Pour rire...Encore une fois ^^

Amatrice de dreadlocks, sa mère lui apprend qu’elle ne sera jamais noire 

iStock_000003087245XSmall

L’adolescence est un passage douloureux pour certains. Pour Pauline, 16 ans et amatrice de dreadlocks, cela va prendre la forme d’une révélation. En effet, Karine, la mère de la jeune fille a décidé d’emmener cette dernière en balade. Une promenade en pleine nature durant laquelle Pauline devra découvrir et faire face à un secret sur elle-même : non, elle ne sera jamais noire. Reportage

Une perte d’identité

La mère et la fille marchent main dans la main le long de l’étang de Villeneuve-lès-Maguelone dans l’Hérault où elles habitent. Michel, le mari de Karine et beau-père de Pauline est resté à la maison. Il préfère « laisser les deux filles entre elles » comme il dit.  Elles parlent entre elles rigolent, évoquent le lycée où est scolarisée l’adolescente. Avec espièglerie elles discutent ensuite d’Alexis, le petit copain  de Pauline. Les deux promeneuses sont complices.

Puis après un moment de flottement, vient cet instant autour duquel Karine a construit toute cette promenade. Elle s’adresse à sa fille : « Ecoute Pauline : tu ne seras jamais noire. Tu ne seras même jamais aussi cool qu’un homme ou une femme noire. Tu es blanche et ça craint. Il va falloir faire avec, assumer ça.» Et la mère bienveillante d’enchaîner : « Car plus qu’être soi-disant branchée grâce à des dreadlocks, ce qui compte Pauline, c’est que tu saches qui tu es vraiment. Et là en l’occurrence c’est d’une petite fille blanche pas très jolie dont je parle. »

Après ce discours de vérité, la jeune fille encaisse l’information non sans embarras mais semble malgré tout l’intégrer avec calme. C’est un profond traumatisme identitaire qui vient de se dérouler à l’intérieur d’elle. Pour Pauline c’est probablement un long travail sur soi qui commence. Un travail sur l’image qu’elle a d’elle-même, peut-être via une thérapie. Ce chemin difficile, elle ne le fera pas seule comme lui explique sa mère qui tient à lui assurer son soutien : « Tu peux compter sur moi et ton père pour te rappeler à chaque fois que tu en auras besoin qui tu es, te rappeler qu’au grand jamais tu ne seras une rastafari jamaïcaine. »

D’autres vérités

Après le choc de la nouvelle, Karine et sa fille rentrent à la maison. Le dîner du soir se déroule dans une légère tension puis Pauline part s’enfermer dans sa chambre comme d’habitude. Mais ce soir, le dernier album de Tryo ne se fait pas entendre à travers la porte de la jeune fille. Sa mère, elle, est partagée entre soulagement et inquiétude : « Je lui ai laissé une tondeuse et des ciseaux sur son lit. J’espère qu’elle comprendra… En tout cas je suis contente qu’elle ait accueilli cette nouvelle avec maturité. Si vraiment elle l’assimile sereinement, alors peut-être dans un futur proche, avec son père, nous pourrons lui parler du fait qu’elle n’était pas vraiment désirée. »    

Le Gorafi

Illustration : iStock /  JMWScout

http://www.legorafi.fr/2013/01/22/amatrice-de-dreadlocks-sa-mere-lui-apprend-quelle-ne-sera-jamais-noire/


Le CNRS confirme la découverte de plusieurs points positifs dans le mi-mandat de François Hollande 

83402524

Paris – Alors que de nombreux experts doutaient qu’il existât des points positifs dans l’action de François Hollande, un rapport du CNRS arrive à point nommé. Selon celui-ci, il y aurait plusieurs, voire de nombreux, points positifs ou approchant dans le bilan de ce mi-mandat. Analyse.

« On a découvert des choses intéressantes. Je ne choisirai pas le mot positif, mais disons plutôt pas trop mauvais en fait » commente une des chercheurs. Le nombre exact de points positifs était toujours inconnu mais les chercheurs affirment en posséder plusieurs. « On en a, oui je peux vous l’assurer. On a des dates, et même des lieux. On a aussi des témoins qui ont réussi à nous confirmer cela » ajoute-t-elle, précisant que certains avaient refusé de témoigner à visage découvert. « Ils ont peur pour leur vie, on peut les comprendre. Pouvoir dire que François Hollande a fait quelque chose de bien, un jour, quelque part, c’est très dur à porter ».

Le CNRS lance aussi un appel aux témoignages anonymes. Des témoignages qui viendraient corroborer leurs recherches et prouver que François Hollande a effectivement fait des choses positives, un jour, durant son mandat. « Si vous avez été témoin de quelque chose de positif de la part de François Hollande, de son Premier ministre ou d’un membre du gouvernement, ne restez pas seul, parlez-en autour de vous et appelez-nous » ajoute un responsable. Un numéro vert devrait ouvrir permettant de récolter ces témoignages cruciaux.

Dans l’immédiat, les chercheurs font preuve de prudence et ont choisi de rester vague. À la fois en attendant de vérifier les résultats de leurs travaux et le temps aussi de mettre à l’abri les familles des témoins. Car plusieurs députés UMP ont demandé de leur côté une expertise d’un laboratoire indépendant et mettent en doute ces témoignages. « Des personnes désespérées, tristes et en manque de publicité, prêtes à tout pour attirer l’attention ».

La Rédaction


À 13 ans, il crée une fission nucléaire dans son école – 12 000 morts. 

200412498-001

Angleterre  – Encouragé par une première fusion nucléaire dans une école réalisée par un jeune de 13 ans, un autre jeune anglais a tenté de devenir le plus jeune scientifique à réussir une fission nucléaire dans le cadre de travaux organisés par son école.

L’expérience semble avoir été un succès, l’énergie dégagée par la fission des noyaux atomiques lourds a en effet aussitôt créé un panache de fumée imposant en forme de champignon au-dessus de la ville de Bradford (Yorkshire de l’Ouest). Au même moment, tous les moyens de communication avec la partie de la ville où se déroulait l’expérience ont hélas été coupés, rendant difficile le compte rendu des témoins encore vivants sur place. La police a noté aussi une centaine de départs de feux simultanés dans le quartier et une disparition totale des bâtiments et habitations dans un rayon de cinq cent mètres autour de l’école, désormais occupée par un cratère de plusieurs mètres de profondeur. « La présence de ce nuage caractéristique indique clairement que le jeune homme a probablement réussi son expérience » annonçait pour sa part un comité d’experts, même s’il temporise cependant. « Bien sûr, il va falloir attendre quelques semaines que la radioactivité baisse dans l’épicentre pour faire des mesures et valider tout cela ». La précocité et l’intelligence du jeune homme ont été soulignées par la presse anglaise affirmant qu’il avait sans doute vu ses atomes vaporisés et éparpillés dès les premiers instants de l’explosion atomique.

La Rédaction


blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau