Cash Investigation ; Pesticides (2) (Nature, santé)

Que faire après les révélations de « Cash Investigation » sur l’agriculture qui tue ?

 

 

inShare138

Image tirée du documentaire de Cash Investigation sur les produits chimiques

Si vous faites partie des téléspectateurs du documentaire de "Cash Investigation" diffusé mardi 2 février sur France 2, vous devez sans doute vous demander comment limiter la quantité d'intrants chimiques dans votre alimentation et votre environnement. Voilà quelques solutions...

 

Se renseigner

L'enquête de Cash Investigation, fort percutante, vous a peut-être ouvert les yeux sur un phénomène dont on ne mesure pas encore l'ampleur exacte. Plusieurs enquêtes ont déjà été menées sur le sujet, et je ne peux que vous recommander d'approfondir ce que vous avez découvert avec d'autres ouvrages.

Historiquement, c'est à l'américaine Rachel Carson que nous devons la première dénonciation des effets des pesticides sur notre environnement, dans un ouvrage facile d'accès publié en... 1962, Un printemps silencieux. Ses craintes se révèlent justifiées aujourd'hui, malheureusement...

Capture d'écran 2016-02-02 22.24.57Viennent ensuite les écrits d'un grand spécialiste du sujet, qu'on voit d'ailleurs dans le documentaire, François Veillerette, président duMouvement pour le Droit et le Respect des Générations Futures. L'un de ses premiers ouvrages, paru chez Terre Vivante en 2002, s'intitule "Pesticides, le piège se referme". Le plus médiatisé fut celui qu'il a co-écrit avec Fabrice Nicolino, chez Fayard (Pesticides, révélations sur un scandale français). Et vous pouvez aussi embarquer au passage celui qu'il vient de co-écrire avec la journaliste Marine Jobert, chez Buchet Chastel, au sujet de la menace invisible que constituent les perturbateurs endocriniens.

Notre poison quotidien, de Marie Monique Robin, diffusé sur Arte en 2013(extrait ci-dessous) et accompagné d'un ouvrage aux éditions la Découverte, constitue aussi une enquête remarquable sur la question.

A voir également : Nos enfants nous accuseront, de Jean-Paul Jaud ou bien encore Solutions locales pour un désordre global, de Coline Serreau.

A lire aussi : les ouvrages de l'agronome Jacques Caplat, parus chez Acte Sud, sur l'agroécologie et les modèles agricoles de demain.

Si vous souhaitez vous renseigner de manière plus sommaire, allez sur le sitePesticides non merci et surtout sur Générations Futures ou sur le site de Greenpeace.

Vous pouvez également participer fin mars à la semaine sans pesticides.

S'alimenter autrement

Label Agriculture Chimique - EcoSapiens

Manger bio, local et de saison... tel est l'un des meilleurs conseils à donner. Lorsque cela est local vous pouvez vous assurer de la provenance du produit, de son mode de production : dans une logique de circuit-court, on peut facilement interroger un paysan et lui demander comment il cultive sa terre et traite ses bêtes ! Lorsque cela est de saison cela vient logiquement de moins loin, pollue moins, offre plus de garantie en termes de circuit alimentaire. Et bien sûr, lorsque cela est d'origine biologique et certifié comme tel, cela vous offre la meilleure garantie qui soit d'être en présence d'un produit bon, propre et juste, issu d'un mode de production naturel.

Pour aller plus loin sur ces sujets avec des conseils et des sites pratiques, rendez-vous sur les liens suivants :

Concernant la qualité de l'eau du robinet, consultez cette carte. Et si vous avez encore des doutes, il existe des filtres à installer directement sur le robinet, très pratiques.

Pour faire pression sur les décideurs, signez donc la pétition d'Agir pour l'environnement pour obtenir l'intégration d'une alimentation de proximité issue de l’agriculture biologique en restauration collective.

Et n'hésitez pas à soutenir voire financer des projets qui participent à la création d'une autre agriculture, tels Fermes d'Avenir ou Blue Bees.

Envisager les choses plus largement

Cash Investigation insiste sur la pollution de l'air par les pesticides, qui n'est pas réglementée encore. Il existe des associations qui militent sur ce sujet de la pollution de l'air, n'hésitez pas à les solliciter et/ou les soutenir.

Pensez aussi aux autres produits de votre quotidien : cosmétiques, plastiques, etc. Ils contiennent nombre de produits chimiques. Pour aller plus loin :

Si vous avez la chance d'avoir un jardin, changez vos pratiques !

Pour vous rassurer, sachez que changer ses habitudes est souvent moins difficile qu'on ne se l'imagine... et quand on parle d'imaginaire, allons donc voir le film Demain au cinéma. Je vous en avais parlé ici lors du lancement de sa campagne de crowdfunding, et ce documentaire positif est en train de devenir un phénomène de société !

Cet article n'étant pas exhaustif, si vous avez d'autres suggestions n'hésitez pas à les partager en commentaires !

Anne-Sophie Novel / @SoAnn sur twitter

Les éditions Les Arènes/France2 ont publié un ouvrage qui retrace l'enquête du documentaire. Ce "Cash Investigation" est aussi disponible en Replay, et la carte issue des chiffres qu'ils ont obtenus en exclusivité disponible en suivant ce lien.

 

Révélations de « Cash Investigation » sur l’agriculture qui tue

LE MONDE |  • Mis à jour le  | Par Martine Valo

Abonnez vous à partir de 1 € Réagir Classer

Partager (25 100)Tweeter

image: http://s2.lemde.fr/image/2016/02/02/534x0/4857649_6_6cac_un-drone-le-rmax-helicoptere-sans-pilote_b5cd48bd7b10e357810d432445ee5646.jpg

Un drône (le RMAX), hélicoptère sans pilote, démontre sa capacité à répandre sur un vignoble d'Oakville, en Californie, de l'eau mais aussi des pesticides et autres fertilisants. Le 15 octobre 2014.
Un drône (le RMAX), hélicoptère sans pilote, démontre sa capacité à répandre sur un vignoble d'Oakville, en Californie, de l'eau mais aussi des pesticides et autres fertilisants. Le 15 octobre 2014. RICH PEDRONCELLI/AP

MAGAZINE SUR FRANCE 2 À 20 H 45


CASH INVESTIGATION (extrait: Elise Lucet s’invite chez Bayer)

Les pesticides, nous en mangeons, nous en buvons et nous en respirons. Ils font la fortune de quelques géants de l’agrochimie – six, exactement – et ont des conséquences graves sur la santé publique. Le postulat de départ de l’équipe de «  Cash investigation  », sur France 2, est remarquablement illustré par ce documentaire percutant. Leur démonstration a des chances de secouer le public, encore loin de mesurer l’ampleur du problème.

D’autant que les journalistes ont choisi de concentrer leur enquête sur les victimes les plus vulnérables des épandages incontrôlés dans les champs, les vergers et les vignes : les enfants, et plus encore les fœtus exposés dans le ventre de leur mère. Tumeurs cérébrales, cancers, autisme, malformations congénitales, retards de développement : le nombre de cas augmente à grande vitesse. Les scientifiques multiplient les recherches qui établissent un lien entre ces courbes alarmantes et celles des pesticides, des médecins tentent de sonner l’alarme. En vain.

image: http://s1.lemde.fr/image/2016/02/02/534x0/4857650_6_7e45_une-sulfateuse-a-usage-agricole_69b73ccd3af65bf5bf3e140c8fb9307a.jpg

Une sulfateuse à usage agricole.

« SUR HUIT FEMMES ENCEINTES, SIX QUI TRAVAILLAIENT DANS LES CHAMPS AVEC MOIONT EU UN ENFANT AUTISTE, COMME MON FILS », TÉMOIGNE UNE MÈRE.

On ne peut plus dire que l’on ignore le danger. Mais tout se passe comme si la santé publique ne pesait rien face aux millions de tonnes de « produits de protection des plantes »,comme les désignent les industriels, autrement dit face aux rendements agricoles. Et comme certains insecticides, herbicides, fongicides sont très persistants, même une fois interdits, ils contaminent encore pendant des années, voire des siècles, l’air, la terre, l’eau, jusque dans les nappes phréatiques. L’émission alterne les rencontres avec les riverains et les dirigeants des firmes de l’agrochimie. On est frappé par l’impuissance des premiers et le cynisme des seconds.

Lire aussi : Quel est le coût des pollutions agricoles ?

Dans la campagne californienne, au milieu des citronniers, les ouvriers agricoles mexicains et leurs familles respirent quotidiennement du chlorpyrifos, un insecticide interdit en France. « Sur huit femmes enceintes, six qui travaillaient dans les champs avec moi ont eu un enfant autiste, comme mon fils », témoigne une mère.

Cheveux des enfants

Elise Lucet et Martin Boudot sont aussi allés à la sortie d’écoles de Gironde encerclées par les vignobles. Ils ont proposé à des parents de faire analyser une mèche de cheveux de leurs enfants. Les conclusions du laboratoire sont édifiantes, comptabilisant jusqu’à 44 pesticides, autorisés ou non. Nombre des informations livrées dans ce documentaire étaient connues, au moins des spécialistes. Une fois rassemblées et incarnées par des visages de parents inquiets et d’enfants au regard perdu, elles prennent un nouveau relief.

Lire encore : Monsanto condamné pour l’intoxication d’un agriculteur français

Alors, forcément, le téléspectateur citoyen jubile de retrouver la patte des journalistes de « Cash investigation », cette façon bien à eux de passer un pied dans la porte de l’assemblée des actionnaires de Bayer à Cologne, de s’immiscer dans undîner chic de sénateurs français organisé par le groupe suisse Syngenta, ou de passer au grill un des porte-parole du lobby des pesticides à Bruxelles.

Lire par ailleurs : Pour les experts européens, le glyphosate est sans danger

Un traitement spécial est réservé à Stéphane Le Foll. Le ministre de l’agriculture est reçu dans une pièce au sol recouvert d’une vaste carte de France des départements les plus consommateurs de pesticides, établie à partir des statistiques inédites de vente que l’équipe a réussi à se procurer. M. Le Foll se laisse aller à une contre-vérité : « Tout le monde peut avoir accès à ces informations», prétend-il, alors que ces chiffres sont plus protégés qu’un secret d’Etat. Puis il lâche : « Je suis parfaitement conscient que c’est une bombe à retardement, un danger pour la santé, pour l’environnement et même pour l’économie.» On ne peut pas mieux dire.

Magazine présenté par Elise Lucet. Une enquête de Martin Boudot (France, 2016, 135 min). Le mardi 2 février à 20 h 55 sur France 2.


CASH INVESTIGATION / Produits chimiques : les cheveux des enfants parlent


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/televisions-radio/article/2016/02/02/cette-agriculture-qui-tue_4857651_1655027.html#3mL6vYYdA7Y7417Q.99

 

inShare138

blog

Commentaires (2)

Thierry
  • 1. Thierry | 04/02/2016
Je dois dire que je suis surpris aussi de la diffusion de ce docu et vraiment l'équipe d'Elise Lucet, c'est chapeau bas. C'est clair que lorsque les gens entendent parler de cancers chez des enfants, ça doit quand même remuer les tripes ou alors c'est à désespérer du genre humain....On va bien finir par en sortir de cet empoisonnement planétaire.
Vandooren Marie Noelle
  • 2. Vandooren Marie Noelle | 04/02/2016
Wahou!
Voilà , je me posais la question hier , bien que n'ayant pas vu le reportage je vois les commentaires : comment ce fait il que ce doc soit passé à une heure de grande écoute ? Il y a forcement un % des gens qui vont pousser un peu plus loin . Pour ma part , c'est après la diffusion "du monde selon Monsanto" que j'ai compris l'ampleur du désastre . Tu offres
là matière à cogitations +++ :-)
La question reste entière , je ne crois pas que la télé soit un vecteur médiatique honnête , alors pourquoi s'être prêté à ce jeu Mr Le Foll ?
Je vais partager cet article avec joie Thierry !
Merci et à bientôt de te lire ( pas sûre que cette tournure soit correcte lol )
Marie Noelle

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau