En retraite

L’image contient peut-être : table et intérieur

Voilà, c'est fait. je suis entré en retraite ce soir. Des grappes d'enfants qui pleuraient accrochées à ma taille. Des mots pleins d'amour. 


"Je ne t'oublierai jamais, Maître et je n'oublierai jamais cette année passée avec toi. Tu resteras pour toujours dans mon cœur."


Eux aussi.

Ma dernière lettre à mes élèves : 
"Vérifie toujours, à chaque instant, que tes pensées, tes paroles et tes actes sont à l’image de la personne que tu es et celle que tu as décidé d’être. C’est là que se trouve le « maître intérieur ».
Il est en toi. Cherche-le.
La personne avec laquelle tu passeras toute ta vie, c’est toi-même et rien n’est plus important que tu te connaisses réellement. Non pas à travers ce que les autres pensent de toi puisque ce sont leurs pensées, leurs jugements, leurs interprétations, mais uniquement au regard de ta propre analyse. 
Il faut de l’amour en toi pour grandir. N’attends pas uniquement que les autres t’aiment. Apprends d’abord à t’aimer vraiment, à être responsable de tes pensées et de tes actes et à en être fier. Alors, tu pourras aimer les autres puisque tu pourras leur offrir le plus beau de toi-même.
Ce monde a besoin de toi. Il a besoin de ton amour de la vie. Dans le calme intérieur, tu trouveras l’amour. Dans le calme, il n’y a jamais de colère.
Il est possible pourtant que tu sois parfois en colère contre toi-même. Apprends alors à te pardonner. Personne n’est infaillible mais si tu ne te pardonnes pas tes propres erreurs, la colère restera en toi et elle t’empêchera de grandir, comme une tempête intérieure qui ne s’arrête jamais vraiment et t’épuise. Se pardonner, c’est écouter le maître intérieur..
Le calme en soi délivre l’énergie nécessaire pour apprendre et grandir.
Il ne s’agit pas d’être le premier. Il s’agit juste de trouver la force en toi pour avancer. Ne te préoccupe pas de ce que les autres réalisent. Ne sois pas jaloux d’eux parce que cette jalousie, c’est surtout de la colère contre toi et qu’elle ne t’aidera pas. Si tu laisses la colère t’envahir, elle consumera tes forces et ces forces perdues te manqueront.
Lorsque le travail de l’école sera difficile, cherche cette force en toi, cherche la volonté, la détermination, la patience, le courage d’aller jusqu’au bout. Pas seulement pour que ce travail soit le plus performant possible, mais pour que tu sois fier de toi. C’est cela qui importe. Le seul résultat qui compte, c'est ta joie intérieure.
Lorsque tu as réfléchi, profondément, lorsque tu as analysé une situation, lorsque tu as établi tout ce qui est de ta responsabilité et qu’après ce long travail, tu es certain que ce que tu fais est juste, bon et utile, pour toi, pour les autres, pour tout ce qui existe sur cette Terre, alors n’abandonne jamais.
Quoi qu’il arrive, aussi difficile que ce soit. Si cela est juste, bon et utile, n’abandonne jamais. 
Ce que tu apprendras de toi sera plus important encore que ce que tu auras réalisé.

Souviens-toi de ce mot :clairvoyant. « Celui qui voit clair », celui qui sait, celui qui écoute la sagesse en lui.

Si quelqu’un te fait du mal, apprends à maîtriser tes émotions. L’autre deviendra alors l’opportunité pour toi de grandir, d’être plus fort encore. Si tu parviens à garder le calme en toi, l’autre n’aura plus aucun pouvoir et il ira voir ailleurs, il ira chercher une autre proie. C'est en te maîtrisant que tu parviendras à maîtriser l'autre.

Tu as un très long chemin à parcourir, une très longue vie et il tient à toi que ça soit une belle voie d’ascension.
C’est ta volonté à aller le plus haut possible qui te donnera les forces nécessaires.
Force et bonheur, ce sont deux mots essentiels.
La force d’avancer pour le bonheur d’aller au plus haut de soi.

Tu montes vers ton sommet et il faut accepter l’idée que ce sommet est très lointain. Et tant mieux. Apprends la patience et nourris-la de ta détermination. 
Tu auras besoin parfois de t’asseoir, de te reposer, de reprendre des forces. Tu en profiteras alors pour contempler les horizons gagnés, pour regarder sous tes pieds toute la distance que tu auras parcourue, pour te souvenir de tous les efforts que tu auras produits pour en arriver là. Tu pourras ressentir cette joie d’avoir été plus fort que les moments de faiblesse, les moments de découragement et de lassitude. Tu as le droit d'être fatigué, de ne pas atteindre ton objectif au premier essai, de trébucher, d'être déçu, d'être attristé. Tout ça n'est que la possibilité que la vie te donne pour apprendre encore. 
Réjouis-toi de chaque instant, sans resté accroché à des moments passés ou à vivre dans le futur. Le sommet ne s’atteint qu’en vivant pleinement chaque pas, dans une totale concentration. 
Ne regrette rien si tu ne peux plus rien y faire. N’espère rien si ça n’est qu’un espoir. C’est de l’énergie perdue. Les seuls espoirs utiles sont ceux que tu peux atteindre à travers tes actes. 
Apprends à agir dans l’instant, juste là, quand il le faut. L’instant présent est le seul endroit où tu existes. Le passé et le futur n’existent que dans tes pensées. Apprends à vivre réellement, là où tu es, en cet instant. 
Alors, tu pourras honorer ton parcours, sans prétention, juste parce qu’il est juste et bon que tu exprimes tes remerciements envers la force de vie en toi.
Et puis, tu repartiras et tu monteras encore et encore.
Tu peux toujours progresser. Tu es ta seule limite. Tout ce que tu peux devenir est déjà en toi. Rien ne viendra s’ajouter de l’extérieur. Tu dois explorer ton propre territoire et puiser avec amour tout ce qu’il contient. 
Que ta route soit belle, qu'elle soit exemplaire, qu'elle soit portée par l'amour de la vie.
Sois ton maître intérieur."

blog

Ajouter un commentaire