"Ma fille est morte au Bataclan"

Moi, père d'une victime, je n'irai pas aux Invalides

Publication: Mis à jour: 

  •  

  •  

 

Imprimer

Ma fille est morte au Bataclan le 13 Novembre, elle avait 17 ans.

Je n'irai pas à l'hommage qui sera rendu aux victimes à 10h30 aux Invalides parce que je considère que l'État et ses derniers dirigeants en date portent une lourde responsabilité dans ce qui s'est passé.

Une politique désastreuse a été menée par la France au Moyen-Orient depuis plusieurs années. Nicolas Sarkozy a largement contribué à la chute du régime de Khadafi en envoyant l'armée française combattre en Libye, en violation des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU qui interdisaient toute intervention au sol. Or, plusieurs sources affirmaient à l'époque que les Forces Spéciales étaient « en apesanteur » et avaient œuvré sur le terrain. La Libye n'était pas ennemie de la France, Nicolas Sarkozy avait reçu Khadafi avec les honneurs d'un chef d'État, et ce pays est devenu depuis un cauchemar chaotique où circulent librement armes et combattants.

François Hollande et Laurent Fabius se sont ensuite acharnés contre Bachar El Assad, poussant inlassablement les puissances occidentales à intervenir militairement pour renverser le régime syrien, alors que celui ci n'était pas l'ennemi de la France. Les frappes prévues furent annulées in extremis lorsque Barack Obama refusa d'engager les États-Unis dans cette aventure.

Cette ingérence de la France dans les affaires intérieures de pays souverains a été menée avec l'argument selon lequel les dirigeants syriens et libyens massacraient leur peuple. Certes. Comme Saddam Hussein et Muammar Khadafi, Bachar el Assad est un dictateur sinistre de la pire espèce. Mais il n'est pas plus exécrable que ceux actuellement au pouvoir au Qatar et en Arabie Saoudite, avec lesquels la France entretient d'excellentes relations diplomatiques et commerciales, et qui ont financé Daesh.

Cette érosion de la compétence politique est dramatique pour notre pays. Les derniers présidents ont agi avec une légèreté inconcevable, portés par des vues à court terme. Mais cet aspect n'est pas le seul en matière de responsabilité du monde politique.

Depuis plusieurs décennies, la République a laissé se développer des zones de désespoir, que le philosophe Jean-Paul Dollé nommait avec la justesse qui le caractérisait: "Le territoire du rien". Un urbanisme inhumain, sans lieux de loisirs, de culture, sans écoles dotées de moyens à la hauteur de l'enjeu, au sein duquel aucun sentiment humaniste et citoyen ne peut éclore. "Cités Dortoirs", "Quartiers sensibles", les termes ont évolué mais le problème demeure et le personnel politique l'a toujours traité avec indifférence. Raymond Barre promit "d'enrayer la dégradation physique et sociale des grands ensembles". Bernard Tapie fut ministre de la ville, Nicolas Sarkozy annonça un plan Marshall des banlieues et nomma Fadela Amara Secrétaire d'État chargée de la politique de la ville. Patrick Kanner l'est aujourd'hui et perpétue quarante ans d'échec.

Le divorce entre les français et leurs dirigeants est accompli, le contrat social est rompu, le gouffre entre le peuple et les élites est béant. Les atteintes importantes aux libertés publiques, votées avec empressement par l'Assemblée Nationale, ne régleront rien. L'extrême droite pourra toujours surenchérir et les assassins franchir les frontières.

La France est incapable de proposer un avenir à sa jeunesse, l'Europe est incapable de dépasser son actuel enlisement dans le libéralisme. Nos élus sont incapables de proposer une vision politique. Nos intellectuels, à de rares exceptions près, sont incapables de sortir de leur lucratif état d'histrions médiatiques. Je suis atterré par mon pays dévasté et je suis dévasté par la mort de ma fille."


Bagneux : Hommage à Lola, 17 ans, victime du Bataclan

Pascale Autran | 26 Nov. 2015, 20h00 | MAJ : 26 Nov. 2015, 20h00

 

 

Bagneux, ce jeudi. Foule à l’église Saint-Hermeland pour rendre hommage à Lola Ouzounian, l’une des plus jeunes victimes des attentats de Paris.
Bagneux, ce jeudi. Foule à l’église Saint-Hermeland pour rendre hommage à Lola Ouzounian, l’une des plus jeunes victimes des attentats de Paris. (LP/P.A.)

 

Ce jeudi midi, l’église Saint-Hermeland de Bagneux est pleine, la foule déborde jusque sur le parvis où des brassées de fleurs entourent les registres de condoléances. Des centaines de personnes sont venues rendre hommage à Lola Ouzounian, 17 ans, l’une des plus jeunes victimes de la tuerie du Bataclan.

 

 

Lola Ouzounian

DR.

 

Des proches, des amis de Lola, ses camarades du lycée Sophie-Germain dans le IVe arrondissement de Paris, petits groupes soudés et trop émus pour s’exprimer. Et de nombreux habitants venus soutenir les Cohen, ses grands-parents maternels qui vivent à Bagneux, où la jeune fille aura passé une partie de son enfance. « C’est si triste », souffle une mère de famille venue par solidarité. Les élus locaux sont là, le sous-préfet d’Antony aussi, le maire du IVarrondissement de Paris a fait le déplacement, et l’on aperçoit dans la foule l’acteur Gilbert Melki, les yeux rougis.

« Souvenons-nous que l’instruction, l’humanisme, la culture, sont les meilleurs outils contre la barbarie »

Des notes de violoncelle et d’orgue emplissent l’église pour un hommage émouvant en musique. Lola suivait les leçons de la pianiste de Bagneux Lucie Turbil, venue clore la cérémonie d’un Adagio de Bach. La musique, une passion partagée avec son père, le journaliste Eric Ouzounian, qu’elle accompagnait ce soir-là au concert du Bataclan. Lui a survécu à l’attentat. Quelques jours après le drame, il publiait sur les réseaux sociaux un texte déchirant pour annoncer la mort de sa fille : « Elle avait 17 ans. Souvenons-nous que l’instruction, l’humanisme, la culture, sont les meilleurs outils contre la barbarie. »

Dans l’église, des proches ont pris la parole, sa tante et son grand-père, « avec des mots pleins de dignité et de courage », sourit tristement Eleftérios Kechagioglou, le directeur du Plus Petit Cirque du Monde, venu assister à l’hommage. Lola fréquentait le cirque de Bagneux : « Elle venait quand elle avait entre 10 et 12 ans, c’était souvent son grand-père qui l’amenait », se souvient le directeur, qui a gardé de souriantes photos de la petite artiste. « Elle adorait le trapèze, c’était une petite fille qui avait toujours beaucoup d’entrain, et tellement de grâce… »

A l’issue de la cérémonie, un long cortège s’est formé. La foule a rejoint à pied le cimetière parisien de Bagneux, où Lola a été inhumée.

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau