A CŒUR OUVERT : une prémonition

 

 

 

 

Résultat de recherche d'images pour "coeur ouvert"

Je relis ce roman écrit en 2013... Je découvre que j'avais déjà imaginé notre prochaine destination et la vie qui nous appelle. Une "retraite" dans un coin perdu du Massif central, un amour à vivre jusqu'au bout, la quête intérieure, la simplicité volontaire.

 

A COEUR OUVERT

 

« La quête est une illusion. Une tromperie du moi qui se joue de tout. Je n'ai rien à chercher. Tout est déjà là mais en le cherchant, je m'en éloigne. Le moi, je le reconnais et je connais la complexité de ses errances et je n'ai pas à le craindre. Il n’est pas ce que je suis, il n’est qu’une interprétation. »

Il pensa que c’était ça, sans doute, le lâcher-prise. Cette douceur de l’acceptation. L’apaisement des interrogations, tout comme leur accueil. Tant que les émotions ne venaient pas créer un conflit, un objectif, une peur, une euphorie. Rester inerte pour vivre pleinement. C’était la voie. Et pourtant, il sentait bien cette chaleur dans son ventre quand Diane venait se blottir contre lui, quand il posait ses mains sur son corps dénudé, quand il percevait dans ses yeux l’amour qui vibrait en elle, quand ils partageaient leurs paroles comme des parfums qui embaument. Il n’était pas question de chercher à en maîtriser les effets. Il fallait s’y abandonner pour que l’énergie se consume et ne se transforme pas en tensions délétères. S’y abandonner sans aucune pensée, ne rien ajouter, comme on saisirait un parfum sans vouloir connaître le nom de la fleur, sans vouloir la cueillir, sans vouloir l’autopsier ou chercher à la multiplier. Oui, c’était ça la beauté du monde. Juste saisir. Sans aucune autre intention. C’est cela qu’il aimait dans les paysages de cette terre. Il pouvait les regarder mais il ne les emportait pas, il ne les transformait pas, il ne cherchait même pas à en connaître les détails, les savoirs des hommes ne l’intéressaient pas. Il n’était qu’un spectateur.

Le vent, dehors, s’était calmé, une suspension brutale qu’il n’avait pas encore remarquée. C’est le tumulte éteint de sa tête qui le plongea dans le silence retrouvé.

Il entendait des résidus de souffles retardés dans le sillage de la tempête, comme des traînées d’écume dans les grands courants du large, il imaginait des soldats fatigués titubant derrière le gros de l’armée, quelques coups affaiblis sur la toiture, quelques grognements poussifs, la lutte n’était plus l’objectif, rien à prouver.

Juste passer et disparaître.

Il remonta la couverture, éteignit la lumière, se roula en boule et écouta longuement les murmures s’éteindre.

« Allo, Monsieur Laskin, c’est le secrétariat du Professeur Cartier. Le Professeur m’a demandé de vous communiquer l’adresse d’un cardiologue qui a suivi la formation pour le suivi de votre prothèse. Il est sur Clermont-Ferrand. Vous n’aurez plus besoin de monter à Paris. »

Il nota l’adresse et téléphona pour prendre rendez-vous.

Pour le 15 décembre à 14h00 heures.

Il pensa qu’il avait eu raison d’acheter un 4X4. Une Volvo break blanche, intérieur bleu en tissu épais, sièges chauffants et climatisation. Un condensé d’électronique. Diane s’était gentiment moquée de lui.

« Il te reste quand même des relents de luxe ! »

La neige avait déjà habillé les monts d’une pelure cristallisée. La première fois, la remontée des températures avait balayé le fin tissu. À la deuxième tentative, le saupoudrage s’était amplifié.

Un sucre glacé qui lissa les reliefs les plus hauts, figea les forêts, étouffa les babillages des ruisseaux.

Il découvrit avec Diane le silence de la neige. Juste le crissement des pas dans le tapis givré, cette mélodie hypnotique qui comble les failles intérieures, endort les pensées insoumises, comme une berceuse infinie, un leitmotiv infatigable ; il s’amusait parfois à suivre des yeux un flocon virevoltant, cette descente légère, tourbillonnante, cette danse imprévisible, les souffles créateurs guidant les arabesques ; il imaginait la quantité de silence insérée dans l’architecture fragile, comme une mission à finir : déposer sur le monde le calme des cieux et niveler les rumeurs. Il aimait infiniment les matins bleus et gelés, quand la couverture nuageuse s’est retirée pendant la nuit et que la Terre s’est glacée. Cette immobilité de l’hiver. Ce silence inégalable du froid qui absorbe les bruits, jusqu’au moindre souffle d’air. Un instant suspendu, pétrifié.

Sam et Lisa les invitèrent un soir. Une crémaillère joyeuse. Des discussions singulières, des partages enthousiastes, des intérêts communs. Ils ne voulaient pas de ces mouvements contestataires, de ces mouvements de masse qui critiquaient « le système. » Non pas qu’ils n’aient aucune utilité mais parce qu’ils représentaient de nouveau un courant commun. Ils ne pouvaient s’y résoudre. Comme un enchaînement volontaire.

« En même temps, c’est sans doute le seul moyen d’établir un contre-pouvoir, non ?

-Oui, Paul, c’est certain mais il faut supporter les décisions communes. Personnellement, Lisa et moi, on a choisi d’œuvrer à notre propre pouvoir. Celui que l’on peut porter sur les choses qui nous concernent, celles de notre vie quotidienne, une implication constante, sans aucun rejet si ça n’est qu’un mot d’ordre imposé. Juste des choix raisonnés. Le minimum de technologie par exemple, juste pour éviter d’appartenir à des richesses inertes et provisoires.

-Ce n’est pas moi, pourtant, qui vais aller critiquer la technologie. La médecine qui sauve les hommes ne peut pas être condamnée, précisa Paul.

-C’est certain, ajouta Lisa. Et c’est très impressionnant ce que vous vivez. Nous, ici, on a besoin d’une connexion internet pour faire connaître notre gîte et c’est fabuleusement pratique pour passer les commandes aux fournisseurs. Le téléphone devient secondaire. Nous serions ridicules de rejeter ce progrès-là.

-Une question d’équilibre, intervint Diane. Parvenir à établir les besoins réels et à repousser les désirs. Il faut une certaine maturité finalement. Et beaucoup de personnes ne la cherchent pas. »

Jusqu’au bout de la nuit. Le feu de cheminée qui dessinait sur les murs lambrissés des sarabandes de derviches tourneurs, des chaleurs diffusées jusque dans les âmes, des brillances au fond des yeux, le crépitement du bois qui nourrissait les rêves de douceur, comme un enfant câliné, un doudou retrouvé."

blog

Ajouter un commentaire