Aux parents de ma classe

Comme il semble que plusieurs parents d'élèves lisent mon blog et cherchent à savoir où j'en suis, je vais faire le point et clarifier la situation par ce biais car ce qui se passe dans la classe me ronge considérablement. 

Je suis sous anti-dépresseur et Atarax pour dormir. Crises de tétanie, crampes, nausées, maux de tête, sciatique, une fatigue immense, immense... 

Il se dit au collège que c'est moi qui harcèle les enfants. Juste pour que tout le monde prenne conscience de la vitesse et de l'absurdité des "rumeurs". Et du mal effroyable que ça peut faire.

Je n'aurais jamais abandonné ma classe s'il ne s'était agi que d'un problème lié aux enfants. 

Il y a deux mois, j'ai décidé de démissionner parce que je ne veux pas cautionner par mon travail en classe la réforme des Rythmes scolaires. L'école publique que j'aimais n'existera plus. Il vous sera facile de vous faire une idée en suivant ce lien :

                                                                                              L'école

Cette démission ne pouvait se faire qu'en recevant l'Indemnité de départ volontaire, permettant de payer une formation professionnelle. M Peillon a gelé cette enveloppe. Le texte est toujours inscrit au Bulletin Officiel mais il ne peut pas être appliqué...Un tour de passe-passe de plus...

J'ai donc demandé une reconversion professionnelle mais tout ce qui m'a été répondu, c'est qu'avec "JUSTE" un BAC et un diplôme d'instituteur, je n'avais accès à rien de ce que j'envisageais, hormis en retournant à la FAC pour passer un Master. Minimum deux ans d'études à 52 ans...

Trente-deux ans de carrière ne me donnent droit à rien... Plus de 1200 enfants. Rien, le néant. Pour le rectorat, j'en suis donc au même point qu'en sortant de l'école de formation des instituteurs, je n'ai rien appris, je n'ai pas évolué. 

Une formation continue d'environ 1500 heures ne me donne droit à rien...

La réponse du rectorat est donc la suivante; "A la rentrée de septembre, vous serez en congé longue maladie."

Je vous laisse imaginer ce que ça représente. 

Je n'étais pas malade, je venais pour travailler, dans d'autres domaines et la réponse de ma hiérarchie se résume à un congé longue maladie.

Imaginez ce que signifie une telle fin de carrière. Il est évident qu'il s'agit pour le rectorat de m'amener à revenir sur ma décision au regard de mon poste d'instituteur. Mais je ne reviendrai pas là-dessus. Depuis un an, je compile tous les articles, témoignages, enquêtes sur cette Réforme. Je sais de quoi je parle. Je n'en ferai pas partie.  

Bien que j'étais déjà considérablement miné, rongé, anéanti par tout ça, j'étais décidé bien évidemment à rester sur mon poste jusqu'à la fin de l'année. 

J'ai un attachement viscéral aux enfants, une très haute idée de ce que représente l'enseignement. 

La première personne que je suis allé voir lorsque j'ai eu mon diplôme, c'est mon Maître de CM2. Je l'aimais infiniment. 

"Surtout Thierry, ne fais jamais de mal aux enfants et ne laisse jamais un enfant souffrir dans ta classe. Ta classe, pour eux, ça doit être un refuge, un sanctuaire. Si tu dois gronder un enfant, c'est uniquement ce qu'il a fait qui doit être jugé, mais pas l'enfant lui-même. "

J'ai gardé toute ma carrière cette ligne de conduite. Je ne critique pas un enfant, je le sermonne pour ce qu'il a fait. Mais je l'aime tout autant lorsque le conflit est réglé. Et je lui fais systématiquement confiance pour la suite.

Maintenant, le fait que des enfants de MA classe se permettent de harceler d'autres enfants m'est absolument insupportable et les enfants le savent. Ils connaissent mon parcours. J'étais fortement asthmatique au collège, "soigné" avec de la cortisone à hautes doses. À 14 ans, je pesais 64 kilos. "Alors Bouboule, ça roule, Ledru gros cul."

Je n'ai jamais rien dit à mes parents, je souffrais en silence et puis un jour, j'ai explosé. J'ai envoyé un de mes bourreaux à l'hôpital et j'ai été renvoyé trois jours. 

Les enfants le savent. Je leur ai parlé des dizaines de fois de la notion de respect, de la nécessité d'apprendre à vivre les uns avec les autres. Je leur ai parlé des cauchemars, de la peur au ventre, de l'impossibilité de travailler et de réfléchir parce que la peur occupe toute la place. 

Tous les panneaux qui étaient affichés dans ma classe parlaient de ce respect et de l'amour à honorer et non à salir. 

Je suis sidéré aujourd'hui que les victimes se voient reprocher le fait d'avoir cherché à être protégés. Ce sont les victimes qu'il faut plaindre, pas les bourreaux qui voient aujourd'hui les conséquences de leurs actes. La pire erreur pour une victime, c'est de se taire. Et lorsque les bourreaux lui reprochent d'avoir parlé, ils le condamnent une deuxième fois parce qu'ils sont incapables d'éprouver eux-mêmes  la moindre empathie et qu'il s'amusent de la souffrance propagée. 

De la même façon, il est totalement inconvenant de reprocher à des mamans d'être inquiètes pour leurs enfants. C'est le contraire qui serait inacceptable. 

Je considère donc que je suis en échec avec les enfants dès lors que tout ce que je dis n'est pas entendu, qu'il n'y a aucun effet et qu'à la fin de l'année scolaire, des problèmes qui existaient à la rentrée de septembre n'ont jamais disparu. Si je ne suis que le Maître "sympa", c'est totalement insuffisant et ça ne peut pas nourrir mon envie de continuer. 

Je n'ai plus aucune envie de continuer.

1 ) L'État a tué l'école publique que j'aimais. Je ne participerai pas à la territorialisation de l'enseignement. J'ai une trop haute estime de cette institution pour participer à son démantèlement. 

2 ) Les enfants n'entendent pas ce que je dis. Ils n'en tiennent pas compte parce que les influences extérieures ont davantage d'importance. Je ne peux plus lutter, je m'y épuise. Et il m'est impossible de considérer que mon métier s'arrête à l'enseignement du participe passé ou aux tables de multiplications...

Sans doute suis-je trop idéaliste. Mais il est impossible pour moi de ne pas l'être quand on enseigne à des enfants. 

La seule chose qui pourrait me réjouir aujourd'hui serait d'apprendre que mes élèves ont fini par comprendre que d'être volontairement un bourreau, cela revient à tuer l'idée même de la vie.

Je ne suis pas parvenu à le leur faire entendre.

Mais je les aime tout autant. Ils ne sont pas responsables, ils ne sont eux aussi que les victimes d'un monde qui les influence. Et ce que j'ai à opposer à ce monde ne suffit plus. 

Clap de fin. 

"La Paix, ce n'est pas quelque chose qui vient de l'extérieur, qui est imposé par une loi, qui répond à un ordre. C'est quelque chose qui vient de l'intérieur, qui doit commencer au-dedans de nous-mêmes. 

Chacun a la responsabilité de faire grandir la Paix en soi afin que la Paix devienne universelle. "

Dalaï lama.

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau