Facebook : suppression du compte

 

J'ai fermé mon compte. Je n'y trouve plus aucun intérêt et je n'ai rien à y raconter. Cela ne signifie pas que les gens qui postent n'ont rien d'important à dire mais que ça ne compense pas le fait que ce système de "surveillance" de mon parcours sur internet me révolte. Je suis effaré de retouver des publicités commerciales qui correspondent à mes navigations sur la Toile : maison, vélo, montagne, randonnées, camping car, ski, alpinisme, permaculture, autonomie alimentaire, énergétique, approvisionnement en eau, biodiversité, littérature, philosophie, protection de la nature, environnement etc etc...Je ne compte plus les pages "sponsorisées" qui apparaissent ou les encarts publicitaires et je ne veux plus cautionner ça. Certains me diront que c'est ridicule étant donné que nous sommes pistés avec nos smartphones également, sauf que je n'utilise pas mon smartphone autrement que pour téléphoner.

Je supprime dès lors l'élément le plus intrusif. 

D'autre part, il existe des centaines de blogs, forums, sites qui proposent des échanges constructifs, approfondis, des échanges pour lesquels je veux bien passer du temps sur la Toile. Je pense que FB a détourné un nombre considérable de gens vers des échanges superficiels et que c'est devenu une forme de seconde "télévision", juste un écran où chacun vient raconter des éléments de son existence sans que ça ne soit propice à des réflexions utiles. Ca n'est pas une généralité pour autant. Il y a certaines personnes et des groupes de discussions que je vais regretter. Mais je sais que je peux trouver sur la Toile des pages qui répondront à ce désir de partage. 

Il s'agissait aussi pour moi de m'interroger sur le sens de cette participation à FB. Qu'est-ce que ça m'apportait ? Qu'est-ce que je venais y chercher ? N'y avait-il pas une contradiction entre mon mode de vie très solitaire et un désir de partage virtuel ? Le temps que j'y passais m'était-il vraiment utile ? Et quel effet cela a-t-il sur les problèmes évoqués ? N'y a-t-il pas une illusion totale de croire que de parler d'un sujet quelconque puisse avoir un effet ? De tous les sujets que j'ai traités depuis dix ans, y a-t-il une seule fois quelqu'un que ça a amené à une réflexion durable ? Ne sommes-nous pas enclins et invités par FB à passer sans cesse d'un sujet à un autre ? Cela ne ressemble-t-il pas finalement à cette société médiatique dans laquelle rien n'est réellement approfondi ? Et je ne parle pas des "informations" bidonnées, des vraies fausses informations, des distorsions, exagérations ou manquements. Qu'y a-t-il de vrai dans tout ce fatras ? Qu'y a t-til d'indéniable, d'incontestable, de certain ? 

Il est clair que ces derniers mois, je n'étais sur FB que par respect pour mon éditrice. Il s'agissait de promouvoir mes romans publiés. Mais je voyais bien au fil de mes publications qu'il n'y avait que très, très peu d'intérêt de la part des "amis". Comme une forme de lassitude. Je les entendais dire : "Oui, on sait que tu écris des bouquins, c'est bon." 

Quant à mes diverses réflexions que je m'appliquais à partager en plus de les écrire sur mon blog, il en était de même : très peu de répondant. Et comme je n'écris plus rien de mes réflexions, je n'avais donc plus rien à partager. 

Je m'interroge d'ailleurs sur l'intérêt de garder ce blog. 

Affaire à suivre. 

 

 

blog

Commentaires (2)

Thierry LEDRU
  • 1. Thierry LEDRU | 03/09/2020
Mille mercis pour ce commentaire parfaitement juste et qui recouvre l'essentiel : le travail sur soi et le partage.
Mon premier texte en novembre 2009 donnait la raison de ce travail. Il manquait la partie inhérente au partage. J'aurais pu garder tout ça pour moi mais j'ai imaginé que ça pouvait avoir un possible intérêt pour d'autres et au regard du nombre de pages lues après onze ans d'existence, je pense que c'est le cas. Maintenant, c'est clair que pour moi, la nécessité de ce travail d'écriture est atténué par le travail effectué. Je peux me permettre de dire aujourd'hui que je sais où j'en suis. Il m'arrive parfois de relire d'anciens textes et de reprendre les questions que je me posais. J'ai les réponses. Il n'en reste pas moins que parfois les réponses évoluent et il est donc intéressant de garder la trace première de l'exploration. Pour les lecteurs et lectrices, je ne peux m'avancer sur l'apport réel de tout ce qui est écrit. Ce qui manque à ce blog, c'est la possibilité de "tchater" comme disent les d'jeuns...Et c'est justement ce que FB a apporté. Mais comme je l'ai écrit hier, en dehors de quelques personnes sur des groupes affiliés à des thèmes précis, il est rare que les échanges soient décantés jusqu'au point final. C'est ce manque de profondeur qui a fini par me lasser.
Je suis donc très heureux de lire votre commentaire aujourd'hui. J'aime beaucoup ce passage.
Merci.
"Ce sont des poèmes de gens qui ne seront peut être jamais lus ailleurs, ce sont des textes qui nous divertissent ou qui nous font rire, ce sont des conseils pour réussir telle ou telle chose, ce sont des partages d'expériences enfin, c'est du temps passé à conscientiser ses pensées les plus abstraites."

"22 novembre 2009

Ouverture du blog.
Il devenait indispensable pour moi que je pose mes réflexions par écrit.
Les pensées sont trop éphémères et incomplètes. Elles sont trop vivaces en moi et créent une arborescence chaotique qui ne permet pas une introspection durable et complète.
L'écriture instaure par contre un cadre limitant à l'intérieur duquel les pensées se concentrent. C'est comme le tableau d'un peintre. L'image intérieure qu'il en a dirige et canalise son inspiration et il ne va pas se mettre à peindre les murs sous le coup de son imaginaire...
Les pensées sont volages, aussi fluctuantes que le vol d'un papillon alors que l'écriture est un travail de taupe, l'enfoncement volontaire dans les strates les plus profondes....
C'est à ce travail que j'ai décidé de m'atteler dans ce blog."
hiero
  • 2. hiero | 03/09/2020
De l'utilité de garder un blog.


Un blog c'est une émanation de soi, une part de son esprit que l'on a concrétisé et qui va rester tant que la prise n'est pas débranchée.
C'est un témoignage d'une partie de qui nous sommes, certains sont légers ou abscons, d'autre d'un crétinisme abyssal et d'autres ont des qualités ou des utilités qu'ils serait trop long à recenser.
Ce sont des poèmes de gens qui ne seront peut être jamais lus ailleurs, ce sont des textes qui nous divertissent ou qui nous font rires, ce sont des conseils pour réussir telle ou telle chose, ce sont des partages d'expériences enfin, c'est du temps passé à conscientiser ses pensées les plus abstraites.
Un blog c'est une façon de dire "JE SUIS", c'est un support comme la pile d'écrits que certains ont au fond de leurs tiroirs mais qui reste archivé et dûment mémorisé, accessibles même par hasard.
Certains ne sont que des voies sans issues, dont le contenu ne servira peut être jamais, d'autres sont une ouverture sur le monde et un partage altruiste.

Fred

Ajouter un commentaire