Apiculteurs et lobby agrochimique

Alors, on a donc aujourd'hui un gouvernement qui va piocher dans les caisses de l'état pour aider les apiculteurs. Très bien pour les professionnels, ils en ont considérablement besoin. Mais quand on sait d'où vient le problème et il faut être un sacré crétin de ministre pour le nier, cet argent devrait être pris sur les bénéfices pharaoniques des chimistes comme Bayer et Monsanto et pas sur l'argent du contribuable. D'autre part, quand des nouvelles de ce genre tombent, il convient d'aller chercher ce qui a été dit quelques années en arrière étant donné que les politiciens ont une propension à oublier leurs propos aussi rapidement que la terre absorbe les arrosoirs que j'y déverse en ce moment...Et c'est là que je me marre parce que le Foll a dit en 2013 que les décisions à prendre ne devaient pas créer de concurrence déloyale envers les autres pays de l'UE et que par conséquent, l'interdiction des néonocotinoïdes ne pouvait être prise unilatéralement. C'est dingue... Le choix de la France est donc de continuer à empoisonner depuis 2013 pour faire comme les voisins...Et donc, maintenant que le massacre des abeilles est évident, l'état débloque une enveloppe pour compenser les pertes. Vive l'UE...Un monde de fous.


Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert a annoncé ce lundi une aide de trois millions d'euros afin d'aider les apiculteurs touchés par les mortalités d'abeilles à renouveler leurs essaims.

Une ruche d'abeilles noires Une ruche d'abeilles noires © AFP - FRED TANNEAU

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert va "mettre en place un dispositif d'aide exceptionnel pour les apiculteurs impactés", a t-il annoncé ce lundi. Ce dispositif "sera effectif d'ici fin septembre, et prendra la forme d'une aide au renouvellement du cheptel apicole (aide à l'achat d'essaims)", a t-il ajouté. "L'enveloppe consacrée à cette aide sera d'un montant de trois millions d'euros".

L’enquête qualitative menée par la Direction Générale de l’Alimentation (DGAL) auprès des Directions Régionales de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (DRAAF) sur les mortalités apicoles de l’hiver 2017/2018, a en effet "mis en lumière une augmentation par rapport aux hivers précédents en Bretagne, Nouvelle-Aquitaine, Provence-Alpes-Côte-D’azur et Bourgogne-Franche-Comté principalement", selon le ministère de l'Agriculture. 

Stéphane Travert © AFP - BERTRAND GUAY

Une aide pour le renouvellement des essaims 

Afin de répondre au besoin de trésorerie des apiculteurs touchés, une avance sera versée rapidement dès la demande effectuée. Les apiculteurs auront ensuite jusqu'à la fin du printemps 2019 pour réaliser les achats d'essaims et transmettre les factures, selon le texte.

Les critères pris en compte pour l'attribution de l'aide sont en cours de définition, en lien avec les organisations professionnelles apicoles. Le dispositif sera articulé avec les aides déjà mises en place par les collectivités territoriales et notamment les Conseils Régionaux.

Un taux de mortalité pouvant monter jusqu'à 80%

Depuis plusieurs années, les apiculteurs français subissent des pertes moyennes de 30% de leurs cheptels en hiver, selon l'Union nationale de l'apiculture française (Unaf).

Durant l'hiver 2017/2018 "on a franchi un cap supplémentaire", avec des taux de mortalité pouvant grimper à 40%, 50% voire 80%, avait indiqué en juin Gilles Lanio, président de l'Unaf.


 

ARTICLE DE 2013

Un plan d'aide aux apiculteurs mais sans nouvelle interdiction de pesticide

avec AFP

 — 

0 COMMENTAIRE 0PARTAGE 

Le gouvernement a lancé vendredi un plan sur trois ans pour redynamiser l'apiculture française ne prévoyant aucune nouvelle interdiction de pesticide, au grand dam des apiculteurs qui estiment que "sans abeille, pas de miel".

Le gouvernement a lancé vendredi un plan sur trois ans pour redynamiser l'apiculture française ne prévoyant aucune nouvelle interdiction de pesticide, au grand dam des apiculteurs qui estiment que "sans abeille, pas de miel". — Jean-Francois Monier afp.com

Le gouvernement a lancé vendredi un plan sur trois ans pour redynamiser l'apiculture française ne prévoyant aucune nouvelle interdiction de pesticide, au grand dam des apiculteurs qui estiment que «sans abeille, pas de miel».

C'est chez un couple d'apiculteurs de son fief de la Sarthe que le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a dévoilé les grandes lignes de ce «plan pour le développement durable de l'apiculture» destiné à «faire de la France l'un des grands pays apicoles de l'Union européenne». Son constat: la filière manque cruellement de bras et d'ailes puisque plus de 50% du miel consommé en France est importé. Et elle n'est pas suffisamment structurée: plus de 90% des apiculteurs ont moins de 30 ruches et seuls 1.600 (4%) sont «professionnels». Pour y remédier, le ministre veut créer une spécialité «apiculture» dans les BAC pro et BTS. L'objectif: 200 à 300 installations par an, a-t-il détaillé.

Son plan, doté de 40 millions d'euros sur trois ans, ne prévoit cependant aucune nouvelle interdiction de pesticide. En juin, Stéphane Le Foll avait interdit le Cruiser OSR sur le colza. Pour améliorer «la préservation de la population d'abeilles», le ministre prévoit de créer un observatoire des résidus de pesticides dans l'alimentaion de l'abeille et d'«organiser rationnellement la lutte» contre le frelon asiatique, grand prédateur d'abeilles classé comme «nuisible» en 2012.

«Zéro néonic et l'abeille vivra»

«Ce plan va dans le bon sens» et jamais aucun plan apiculture n'a dégagé autant de moyens, commente Olivier Belval, président de l'Union nationale de l'apiculture française (Unaf), qui dit représenter 700 apiculteurs professionnels et 40% des apiculteurs. Mais «2013 sera une année avec pesticides et nous sommes déçus», ajoute-t-il.

«On n'arrive pas à maintenir nos cheptels. L'abeille quitte la ruche, ne revient pas, elle meurt. Alors, ça sert à rien de donner des subventions de soutien au cheptel, la question est politique et environnementale», s'agace Gaëlle Brossier, secrétaire générale de la Fédération française des apiculteurs professionnels (FFAP), qui représente environ 150 professionnels. Une quinzaine d'entre eux, remontés contre le ministre, l'attendaient vendredi à l'entrée de l'exploitation vendredi avec des pancartes «zéro néonic et l'abeille vivra», en référence aux néonocotinoïdes accusés d'être dangereux pour les abeilles. «Ca fait quatre ans que je suis installée, j'ai 350 ruches et j'en ai perdu 40. Pour s'en sortir, il faut élever en forêt car dans les champs c'est plus possible», s'inquiète Gaëlle Grossier.

Stéphane Le Foll se dit conscient du problème. Mais plutôt que de prendre des décisions en France, il plaide que «le mieux est de les prendre à l'échelle européenne» pour éviter de mettre les agriculteurs français en situation de «concurrence déloyale». La Commission européenne a proposé la semaine dernière d'interdire pendant deux ans l'utilisation de certains pesticides sur quatre types de cultures (maïs, colza, tournesol et coton). «La France soutiendra la position de la Commission», a assuré le ministre, avec l'espoir qu'elle soit adoptée à l'échelle européenne pour l'été. Mais «il faut aussi qu'on se donne le temps de régler l'ensemble des autres problèmes. Est-ce que ça a un impact ou pas sur les productions de céréales ? (...) Quelles sont les alternatives ?», a-t-il demandé.

Pour l'Union des industries de la protection des plantes (IUPP, pesticides), «la réussite d'un tel plan ne passera que par un travail collectif et multi-partenarial, basé sur le respect et la compréhension de tous les acteurs impliqués».


 

Il y a en bas de ce deuxième article le nom d'un organisme qui semble promouvoir "une agriculture saine pour le bien de tous", l'IUPP, et après quelques doutes et donc de recherches, je tombe sur un article qui décrypte toute la dialectique réjouissante du lobby et tout ce que ça cache... Effarant. Le pouvoir financier qui oeuvre à des décisions favorables à l'usage de tous les produits chimiques imaginables et qui fait une promotion de dingue auprès des agriculteurs...On n'est pas prêt de sortir la tête du sable...Les politiciens ne sont pas au service de la population et ne le seront jamais parce que les sommes pharaoniques qui sont en jeu les hypnotisent et que les accointances avec les lobbies seront toujours les plus fortes.

https://www.humanite.fr/lobby-agrochimique-cachez-ces...

En faisant croire, à travers cette exposition, que les pesticides ne sont pas si dangereux et que leur emploi est indispensable, l’Uipp espère rendre ces molécules «	socialement plus acceptables	». Un leurre. Michaël Adelo pour Le Siècle Vert

En faisant croire, à travers cette exposition, que les pesticides ne sont pas si dangereux et que leur emploi est indispensable, l’Uipp espère rendre ces molécules « socialement plus acceptables ». Un leurre. Michaël Adelo pour Le Siècle Vert

LOBBY AGROCHIMIQUE. CACHEZ CES PESTICIDES QUE JE NE SAURAIS VOIR

Vendredi, 18 Mai, 2018

Alexandra Chaignon

Tout ce que vous avez voulu savoir sur les produits phytopharmaceutiques : c’est ce que promet une exposition éphémère présentée par Monsanto et consorts...

Hasard du calendrier ? Pas sûr… Alors que se déroulera, samedi, la 6e édition de la Marche mondiale contre Monsanto-Bayer et consorts, l’Union des industries pour la protection des plantes (Uipp) inaugurait cette semaine en grande pompe la Cité du siècle vert : un « espace végétal éphémère » – comprenez un lieu d’exposition – de 850 m2 destiné à faire « découvrir le monde de la santé des plantes et son histoire ». Pour un public non averti, sensible à la préservation de l’environnement, l’intitulé peut paraître séduisant. D’où la nécessité de le décoder.

Car, ici, tout est question de dialectique. « Chaque mot a été validé par l’Académie de l’agriculture », soutient d’emblée Eugénia Pommaret, la directrice de l’Uipp. Ici, on parle « protection des cultures », « santé des plantes », « chimie de synthèse ». Mais pas de pesticides. C’est pourtant l’enjeu de cette exposition, dont l’ambition est de « rétablir des vérités sur les bénéfices des solutions de protection des cultures, trop souvent ignorées, voire systématiquement décriées ». Revenons d’ailleurs sur cette organisation professionnelle qu’est l’Union des industries pour la protection des plantes : les 22 entreprises adhérentes, parmi lesquelles on retrouve Monsanto-Bayer et Syngenta, représentent… 95 % du marché des produits phytosanitaires. Mais, là aussi, silence. De là à penser qu’il s’agit d’une vaste opération de greenwashing, il n’y a qu’un pas…

L’IMPASSE TOTALE SUR LES CONSÉQUENCES SANITAIRES DE CES PRODUITS...

« Nous sommes bien conscients de l’interpellation, voire des inquiétudes, que les Français peuvent avoir autour des phytosanitaires. L’objectif de cette exposition est justement de faire de la pédagogie auprès du grand public », résume Eugénia Pommaret, qui assure avec aplomb vouloir « récréer un espace apaisé pour la discussion avec nos détracteurs ».

Nul doute que la polémique sur le glyphosate a poussé cet organe de lobbying à sortir du silence. Il n’a d’ailleurs pas lésiné sur les moyens : simulateur de conduite de tracteur, laboratoire de chimie pour retracer le parcours d’une molécule, conférences scientifiques, témoignages d’agriculteurs… Le tout étayé de raccourcis et d’arguments massues, à l’image du « chemin en 12 étapes », consacré à « l’évolution des pratiques et des solutions de protection des plantes des cent dernières années ». En bref, un panégyrique bourré de raccourcis et d’omissions.

Plants de patates malades… Tout commence par les années 1910, pour comprendre comment on a maîtrisé le mildiou, ce champignon qui décimait les cultures. Puis comment, en 1920, le désherbage mécanique a soulagé le travail des femmes, « qui étaient considérées comme la solution de désherbage ». Viennent ensuite les années 1930-1940, où « les enfants allaient à la chasse aux insectes ravageurs plutôt qu’à l’école »… Et comment le machinisme les « a sortis des champs ». « Et ce n’est pas si lointain », ponctue Eugénia Pommaret… Le raccourci est plus qu’orienté. Mais la fervente porte-parole de la filière a bien compris que c’est ce type d’anecdote que retiendront les scolaires.

Autre vitrine, autre époque : entre 1940 et 1950, c’est l’époque où il faut produire plus pour nourrir plus de monde ; les hommes découvrent les pouvoirs de la chimie moderne. Herbicides, insecticides, fongicides : c’est le début des pesticides. Puis arrivent les années 1960 et la prise de conscience de l’impact sur l’environnement, grâce notamment au travail des ONG : « Il faut le dire », souligne Delphine Guey, la directrice de la communication de l’Uipp, soucieuse de rétablir une certaine vérité. Mais si l’exposition mentionne l’interdiction de l’insecticide DDT, elle fait totalement l’impasse sur les conséquences sanitaires de ces produits, alors que des scientifiques dénoncent déjà leurs ravages… On passe donc à l’essor du biocontrôle au début des années 1980, ou « comment les coccinelles et autres insectes sont devenus les alliés des agriculteurs », souligne la directrice de l’Uipp, qui n’hésite pas à rappeler que plus de 50 % des produits biologiques sont aujourd’hui fabriqués par les géants de l’agrochimie ! Et depuis, avec la génétique, la robotique, la protection des plantes, etc., l’agriculteur est mieux outillé pour assurer « le développement d’une agriculture performante et d’une alimentation sûre ».

DES ALLÉGATIONS LOURDES DE SOUS-ENTENDUS ET DE NOMBREUX OUBLIS

Pas de contre-vérités, certes. Mais des allégations lourdes de sous-entendus, comme ces chiffres sur la prétendue « réalité agricole » : « Sans protection contre les maladies du blé, 34 milliards de baguettes de pain seraient perdues chaque année » ; « en soixante ans, les doses moyennes (de pesticides – ndlr) pour protéger un hectare ont été divisées par 34 ». Pourtant, l’utilisation des produits phytosanitaires a bondi de 22 % depuis 2008 ! En outre, études et expériences s’accumulent pour prouver qu’il est possible de se passer de ces produits dangereux.

Et surtout on constate de nombreux oublis. Quid de la disparition des abeilles à cause des néonicotinoïdes ? Quid de la pollution des eaux ? On nous dit que l’exposition a été validée par des scientifiques. Mais aucune mention n’est faite des études menées depuis trente ans et montrant que ces substances sont bel et bien à l’origine de diverses maladies. Aucune allusion non plus au Circ, cette agence rattachée à l’OMS, qui, en 2015, a classé cinq pesticides, dont le glyphosate, comme cancérogènes « probables »… Interrogée à ce sujet, la directrice de l’Uipp rétorque que les produits « sont systématiquement évalués quand ils arrivent sur le marché », tout en se déchargeant sur « les autorités sanitaires, qui décident si un produit peut être présenté sur le marché ». Et d’insister sur la « transparence » des industriels. Un comble quand on sait que ces mêmes industriels ne produisent jamais leurs données toxicologiques…

En faisant croire que les pesticides ne sont pas si dangereux et que leur emploi est indispensable, l’Uipp espère rendre ces molécules « socialement plus acceptables ». Une véritable campagne d’intoxication !

La polémique sur le glyphosate a poussé les industriels à sortir du silence. Leur objectif : « rétablir la vérité ».

Alexandra Chaignon

 

LA LECTURE DU SITE DE L'IUPP est digne d'un bad trip aux pesticides, des éléphants roses qui planent à quinze mille mètres et nous proposent "un monde meilleur..." Il serait vraiment temps que les agriculteurs ouvrent les yeux...Et leur conscience...

http://www.uipp.org/Qui-sommes-nous/Notre-vision

NOTRE VISION

  

L’Union des Industries de la Protection des Plantes (UIPP) en collaboration avec l’ensemble de la filière agricole travaille à garantir une agriculture moderne, innovante et respectueuse de la santé et des ressources naturelles, ce afin d’assurer une production durable des cultures françaises.

Notre vision

Les produits phytopharmaceutiques font partie des outils mis à la disposition d’une agriculture durable et moderne. Ils contribuent à répondre aux besoins des populations et à leur donner accès à une alimentation saine, de qualité et en quantité suffisante.

En réduisant les pertes dues aux maladies, mauvaises herbes et insectes ravageurs, la protection des plantes s’inscrit aujourd’hui pleinement dans une démarche de raisonnement systématique. Les interventions sont ajustées en fonction de chaque situation et uniquement si cela est nécessaire.

Produits et solutions de la la protection des plantes et des cultures 

Nos entreprises adhérentes proposent une palette d’outils de protection des plantes variés, ainsi que des solutions qui aident les professionnels à les utiliser. L’ensemble de ces solutions permettent une intervention raisonnée et adaptée.

  • Les produits de synthèse
  • Les produits d’origine minérale, destinés notamment à l’agriculture biologique, notamment le cuivre et le souffre à l’état naturel.
  • Les produits  de biocontrôle : organismes vivants (coccinelles, larves, etc.), médiateurs chimiques (phéromones, kairomones) ou autres substances naturelles.

Un suivi des produits est opéré sur la durée après leur mise sur le marché. Et pour une meilleure utilisation, nous proposons un accompagnement et des services à la disposition des professionnels de l’agriculture, comme les Outils d’Aide à la Décision, qui permettent de déterminer les seuils d’intervention.

 

 

 

  •  

blog

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.