Une dernière fois...

Demain, je retourne dans ma classe. Pour quatre jours.

Le seul moyen pour que le rectorat ne compte pas mes congés d'été en congé maladie. 

Système totalement absurde mais je n'en suis plus à une absurdité près de leur part. 

J'ai pleinement conscience que le contenu de  ce blog a beaucoup changé dans les derniers mois. 

Cette désintégration de l'enseignement, les drames de ce monde, la violence des Puissants, tout ce qui doit être dénoncé, sans cesse, tout ce qui doit être partagé; cette utilisation de la technologie qui crée des passerelles.

Il n'est plus possible aujourd'hui de dire qu'on ne pouvait pas savoir.  

Mais dans cette quête de l'information réelle, qu'en est-il de l'individu ? Est-il phagocyté par cette dépense d'énergie ? Existe-t-il autrement que dans ce combat qu'il mène ? 

Je suis en tout cas surpris de l'effacement progressif de ma vie passée...

Je ne suis plus enseignant. J'aurai au moins réussi à faire le point là-dessus. 

De la douleur, immense, de la culpabilité qui me ronge, de la tristesse qui m'assomme, j'ai fini par basculer dans l'oubli. Tout s'évanouit et je n'ai aucun désir de réactiver les images du passé. 

Je continuerai à suivre les effets de cette Réforme parce que je veux savoir si ce que je prophétise se réalisera. Je n'en ai guère de doute, malheureusement.

Devant l'entêtement du gouvernement, j'en arrive même à penser que ces conflits sont intentionnels, que le gouvernement savait très bien, dès la conception de cette réforme, que les Communes ne pourraient pas suivre, que les problèmes pour les familles seraient infinis, que la dégradation des conditions de vie et d'enseignement seraient exponentielles.

Pour quelles raisons le GVT aurait-il fomenté un tel projet ?

Imaginons que des dizaines de communes continuent à refuser l'application de cette Réforme, que le GVT se retrouve devant la justice, que des interventions coercitives soient mises en place, que les conflits prennent une ampleur considérable...

Imaginons que le GVT décide dès lors de se retirer...De déléguer intégralement la responsabilité de l'organisation de l'enseignement aux communes.

"Puisque des Maires et des familles refusent ce que nous proposons, et bien nous avons décidé que désormais l'enseignement serait à la charge des communes, qu'elles auront pour responsabilité de trouver des enseignants, qu'elles les paieront...Les établissements appartiennent aux Communes et désormais les enseignants seront leurs salariés."

N'est-ce pas cela l'objectif final ? 

Je n'en ferai pas partie en tout cas. 

C'est aux familles de prendre leurs responsabilités. 

Moi je ne suis qu'un pion épuisé. 

Demain, je retournerai devant les enfants. Quatre jours à tenir. Comme si le cadavre que j'ai enterré au fond du jardin devait sortir de sa boîte. Une dernière fois. 

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau