Délabrement des centrales nucléaires

Oui, je sais, le titre est volontairement exagéré mais on est en droit de se demander si la notion même de "mauvais état" est acceptable dans le domaine nucléaire, si des tuyaux rouillés ou des installations de secours défaillantes sont des choses "normales" ... J'aimerais être certain que les gens qui gèrent tout ça ont les compétences et les moyens pour que rien de gravissime ne survienne.

J'ai un doute. 


 

Sécurité des centrales nucléaires : le rapport accablant d'experts mandatés par Greenpeace

 

  •  
  •  

Face à une possible attaque terroriste, les centrales nucléaires sont très mal protégées, soulignent les experts mandatés par l'ONG qui n'ont rendu publique qu'une version "light" de leurs travaux.

La sécurité des centrales nucléaires est une préoccupation permanente. Le sujet revient régulièrement dans l'actualité, mais pour la première fois, des experts mandatés par l'ONG Greenpeace - experts en terrorisme et chercheurs, docteurs en physique, ingénieurs - se sont penchés pendant un an et demi sur la question et ont établi un rapport que le Parisien a pu se procurer. Leur objectif était d'identifier les failles pour alerter EDF et les pouvoirs publics. Et la conclusion se révèle accablante.

"Des parois de trente centimètres". La situation est telle que les sept experts ont choisi de ne rendre publique qu'une version allégée de ce rapport pour ne pas donner, disent-ils, "des idées à des personnes mal intentionnées". Ces experts expliquent ainsi que les piscines utilisées pour refroidir le combustible sont très peu protégées, moins que les réacteurs, avec des parois très fines de seulement trente centimètres d'épaisseur, dont deux centimètres de tôle métallique. "Les piscines de refroidissement tiennent plus du hangar agricole que de l'édifice nucléaire", résume Greenpeace.

Graves rejets radioactifs. Par ailleurs, à La Hague, près de Cherbourg, dans la Manche, on trouve par exemple plus de 9.000 tonnes de combustible usé entreposées dans les piscines, soit autant que dans l'ensemble des réacteurs nucléaires. Ce combustible usé est toujours hautement radioactif et il n'y a pas de dispositif de sécurité particulier, disent les experts. Le rapport précise que si le bâtiment était endommagé par une attaque, il y aurait en quelques heures de graves rejets radioactifs. A Fukushima, explique l'un des experts français à titre de comparaison, si les piscines avaient été touchées, 14 millions d'habitants de la ville de Tokyo située à 200 kilomètres de la centrale auraient dû être évacués.

"Sortir du nucléaire" porte plainte contre la centrale de Belleville-sur-Loire

  • A
  • A
"Sortir du nucléaire" porte plainte contre la centrale de Belleville-sur-Loire
La centrale de Belleville-sur-Loire fait l'objet d'une plainte de "Sortir du nucléaire" contre EDF.@ ALAIN JOCARD / AFP

Partagez sur :

  •  

Le réseau d'associations a déposé vendredi une plainte contre EDF pour "exploitation du centre nucléaire de production d’électricité en violation du code de l’environnement, de la réglementation relative aux installations nucléaires de base et du code du travail".

Le réseau "Sortir du nucléaire" l'avait promis, il l'a fait. Une plainte a été déposée au tribunal de grande instance de Bourges, vendredi, contre EDF, exploitant de la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire. L'association Sortir du nucléaire Berry-Giennois-Puisaye accuse le groupe d'"exploitation du centre nucléaire de production d’électricité en violation du code de l’environnement, de la réglementation relative aux installations nucléaires de base et du code du travail".

Une centrale sous "surveillance renforcée". La décision de porter plainte avait été prise après le placement de la centrale "sous surveillance renforcée", mi-septembre. À l'époque, le chef de la division d'Orléans de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), Pierre Boquel, avait justifié cette décision par l'observation de "problèmes dans l'organisation et dans l'entretien courant de l'installation". En revanche, il réfutait tout "état dégradé" de la centrale et estimait qu'elle ne présentait "pas de risque imminent en matière de sûreté". 

Nombreux dysfonctionnements. Pas de quoi convaincre "Sortir du nucléaire", d'autant que la même ASN avait alerté, lundi dernier, sur des problèmes de rouillesur les tuyaux du système de pompage. Cette corrosion, observée sur les canalisations de 29 réacteurs français, notamment les deux de la centrale de Belleville-sur-Loire, pourrait entraîner des problèmes de refroidissement en cas d'incidents plus larges, comme un séisme. Par ailleurs, Le Parisien s'est procuré l'intégralité du rapport de l'ASN sur la centrale berrichonne, qui laisse entendre de plus amples dysfonctionnements. Ce rapport mentionne les "dégradations significatives" de pièces comme les générateurs de vapeur, mais aussi des diesels de secours. Certains plans de la centrale auraient par ailleurs été égarés, tandis que l'utilisation de la sous-traitance laisse à désirer.

blog

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.