Avec des enfants de CP (école)

Ils ont six ans.

Une séance par semaine. Méditation, respiration, discussion, écoute musicale...

Je m'approche d'une petite fille, je lui demande de fermer les yeux et je touche très, très doucement le lobe de son oreille.

Je lui demande si elle a senti quelque chose.

"Oui, sur mon oreille.

-Est-ce que j'ai appuyé fort ?

-Oh, non, tout doucement, mais j'ai senti quand même."

Elle est contente comme si elle avait réussi un contrôle...

Je recommence l'expérience avec plusieurs enfants puis ensuite, je recommence mais en touchant les cheveux, le plus loin possible du cuir chevelu.

"Est-ce que tu as senti quelque chose?

-Non.

-Et toi?

Non, rien du tout..."

 

Je les amène lentement à identifier ce qui leur permet de ressentir. 

"Comment vous savez ce que je vous demande ?

-On a entendu.

-Avec quoi?

-Avec les oreilles.

-Et quand je vous ai touché l'oreille ou votre mollet ou votre main?

-C'est avec la peau.

-Et comment vous savez que je vais vous demander de fermer les yeux?

-Parce qu'on voit que tu t'approches et que tu nous regardes.

-Il y a donc des éléments en nous qui nous permettent de recevoir ces contacts.

-Oui, c'est les cinq sens !

-Ah, ah, voilà quelque chose de très intéressant. Mais quand notre corps reçoit, qui en nous comprend de quoi il s'agit ?

-C'est le cerveau !

-Ah, ah, on avance, on avance. mais alors pourquoi, vous ne sentez rien quand je touche vos cheveux ?

-Parce qu'il n'y a pas de sang !

-Et non, le sang ne s'occupe pas de ça, il travaille pour autre chose, on en reparlera. Alors qui est-ce qui envoie les informations au cerveau ?"

Personne ne sait.

"Avec qui allez-vous passer toute votre vie ? Vous vous souvenez de cette question ?

-Oui, c'est avec nous !

-Mais alors, c'est tout de même très important de savoir ce qui se passe en nous. Souvent, on sait bien mieux ce qui se passe au dehors mais on ne regarde pas assez ce qui se passe dedans."

 

Je leur explique le rôle des nerfs et nous parlons de toutes les sensations dont ils se souviennent. Le froid, le chaud, la douceur d'un habit ou des draps de son lit. Et puis, on élargit sur les sensations que nous envoient les autres...Leur voix, leur apparence, leur parfum, leur corps quand on joue à s'attraper...

Les sensations...On discute, on discute et puis sans prévenir, je pousse un grand cri. 

Ils ont peur et sursautent.

"Qu'est-ce qui s'est passé ?

-On a peu peur.

-Pourquoi ?

-Parce que tu as crié.

-Comment vous le savez ?

-Ben, on a entendu. 

-Donc, vous avez eu une senation et cette sensation très forte a déclenché autre chose. Qu'est-ce que c'était ? 

-La peur !

-Oui, d'accord mais est-ce que c'était une sensation?

-Non, c'était après. (Jade est très pertinente et vive...)

-Et bien, il s'agit d'une émotion. Et vous en avez déjà éprouvé des milliers et des milliers. Hugo, tu as un bon copain dans cette classe?

-Oui, c'est Gabin.

-Et qu'est-ce que ça te fait quand tu le retrouves à l'école ?

-Je suis content de le voir et de jouer avec lui.

-Donc, tu as eu des sensations, tu l'as vu, tu lui as parlé, tu l'as touché, vous avez couru, vous vous êtes attrapés, vous avez ri. Et vous êtes heureux ensemble.  Ce bonheur ne vient pas des cinq sens, il est plus profond, il n'a peut-être pas d'endroit bien précis en nous. Ce bonheur nous envahit, il peut même nous faire frissonner ou nous faire rire...Les sensations déclenchent parfois des émotions très, très fortes. C'est bien de regarder tout ça en soi, de s'observer. Parce que c'est la même chose quand on est triste, quand on est en colère, quand on a peur...Il y a eu des sensations et les émotions se sont réveillées. Ce qui est bien quand on observe tout ça, c'est qu'on apprend à vivre mieux les émotions, à ne pas se laisser emporter. Bien sûr que c'est chouette quand c'est du bonheur et on aimerait bien que ça dure toujours. Mais, justement, c'est impossible. De la même façon, la tristesse ne dure pas toujours. Il suffit d'ailleurs de comprendre que nous sommes responsables de ces émotions pour les vivre mieux. Comment vous appelleriez des émotions qui se répètent jusqu'à faire partie de nous ? Je vous donne un exemple. Hugo et Gabin sont toujours heureux de se retrouver à l'école. Ils savent qu'ils ont un ami, un ami sûr. Est-ce que c'est encore juste une émotion ou est-ce que c'est devenu plus fort encore parce que ça se répète très souvent? Quand ils sont chez eux, dans leur chambre et qu'ils pensent l'un à l'autre, ils sont heureux et pourtant il n'y a aucune sensation puisqu'ils ne sont pas ensemble. Mais s'il n'y a pas de sensation, il n'y a pas d'émotion...Alors qu'est-ce que c'est maintenant? Qu'est-ce qui déclenche en nous cette chaleur, ce bonheur, ce sourire qui vient à notre visage alors que nous sommes tout seul?

-C'est parce qu'on se souvient.

-Oui, c'est cela, c'est la mémoire. Mais la mémoire, c'est comme un ordinateur qui enregistre tout ce qu'on lui donne. Elle est nourrie par les sensations et les émotions et elle est capable de retrouver tout ça quand c'est devenu tellement puissant que ça ne peut plus disparaître. Même si Hugo et Gabin ne se voyaient plus pendant plusieurs semaines, ce bonheur en eux serait toujours là. Il y a donc autre chose que les sensations et les émotions. Ce qui arrive parfois, c'est que les sensations et les émotions, quand elles se répètent souvent deviennent des sentiments.

-C'est ça quand on aime bien quelqu'un ?

-Oui, c'est exactement ça. Vous éprouvez de l'amitié ou de l'amour. Ce sont des sentiments. Comme si toutes les émotions avaient fini par construire un temple magnifique, un endroit où on se sent bien, en paix, protégé, accepté, sans danger. C'est l'amitié et l'amour. Les sensations, les émotions, les sentiments. Tout ça est en vous. Il faut apprendre à se connaître. Il faut connaître celui avec qui vous allez vivre toute votre vie. C'est vous. 

 

Dernière écoute musicale avec eux.

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau