Fichage des enseignants (école)

Affaire Jacques Risso : le fichage des enseignants de l’éducation nationale mis à jour

par Le point de vue du chartrain (son site) 
mardi 1er mars 2016

9Réactions

 

 

On en apprend tous les jours sur les douceurs de notre démocratie de façade. C'est le site café pédagogique qui nous révèle les suites surprenantes (à voir ?) de l'affaire Jacques Risso.

Rappel des faits : notre bonhomme est un paisible directeur d'école d'une petite commune du Vaucluse, compétent et dévoué. Il est estimé de tout le monde (ou presque). Il a toutefois deux passe-temps. Le syndicalisme alternatif, en l'occurence au Snudi-FO (le syndicat le plus "mordant" de l'éducation nationale) et le dessin de presse ; toutefois il ne publie ses croquis (comme celui qui illustre cet article) que dans la presse professionnelle. 

Comme beaucoup d'enseignants et de parents d'élèves, il a milité contre la réforme des rythmes scolaires. C'était son droit, surtout en dehors de ses heures de service. Rappelons au passage qu'il n'existe pas de devoir de réserve dans l'éducation nationale, contrairement aux idées reçues. Si la retenue s'impose devant des élèves mineurs, la déclaration des droits de l'homme et le bon sens autorisent des prises de position vis-à-vis des adultes. C'est le principe de base de la république, si ce mot a encore un sens...

Seulement voilà, rien n'est simple au pays de la liberté surveillée. Le jour de la rentrée scolaire de septembre 2013, Jacques Risso a été suspendu ! Le motif farfelu : de prétendues plaintes de parents au sujet d'un manque de surveillance de sa cour de récréation (!). De quoi faire rire jaune enseignants et parents d'éléves. On ne sanctionne jamais un instit' de façon aussi radicale pour ce genre de chose. De plus, on ignorait que les enfants du Vaucluse avaient classe au mois d'Août... 

L'enseignant a donc perdu son poste, son droit de travailler et une part de sa dignité. C'était sans compter sur la combativité de notre hussard, qui ne s'est pas laissé faire et a engagé des recours devant les tribunaux. Il vient d'obtenir gain de cause (presque trois ans après les faits et de multiples appels), en révélant au passage un bien dérangeant détail, dont beaucoup se doûtait.

Il y avait bien volonté d'exclure Jacques Risso, qui dérangeait par son action syndicale. Un prétexte suffisait pour le mettre sur la touche. Car une enquête a révélé (ou confirmé ?) l'existence d'un fichier "gris" des enseignants au sein des directions académiques. En clair, chacun est fiché et tout est répertorié (casseroles, engagements politiques, fréquentations etc.) pour servir au cas où. Une tradition héritée de l'après-guerre et de la période la plus "marxisante" de l'éducation nationale, calquée sur le mode de fonctionnement de l'ex-RDA ? Sans doute. Il y a quarante ans, il n'y avait qu'un syndicat officiel pour encadrer les profs, une hiérarchie rigide et conformiste. L'avènement d'un début de pluralisme et le renouvellement du corps enseignant avec des jeunes plus ouverts d'esprit et plus "libéraux" que par le passé est manifestement mal digéré par les vieux mandarins du ministère.

Cependant, ce fait divers ne fait que rappeler le flicage non officiel dont chacun d'entre peut faire l'objet. On s'étonnera de ce zèle à ficher et à surveiller militants et mouvements sociaux de tous horizons (de la réforme des retraites à la manif pour tous) quand l'actualité de novembre dernier a révélé les carences de nos services de renseignements. Il y a semble-t-il des priorités, et la protection de nos princes semble passer avant celle des braves citoyens. En outre, l'importance de la surveillance de l'affaire des rythmes scolaires laisse songeur. Votre narrateur a personnellement assisté au gazage par les CRS des maitresses d'écoles venues manifester devant le ministère, rue de Grenelle à Paris. Des policiers en civil assistaient aux réunions publiques sur le sujet. Et un directeur d'école a été évincé dans le Vaucluse (sans parler, du coup, des autres affaires non ressorties). Révélateur de la mauvaise-foi de nos gouvernants, en tout cas.

Quand un pouvoir se préoccupe d'abord de protéger ses rentes et ses places, rendant possible ce qui s'est passé le 13 novembre dernier, on ne peut plus parler de démocratie. Si Jacques Risso devait être sanctionné pour défaut de surveillance, qu'en était-il pour le ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve après les attentats ? Le principe d'égalité, cela vous dit quelque chose ?

 


Sur le même thème

Cahier noir sur l'éducation nationale : lorsque les "profs" sont délaissés...
Appel à réformer nous-mêmes l'éducation nationale, ensemble, parents et professeurs, citoyens
Le collectif Condorcet sur trois fronts
Pendant ce temps, les enfants d'une école maternelle de Noisy-le-sec (93) sont attaqués... par les rats!
Formatés Microsoft

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau