pas plus petit dans ce bourg!) Seule mais inutile de décrire cela! Seule en sachant que nous sommes tellement liés. Seule avec un égo encore présent, une simple humaine qui a envie et besoin de partages. Seule car, si je peux passer des heures à regarder la mer sur les côtes de granit rose et me remplir de sa grandeur, si je peux faire de grandes ballades, si je regarde vivre le ciel, les oiseaux, les animaux, les insectes et même, je l'avoue leur parle quand décidément ils m'ennuient (ils comprennent bien en général) le contact et le partage avec l'humain me manque terriblement et je sens bien que la vie n'a de sens et n'est créative qu'à partir de cet échange, de ce partage entre nous humains, enfin en est-il ainsi pour moi, je peux me remplir de l'amour de la nature mais le manque humain me vide.
Pourquoi est-ce que je suis seule? Non, je ne suis pas spécialement stupide, ni consommatrice aveuglée, ni très vielle (55 ans) ni moche, ni très flétrie, ni grosse, ni naïve, ni avare, ni coléreuse, ni rancunière, ni commère... Bref, je suis presque un idéal!!!Mais bon... Je suis loin d'être sainte et je suis difficile, peut-être bien que je ne veux partager que ce que je veux partager!!! Bon, cela n'a pas d'importance.
Je vous remercie de m'avoir donné l'occasion de m'exprimer ainsi, l'occasion de voir que cet Amour vit en vous. Oui, un sincère merci! Je vais me secouer en pensant à votre force de vie.
Merci encore avec amitié,
Françoise.
Ps: En ce qui concerne la politique de la France(est-elle plus jolie ailleurs?) je vis très mal la suppression en catimini des Rased dont je fais partie en tant que rééducatrice...Une preuve supplémentaire que le coeur, l'esprit de la personne, n'a aucune valeur! Ce qui importe seulement est: comment pourra servir la personne, comment pourra-t-on la manipuler et en extraire le jus riche de sa soumission en vu de gonfler encore son prestige et son porte feuille perso, comment pourra-t-on l'expulser, l'anihiler si vraiment elle ternit l'image et surtout qu'elle coûte plus qu'elle ne rapporte, et merde... comment faire s'il est de souche française??? Prison? HP? Oh! Re merde, ça coûte trop cher! Et tiens, si on remettait en question la peine de mort? Ah!Pas mal l'idée!!! Bon, mais on va y aller en douceur... Faut qu'elles aient une franche trouille nos p'tites marionnettes! Bon, z'avez des plans les pots? Ah! ouais, ouais, super!!! Insécurité à fond, non, pas comme ça, mieux qu'avant! Les étrangers ou d'origine étrangères (non, heu... sauf les ex hongrois (Tiens mes fils seront épargnés,petits fils de hongrois comme les fils de sarko!)) bon, les autres c'est simple, direct, ils ne sont plus français donc éjectables,facile! Ah mais merde encore!!! Y'a encore des résistants dans la presse, qu'est-ce que tu fous Machin (excuse je ne retrouve pas son nom sur le bout de la langue, tant mieux au fond de la gorge je vomirais!)t'as pas encore tout acheté? Bon, tu veux combien, t'inquiète y a de quoi, c'est nos cons qui payent! Ah!Ah!Ah! A ce propos, ça monte comment l'argent que j'ai déplacé de Suisse pour cet autre adorable petit paradi fiscal? Et je zappe parce que je n'en peux plus... Je connais des gens qui tentent de manger avec moins de 20€ par semaine, des vieux de 45 ans qui ne trouvent plus de travail parce qu'il y a des plus jeunes mais attention, pas trop, il faut une expérience! Faut pas déconner, merde!!! Il vaut mieux que j'arrête,il vaut mieux, il vaut mieux! Ma projection? Mon illusion? Alors vite que je change d'état d'esprit, urgence!!!
Pardon pour ce PS qui va peut-être vous déranger au retour de votre périple en montagne!
Thierry
  • 5. Thierry | 07/08/2010
Bonjour Françoise
Je suis très touché par la force de ce commentaire, cette profondeur. Sincèrement.
Pour ma part, je pense aujourd'hui que la seule raison d'être à tout, c'est d'y sentir l'Amour, de le vivre, de l'éprouver, totalement. Il est nécessaire dès lors d'éliminer ce qui le parasite. car il est là, mais redoutablement caché. par nous-mêmes.
Amicalement.
Françoise Lajotte
  • 6. Françoise Lajotte | 07/08/2010
Bonjour Thierry,
Emoi, frissons, les larmes qui montent sans que je ne sache plus si c'est la joie ou bien la profonde tristesse... Je voudrais tant que ce soit ça, toujours, partout. Merci beaucoup.
Merci pour tout le reste... Pour votre si belle écriture, certes mais aussi pour tout ce qu'elle souffle à nos coeurs. Je viens de lire vos "lettres" en chronologie décroissante, même question que vous: se maintenir informée? En ce moment, je n'y parviens plus, c'est trop lourd, trop dur.
Mais comment donc ai-je atterri sur votre blog? Je recherchais des contacts avec des personnes qui auraient vécu des expériences un peu similaires aux miennes et me voici depuis quelques jours sur le forum métaphysique: Mam Goz. J'ai commencé par lire et... J'ai essayé de trouver le plus possible de vos écrits, ils me font du bien tout simplement et pourtant c'est bien davantage! J'avais envie de communiquer avec vous mais il faut avoir stocké 25 interventions avant d'en avoir la possibilité, j'en suis loin... De fil en aiguille, vos livres (que j'ai bien envie de lire!) votre nom, votre blog. Sur le forum, dans les pages "Qu'est-ce qu'une expérience mystique?" j'ai raconté mon vécu, enfin, j'ai tenté car les mots ne pourrons jamais traduire...Avant ceci, j'ai passé des nuits avec une amie à creuser, comme tant de personnes, les questions existentielles... Sans prétendre que nous détenions une vérité, notre conclusion et ressenti profond était que très probablement, nous étions là pour apprendre à aimer. Après mes vécus (je n'aime pas trop dire expériences, peut-être parce qu'un temps je fus dans les laboratoires...) j'en ai été plus convaincue à ceci près que je me suis demandée si, étant issus de l'amour pur sans dualité(je m'expliquerais plus tard)il n'était pas nécessaire pour "apprécier" pleinement cet Amour, de connaître le non amour où du moins son manque pour le reconquérir. Aujourd'hui, peu m'importe de savoir le comment du pourquoi, cela est-il vraiment utile? Ce qui m'importe, c'est de sentir mon coeur battre et danser sur les chants de l'Amour. Parfois il est ce chef d'orchestre qui plonge dans l'oeuvre et s'oublit, comme celui que j'avais vu petite tandis que l'école m'offrait la salle Pleyel et qui, d'un coup de baguette exalté, avait fait s'envoler sa partition. Pafois, hélas le cas en ce moment, il est celui qui a perdu son orchestre sans trop savoir comment et pleurant sur ce vide, le cherche mais se perd dans les couloirs de l'opéra sans retrouver la fosse...
Je fais une pause, je reprendrai plus tard.
Françoise.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau