Des vacances d'Enfer

"Je soussigné Dr G..., docteur en médecine, certifie avoir vu ce jour en consultation Monsieur Ledru Thierry.

Il présente depuis février 2014 un syndrome anxio dépressif marqué.

Dès le 25 février, ma collègue parle déjà dans son dossier de burn out professionnel avec idées dépressives et anxiété généralisée.

Depuis cette date, il a présenté de nombreuses somatisations à type de dysphonies, de migraines ophtalmiques, d'acouphènes, de douleurs abdominales.

Il présente également des lombalgies avec une ossification du ligament jaune interépineux L5S1 et un empirerrement vésiculaire spectaculaire.

Son état de santé se caractérise par des troubles du sommeil à type de réveils anxieux et crises d'angoisses nocturenes. 

En journée, il présente une asthénie nette avec aboulie et anhédonie notable. L'anorexie a abouti à une perte de poids de 4 kilos actuellement. 

Enfin, des idées d'autodépréciation sont présentes sans toutefois d'idées suicidaires, à cette heure.

La prise en charge médicale s'est basée sur le travail psychotérapeutique, la méditation et la sophrologie contrairement aux trois épisodes dépressifs qu'il a déjà présenté depuis l'âge de 25 ans. (Multiples antidépresseurs très mal supportés)

Une prescription d'anxyolitiques a tout de même été nécessaire."


Pour ceux ou celles qui m'imagineraient à me dorer la pilule aux frais de l'Empire (qui empire.)

Des vacances d'enfer...

J'y vois un intérêt malgré tout.

C'est celle du thérapeute que je veux devenir.

Qui donc est le plus à même d'accompagner des patients ?

Celui qui est blindé de connaissances et a toujours vécu à l'abri des miasmes les plus torturants ou celui qui en plus de quelques connaissances diverses, sait, au plus profond de lui, ce que représente la maladie, qu'elle soit d'ordre physique ou psychologique. Le cumul des deux, dans mon cas,  est une bénédiction des Dieux...

Il ne me reste plus qu'à m'instruire. La part émotionnelle, existentielle, morale, physique, tout ça, c'est bon, j'ai mon certificat avec mention spéciale du jury.

Oh, bien sûr, on peut toujours faire mieux. Ou pire. Je vais tenter de m'en passer... 



 

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau