Conscience du monde. (spiritualité)

Il est impossible d'avoir une vision globale du monde au regard des évènements qui s'y produisent. Tout ce fatras restera immanquablement initié par des visions intentionnelles. Paris Match ou Sciences et Vie...Le premier est dans le registre de l'absolument superficiel, épisodique, éphémère et sans aucune analyse de son propre commentaire. L'objectif est commercial et nullement existentiel. Le deuxième oeuvre à l'explication rationnelle des évènements associés à tous les "comment" qui nous interpellent.

La philosophie avait pour tâche d'explorer les pourquoi...

Mais il y a davantage de lecteurs de Paris Match que de Spinoza et la philosophie a fini par sombrer dans les zones obscures du monde intellectuel.

 

L'Humanité a donc fini par écouter tout ce qui vient de l'extérieur jusqu'à en devenir sourde à son espace intérieur. Chaque individu s'identifie à la lecture évènementielle dans laquelle il se sent reconnu. Du "people" le plus insignifiant jusqu'aux plus éminents scientifiques. Des appartenances.

On en vient même à étiqueter la démarche spirituelle parce qu'il faut bien que chacun s'y retrouve dans ce fatras. Il faut bien qu'on nous indique quelle est la "bonne" route. Il s'est produit le même phénomène avec la philosophie...Qu'en est-il ressorti ? Est-ce que de l'Histoire de la philosophie, il reste une donnée, une seule, à laquelle on puisse donner l'attribut de "Patrimoine de l'Humanité"? ...Aucune. Non pas parce qu'elles n'avaient aucune valeur (qui oserait dire que Socrate n'avait aucune valeur) mais parce que l'Humanité n'a considéré la Philosophie que comme un épiphénomène évènementiel lié à l'existence de leurs initiateurs. Il est certain que les conflits d'ego n'ont pas servi la Philosophie elle-même...Il n'a été pour beaucoup dans cette démarche qu'une intention de reconnaissance. Effrayant détournement.

 

La spiritualité me semble emprunter la même voie. Ou plutôt les multiples voies générées par la multitude d'ego qui y cherchent la même reconnaissance.

Je ne serais pas surpris dans quelques années, si je suis encore là, de constater que cette approche existentielle sera tombée dans l'oubli. Tout comme la philosophie. Pour les mêmes raisons. Les spiritualistes ne cherchent pas l'ouverture des consciences mais la reconnaissance des consciences identifiées envers leur travail...Effrayant détournement.

blog

Commentaires (2)

Thierry
  • 1. Thierry | 13/03/2012
Avec les gaz, tu vas participer au réchauffement climatique^^Non, franchement, je préfère observer tout ça et cultiver mon potager sans strychnine. Rien ne m'empêche en plus d'essayer de partager ce qui me vient à l'esprit. Toujours ça de fait.
JM
  • 2. JM | 13/03/2012
J'hésite... la strychnine ou les gaz d'échappement dans mon garage fermé ? ;o) Je me demandais ce matin ce qui était préférable : le sort des Amérindiens qui se sont vus disparaître mais ont, dit-on, vécus dans une grande harmonie avec la nature ou le sort qui semble nous être réservé depuis que nous sommes sortis de notre état "animal" et que plus personne ne contrôle nos jeux d'apprentis sorciers ? Oui, la réponse n'apporte pas grand chose non plus... Alors peut-être plutôt les gaz, c'est plus pratique.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau