Confusion mentale ?...

Fiche emploi enseignant

Vous voyez ce qui manque sur cet appel à candidature ?...

Les orientations sexuelles ? Le régime alimentaire ? Les passe-temps préférés ? Les séries télé ? Les tenues vestimentaires ? 

Non, non, il manque juste la formation, le diplôme, le parcours professionnel, la motivation, la connaissance de l'enfant, le sens de la pédagogie, la connaissance des programmes. Une bagatelle en quelque sorte puisque tout ça va JUSTEMENT dans le sens des objectifs du gouvernement. C'est ce que je dis ici depuis un an. 

Il manque aussi l'extrait de casier judiciaire, celui qu'on m'a demandé quand j'ai passé le Concours,... il y a longtemps.

Repris de justice, ex pédophile ou  en cours, mari violent, anciennes condamnations, ?...Non, rien, tout va bien. C'est juste pour mettre devant des enfants...On s'en fout de tout ça. Ce qui compte, c'est que les familles soient soulagées qu'il y ait un "enseignant"...

Mais il est vrai que je suis paranoïaque et dans une grande confusion mentale...

Quand on veut se débarrasser de son chien, on l'accuse de propager la rage.

Et bien, oui, j'ai la rage...

JUSTE POUR RAPPEL

Le CAHIER N13 DE L'OCDE écrit en 1996 et parfaitement appliqué depuis.

Ocde 1

Ocde 2 

TOUT EST LÀ. 

Le démantèlement est déjà bien avancé. Maintenant, on va accélérer.

Mais tout ça, c'est le délire d'un fou. 

"Faut que vous preniez des antidépresseurs Mr Ledru, c'est indispensable. Vous n'êtes plus en état de réfléchir..."


En Seine-Saint-Denis, des chômeurs catapultés professeurs

LE MONDE |  • Mis à jour le  |Par 

Abonnez-vous
à partir de 1 €
 Réagir Classer

Partager   google + linkedin pinterest

Sans aucune formation adaptée, Rachid M., 21 ans, a été recruté pour prendre en charge une classe de CE1 de Seine-Saint-Denis au pied levé (photo d'illustration).

Il est arrivé en milieu de matinée le vendredi 10 octobre à l’école Louis-Blériot, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), sur un simple coup de fil de l’académie de Créteil quelques heures plus tôt. C’est le troisième poste que Rachid M. (le prénom a été changé) enchaîne : après un CM2, une classe de grande section maternelle, c’est un CE1 qu’il doit prendre en charge au pied levé dans cette école classée REP + – appellation des nouvelles zones d’éducation prioritaires.

Sans aucune formation adaptée, le jeune homme de 21 ans a été « jeté dans la fosse aux lions » comme les quelques dizaines de contractuels que le rectorat continue de recruter, soit par le biais de son site, soit par Pôle emploi, pour boucher les trous en Seine-Saint-Denis.

Démarche chaloupée, look décontracté avec sa petite barbe, ses cheveux mi-longs coiffés en arrière et son chewing-gum dans la bouche, Rachid M. donne l’impression d’être tombé ici par hasard. Quand il est arrivé, il a trouvé les consignes que la maîtresse qu’il remplace avait laissées. Une chance, car le jeune débutant n’avait pas eu le temps de « préparer ». Par ce terme, il veut dire qu’il n’a pas pu consulter les programmes sur Internet. Car Rachid n’a jamais pensé devenir « instit » avant. Il cherchait plutôt « dans le commerce », un emploi de vendeur ou de chef de rayon. Sans succès. Sur les conseils d’un ami, il a postulé sur le site du rectorat.

« FAIRE AVEC »

Après un entretien, il a été jugé apte. Pourtant, avec son BTS de management des unités commerciales, Rachid M. n’a pas le d...

L’accès à la totalité de l’article est protégé


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/10/20/en-seine-saint-denis-des-chomeurs-catapultes-professeurs_4509126_3224.html#cCIoZltclmm4K2T6.99

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau