"Enseignant...Et après ? "

 Enseignant...et après? : RIEN10 avril 2012
Par 
 
 
 
 
 
 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Enseignant... et après ? : Comment se préparer et réussir sa seconde carrière (Broché)
Un livre qui n'en est pas vraiment un, d'ailleurs, puisqu'il n'est que l'édition d'un mémoire de masterisation d'un auteur qui, lui même, n'a effectué finalement qu'une mutation interne puisqu'il exerce au CNED depuis 1999.

Un livre que j'ai acheté en pensant y trouver une voire des solutions mais qui ne m'a donné finalement qu'un coup de cafard supplémentaire en me confirmant ce que j'observais était la réalité : à savoir qu'il n'y a pas de solutions. Bien sûr, cet ouvrage a le mérite de lister quelques portes où frapper et dont pas grand monde a dû entendre parler comme l'AROEVEN ou le CIEP, mais les enseignants ne savent que trop bien que ces détachements (présentés comme la seule alternative viable finalement et qui sont actuellement dans le colimateur) ne sont distribués qu'au compte-goutte et que les prétendants y accèdent au moins autant par leurs qualités que par leur réseau relationnel...

Un livre qui a cependant le mérite de jeter un éclairage sur l'extrême difficulté pour un enseignant de pouvoir changer de poste pour un autre sans confrontation avec le public (ce qui, au bout de 15 ans peut sembler comme totalement légitime), difficulté due à la (mauvaise) volonté de l'Administration de l'EN de maintenir les enseignants en vase clos pour, (peut-être?) continuer à feindre que tout va bien dans le plus beau métier du meilleur des mondes en évitant l'hémorragie prévisible de ses troupes et le réajustement de leurs salaires. Il faut aussi dire que nombre d'enseignants sont très heureux de leur sort et ne quitteraient leur « métier » dont ils pensent le plus grand bien pour rien au monde, confirmant ainsi les symptômes du syndrome de Stockholm dont ils semblent tous être atteints.

Donc, pour résumer : Enseignant...et après? Réponse : RIEN.
 
 

 OUI. je confirme.... Il n'y a RIEN dès lors qu'on a obtenu son diplôme d'instituteur il y a plus de trente ans avec un simple BAC philosophie/littérature. 

Cet enfermement a une intention, comme le dit l'auteur de ce commentaire....Faire croire que tout va bien puisque personne ne cherche à sortir de l'enceinte....

Il est évident que lorsqu'il n'y a aucune porte, il ne sert à rien d'espérer une issue de secours.

L'institution aura beau jeu de laisser entendre dès lors que vous êtes un "maillon faible", un "profiteur", un "parasite"......

Il restera bien tendu le copinage, le piston, les relations....Faire le trottoir en quelque sorte. 

Ils n'auront ni mon cul, ni mon âme. 

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau