Racisme

Quand j'ai entendu aux infos un journaliste parler de l'agression de "deux Juifs par des jeunes d'origine maghrébine", je me suis dit qu'il y avait un problème. Pour la violence, c'est certain mais également dans les termes employés...

Pourquoi identifier ces jeunes comme des Juifs et les autres comme d'origine maghrébine ? Y aurait-il des êtres humains d'origine diverses et puis des Juifs ? Comme une espèce humaine à part. Et puis, ma fille rentre ce soir en me disant que ce matin, alors qu'elle faisait le plein à la station essence, deux jeunes d'origine maghrébine l'interpellent...Elle ne leur répond pas et alors l'un d'entre eux lui lance, mauvais, "Alors, tu ne parles pas aux Arabes ? "

Elle a répondu simplement qu'elle ne parlait pas aux gens qui l'interpelaient de la sorte. A tous les humains.

Je suis effaré de ces distinctions. Et il n'est qu'à écouter les commentaires des journalistes sur l'Euro de foot pour voir à quel point ces identifications sont ancrées dans les moeurs. "Les Français ont bien joué mais les Anglais ont résisté."..."Les Russes ont écrasé leurs adversaires..."

C'est du racisme. C'est à dire pour moi la mise en avant d'une distinction, comme si  le genre humain se décomposait en parcelles, associées à des territoires, une histoire, une culture, une économie, une religion, une langue, une couleur...

Le racisme n'est pas le rejet d'une différence mais le fait de contribuer à l'établissement de cette différence.

Et s'il y a bien longtemps que je n'ai plus aucune attente, ni aucun espoir envers les adultes, je suis effaré de l'impact sur les enfants, de ce conditionnement qui s'installe à travers tous les registres rencontrés.

Juifs, Palestiniens, Arabes, Français, Musulmans, Catholiques, Protestants, Blancs, Noirs, Jaunes, Gris, Violets, Rouges, supporters de l'Om ou du PSG, Gauche et Droite...

Bon sang, on n'en sortira jamais !!

Des mouvements de pensées comme des courants dans lesquels les individus sautent aveuglément, juste pour être reconnus, se donner le sentiment d'exister, dans le marasme existentiel qui s'est installé depuis le début de ce conditionnement.

J'enseigne l'Histoire à mes élèves. Et je suis extrêmement prudent sur tout ce qui concerne ces identifications, ces appartenances éducatives. On travaille sur les deux guerres mondiales actuellement. Bien entendu que la notion de peuples ne peut être évincée. Mais je m'applique surtout à leur lire les "Lettres des Poilus" ou "A l'Ouest, rien de nouveau" de Remarque, "La main coupée" de Cendrars, "Le feu" de Barbusse, et "le journal d'Anne Franck" ou les lettres écrites par les soldats du D Day... Insister sur l 'horreur, non pas sur les "victoires" ou les "défaites" mais sur les morts, les tueries, les massacres, cet effroyable gâchis de vies humaines. De quelques bords que ce soit.

Et lorsque j'entends autour de moi que ces identifications perdurent, que des individus continuent à propager ce racisme, ce partage des clans, cet attachement à la tribu, ce rejet de "l'autre", cette exigence quant à être reconnu comme le Juif ou l'Arabe ou le Français, je me dis qu'effectivement cette humanité est sans espoir. Elle continuera à errer dans son incommensurable bêtise. Et je pense alors aux visages de mes élèves qui un jour seront des adultes. Et je me dis que ce qu'il y a de plus effroyable dans leurs existences, c'est de n'avoir finalement que très peu de choix devant eux. Ils sont déjà Français ou Arabes ou Portugais, Musulmans, Juifs ou Catholiques ou Témoins de Jéhovah ou Créationnistes, supporters de l'Om ou du PSG, ils seront de Droite ou de Gauche, ils voteront pour une équipe et critiqueront l'autre...Toutes les graines de la distinction sont déjà plantées et elles germeront inexorablement...Tous les humains qui ne seront pas dans leur camp ne seront jamais perçus comme des humains mais comme des adversaires.

Cette impression désespérante parfois que je m'éreinte pour rien.

C'est un combat perdu d'avance parce que la guerre est déjà en eux. Tous les territoires sont cartographiés, les ennemis identifiés, les paroles haineuses tambourinent continuellement dans leurs oreilles puisque ce monde adulte se plaît à les propager.

Les adultes sont des assassins, des tueurs d'enfants. Parce qu'ils leur seraient totalement insupportables de reconnaître la folie dans laquelle ils pensent exister. Il faut maintenir le contingent pour les combats à venir. Jusqu'à tuer l'innocence.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau