Japon

C'est indéniablement une catastrophe humaine. Pas question de revenir là-dessus.

Il s'agit maintenant de comprendre ce qui y conduit.

Des hommes toujours plus nombreux qui s'installent en bord de mer parce qu'ils se sont coupés de la mémoire des peuples. Les tsunamis ont toujours existé, on en trouve des traces à toutes les époques, dans divers endroits de la planète. Sumatra avait déjà montré que l'oubli condamne les vivants à revivre les cataclysmes antérieurs. Mais leur ampleur, même si elle reste similaire, a des conséquences bien plus apocalyptiques parce qu'un autre paramètre a pris une place considérable. C'est la prétention. Celle qui conduit les peuples "développés"à imaginer que les technologies modernes les mettent à l'abri des forces de la nature. Vaste illusion dont on voit les effets. Des villes immenses construites dans des plaines côtières alors que les plaques tectoniques de la région ne sont que des pièces de puzzle sous tension. Aucune protection, aucune digue, aucune consigne d'évacuation. Les japonais sont éduqués aux séismes. Et personne n'a songé aux tsunamis. Ca paraît totalement insensé. Il ne s'agit pourtant pas d'un peuple insensé. Au premier abord...

Pourquoi le tsunami de Sumatra n'a-t-il pas convaincu les gouvernants d'une urgence absolue ? Comment expliquer que l'éventualité d'une telle catastrophe ne les a pas effleurés ?

Un peuple qui s'imagine à l'abri d'appareils enregistrant des secousses sismiques, de bâtiments quasiment indestructibles, d'entraînements répétés a éludé une part essentielle. Le danger n'est pas unique. Mais lorsqu'une population est rassurée par les dispositions prises par les gouvernants sur un point précis, il se crée une auto persuasion désastreuse. "Rien ne peut nous arriver puisque tout a été prévu."

"On domine la nature en lui obéissant." Un précepte bien connu qu'il faudrait remettre à jour. On ne la domine pas à travers des consignes et des manoeuvres parfaitement rôdées mais en gardant à l'esprit que sa puissance est incommensurable et qu'il s'agit avant tout de ne pas placer les individus dans une situation périlleuse. C'est là que la prétention entraîne un aveuglement ravageur.  

Si on ajoute le fait que l'usage de centrales nucléaires dans un pays comptant un nombre incroyable de séismes est une folie absolue, on peut effectivement se demander s'il s'agit bien d'un peuple sensé. Et là, on ne touche plus seulement la population locale mais la planète entière.

Un autre paramètre est venu s'ajouter à la prétention. C'est l'avidité. L'énergie nucléaire brasse des sommes considérables, pharaoniques, des marchés financiers colossaux. Le Japon a totalement occulté l'éolien ou l'énergie marémotrice, celle des courants marins, celle de l'hydroélecticité, celle du solaire. Il n'est pourtant pas question dans ce pays de manque de moyens intellectuels, technologiques, scientifiques...Mais il existe des multinationales dont l'influence est immense et les pratiques impitoyables. On connaît le même problème en France avec Areva et EDF.

Au Japon, la superficie développée par les surfaces plates des toits d'immeubles, d'usines, de hangars représentent un terrain idéal à la pose de panneaux solaires. Pas besoin de terrains au sol. Quant à la puissance de l'Océan, il ne sera pas nécessaire désormais d'essayer de les convaincre. Le seul problème vient du fait que rien n'a été fait pour développer ces énergies. Pas d'argent débloqué, pas de recherches, pas de découvertes. C'est très simple. 

 

Oubli, préténtion, avidité. Un cocktail détonnant.

Est-ce que le peuple japonais a la capacité désormais à devenir sensé ?

 

Et je n'oublie pas, en écrivant ça, le désastre humain en cours...Le traumatisme gigantesque. Est-ce que ça sera un tremplin ?   

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau