Se sentir seul...(spiritualité)

Le corps se charge de ressentir. La pensée se charge de comprendre et d'interpréter les ressentis. L'esprit constitue la passerelle entre la matière et le mental. Il fusionne les deux. Mais il reste un élément sans lequel rien de tout ça n'existerait. L'énergie... 
Organes, structures osseuses, cellules, molécules, atomes, particules subatomiques...Rien n'existerait sans l'énergie. 
Il ne s'agit pas uniquement de la ressentir corporellement ou de l'intellectualiser par le mental mais de la conscientiser à chaque instant, dans chacun de nos actes et chacune de nos pensées. 
Il y a en nous une Présence, comme un Architecte intérieur. Nous avons le choix, en tant qu'entités matérielles et pensantes, de devenir des ouvriers appliqués ou des machines inconscientes...
L'inconscience contribuera à maintenir l'idée folle de la dualité. Moi et le reste du Monde.
La conscience permanente de l'énergie créera au contraire la reconnaissance cellulaire, la "dés-identification" . Il n'y a pas moi et le Monde mais une énergie commune dans une multiplication de formes. 
Je regarde par la fenêtre en écrivant. Je vois les arbres, les montagnes, les plantes, le ciel, les nuages (ah, non, tiens, il n'y a aucune nuage). Je vois les vaches et les corneilles dans les champs, l'herbe couverte de givre. 
Tout ce qui vit dans cet espace devant moi n'est même pas visible.

C'est effrayant d'imaginer que parfois les humains se sentent seuls....

10801965 700526273378956 1382195330817914149 n

KUNDALINI

Il s’était réveillé au milieu de la nuit. Il avait écouté longuement la respiration régulière de Maud. Elle s’était blottie contre lui et n’avait pas bougé.

L’érection qu’il avait senti poindre quand elle dansait. Il n’y avait aucun désir, aucune excitation mais un déversement en lui d’une bouffée sensuelle, un parfum de corps électrisé, toute l’énergie charnelle de Maud. Qui était-elle pour propager de telles vibrations ? Il n’avait aucunement perçu chez elle la moindre tentative d’approche corporelle. Elle dansait simplement et c’était comme si l’air autour d’elle jouissait de ses déplacements, comme si son corps lui-même déclenchait dans l’espace des étreintes de molécules. Comment pouvait-elle ignorer ce qu’elle portait ? Elle n’avait pas pu dans sa vie de couple explorer ce trésor. Mais aurait-elle vécu la même révélation avec un autre homme que lui ? Un an que son mari était parti. Était-ce la libération effrénée d’une frustration trop longue ? Il ne pouvait le croire, il ne pouvait limiter les ressentis à une dimension sexuelle.

Ni Lison ni les trois femmes qui avaient suivi son départ. Aucune n’avait dévoilé à ses côtés de tels phénomènes. Tout ce qu’il avait espéré, tout ce qu’il avait essayé de déclencher… Maud emportait tout sur son passage. Au-delà de ce qu’il aurait pu imaginer.

L’orgasme qui l’avait enflammé. Il devait l’admettre, il devait en accepter l’incroyable conclusion. Il n’était plus lui, il n’était plus le maître, il n’avait plus aucun contrôle réel…Il n’avait pas connu une jouissance individuée mais une extase commune…Il avait été aspiré dans un puits, irradié, liquéfié, décomposé, défragmenté, au point d’être lui-même inclus dans l’orgasme continuel de Maud, sans même pouvoir établir la moindre limite à son corps ni à celui de Maud.

Il recula la tête pour pouvoir l’observer. Son visage posé contre son épaule. Une clarté lunaire coulait par la fenêtre entrouverte. Elle avait repoussé le drap jusqu’à la taille. Des ombres pâles sur les reliefs arrondis de ses seins. Ce désir d’y poser une main, de sentir vibrer ce qui palpitait, là, sous la peau, dans le secret des fibres les plus profondes.

Le simple plaisir d’imaginer la douceur. Juste une caresse sans intention précise, un geste tendre, un hommage. Toucher sa peau comme une relique sacrée, le parchemin sans âge de l’amour éternel.

Ce qui vibrait, là, dans l’écrin des corps, de tout ce qui vivait, de tout ce qui était animé.

Cette Présence qu’il honorait. 

Il remercia l’énergie et ferma les yeux."

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau