En toute conscience (spiritualité)

Le Cochon, la Chèvre et le Mouton

Une Chèvre, un Mouton, avec un Cochon gras,
Montés sur même char s'en allaient à la foire :
Leur divertissement ne les y portait pas ;
On s'en allait les vendre, à ce que dit l'histoire :
Le Charton n'avait pas dessein
De les mener voir Tabarin,
Dom Pourceau criait en chemin
Comme s'il avait eu cent Bouchers à ses trousses.
C'était une clameur à rendre les gens sourds :
Les autres animaux, créatures plus douces,
Bonnes gens, s'étonnaient qu'il criât au secours ;
Ils ne voyaient nul mal à craindre.
Le Charton dit au Porc : Qu'as-tu tant à te plaindre ?
Tu nous étourdis tous, que ne te tiens-tu coi ?
Ces deux personnes-ci plus honnêtes que toi,
Devraient t'apprendre à vivre, ou du moins à te taire.
Regarde ce Mouton ; a-t-il dit un seul mot ?
Il est sage. - Il est un sot,
Repartit le Cochon : s'il savait son affaire,
Il crierait comme moi, du haut de son gosier,
Et cette autre personne honnête
Crierait tout du haut de sa tête.
Ils pensent qu'on les veut seulement décharger,
La Chèvre de son lait, le Mouton de sa laine.
Je ne sais pas s'ils ont raison ;
Mais quant à moi, qui ne suis bon
Qu'à manger, ma mort est certaine.
Adieu mon toit et ma maison.
Dom Pourceau raisonnait en subtil personnage :
Mais que lui servait-il ? Quand le mal est certain,
La plainte ni la peur ne changent le destin ;
Et le moins prévoyant est toujours le plus sage.

JEAN DE LA FONTAINE

______________________________________________________________________________________________________________

"Celui qui ne sait pas est un imbécile, mais celui qui sait et ne dit rien est un criminel."

BERTOLD BRECHT

______________________________________________________________________________________________________________

 

Terrible dilemme...Nous avons d'un côté une vision fataliste, ce qui est ne peut pas être changé et il ne sert à rien de s'en tourmenter et de l'autre l'idée que l'ignorance est du domaine des imbéciles et que la connaissance non utilisée est criminelle.

 

Il faudrait bien évidemment analyser ces deux attitudes dans diverses situations pour juger de la pertinence d'un choix.

S'il s'agit de la mort inéluctable d'une fin de vie, il est inutile de se tourmenter, ça ne changera rien à l'affaire et ça serait même le meilleur moyen de se priver du temps qui reste.

S'il s'agit d'une menace extérieure envers cette vie, un risque rapporté, un danger qu'il est possible d'éviter, une sanction fatale à laquelle l'individu peut s'opposer, il convient à mon sens d'user de toute son énergie pour lutter. Ne serait-ce que pour l'estime de soi. Je ne veux pas être une victime consentante. Même si l'issue peut paraître périlleuse, je me dois d'honorer la Vie en moi par l'exploitation du potentiel qu'elle m'a offert. Il s'agit de mourir avec regret, certainement, mais sans remords. Ou éventuellement d'en réchapper.

Qu'en est-il maintenant de toutes les situations dans lesquelles le risque de mort n'est pas présent ?

Celui qui ne sait pas est-il un imbécile ?

Non, assurément, sinon cela sous entendrait que tous mes élèves sont des imbéciles.Et moi aussi au vu de tout ce qui me reste à apprendre.

Par contre, celui qui ne chercherait pas à savoir alors qu'il a conscience qu'il ne sait pas, celui-là serait un imbécile. Mais encore faut-il qu'il puisse disposer d'une aide, d'un support, d'un tuteur pour réaliser au moins qu'il ne sait pas.On ne peut apprendre que ce qu'on sait ne pas savoir.

Celui qui sait et n'agit pas est-il un criminel ?

On rejoint bien entendu le phénomène actuel des "Indignés". Nous savons que nous ne savons pas tout de la vérité et ce que nous en savons nous pousse à agir. 

Celui qui sait et ne dit rien participe au mensonge. C'est une certitude. Il entre dans le registre des "collaborateurs" par son silence. Un rappel historique et on sait à quel point l'Histoire se répète. Cette omission de la vérité a facilité les crimes. Même si l'individu n'est pas le bourreau, il l'autorise à agir.

Certains pourraient dire qu'autour de nous, il n'y a pas de crime, qu'on n'est pas en temps de guerre, que la juxtaposition des époques est indécente.

 

Il faudrait aller l'expliquer à ceux qui ont vu un de leur proche se suicider. En Grèce, le taux de suicide est en augmentation de 40%...Et les statistiques des suicides dans les entreprises françaises n'est pas à porter aux nues..."Allo, je suis bien chez France Télécom? _ Tut...tut...tut..."

Combien de personnes en dessous du seuil de pauvreté ? Combien de repas servis par les Restos du coeur qui n'ouvraient à l'origine que pour un seul hiver ?  Ceux qui s'efforcent de ne pas le savoir sont des assassins de la Vérité. 

______________________________________________________________________________________________________________

"Il y a deux vérités; L'histoire officielle, menteuse, puis l'Histoire secrète où sont les véritables causes des évènements. "

Honoré de Balzac.

___________________________________________________________________________________________________________________________

Le choix du fatalisme, dans l'exploration de la Vérité, est une insulte à l'Homme.

C'est le choix de la lâcheté. Je refuse d'accepter la version officielle. Celle des gouvernants, des financiers, des tireurs de ficelle.

Je ne veux pas être un imbécile mais je refuse avec encore plus de force d'être un criminel.

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau