Harcèlement scolaire

Trente-sept ans à travailler avec les enfants. Beaucoup ont continué à m'écrire ou à venir me voir une fois partis au collège. Très souvent, bien trop souvent, je les ai entendus parler de la violence à l'école, violences verbales, moqueries, humiliations, acharnement, maltraitance psychologique. Violences physiques, parfois. 

Je sais que certains parents ne voulaient pas prendre ça au sérieux, que les propos des enfants n'étaient pas considérés à leur juste mesure. Je sais que certains parents allaient parfois dans "l'enceinte" du collège, qu'ils rencontraient les professeurs ou le proviseur et qu'ils pensaient, qu'ensuite, ça allait s'arranger. Lorsque ça n'était pas le cas, ils finissaient par dire à l'enfant que ça ne durerait pas et qu'au lycée, ça irait mieux. Qu'il n'avait qu'à pas en tenir compte... Ne pas en tenir compte...Mais c'est impossible, absolument impossible.

J'ai été harcelé à l'école. J'étais asthmatique, "soigné" à la cortisone, interdit de sport. Je pesais 60 kilos à 14 ans. 

"Alors, bouboule, ça roule, Ledru gros cul ".

Constamment.

Un jour, je me suis révolté. J'étais dans les toilettes, debout à l'urinoir et un des harceleurs est rentré. Il a ouvert un robinet au lavabo et avec sa main sous le jet, il m'a aspergé. Le temps que je réagisse, j'avais le pantalon trempé. 

"Alors, gros cul, t'a mouillé tes couches".

J'en ai eu assez. Une rage immense.

Je suis allé vers lui. Il ne s'est pas méfié. Je n'avais jamais montré la moindre marque de rébellion jusqu'à ce jour. 

Je lui ai cassé le nez d'un coup de poing.

J'ai raconté toute l'histoire, depuis le début. J'ai été renvoyé trois jours mais le proviseur n'a rien fait noter dans mon carnet scolaire. Les professeurs ne m'ont jamais rien reproché. J'ai senti par la suite une attention particulière de leur part. J'avais été reconnu comme une victime. La sanction était justifiée. L'acte violent devait être puni. Mais le harcèlement avait été reconnu. 

Plus jamais, personne, ne m'a manqué de respect.

Je n'en avais jamais parlé à mes parents jusque-là. 

J'aurais dû.

Ici, dans l'affaire en cours, on a affaire à des actes violents. Très violents. Et pour moi, il y a une double peine. 

Car l'exclusion de deux jours de ces élèves violents est totalement insuffisante et l'attitude du collège est scandaleuse. Il faut chercher pourquoi.

La raison en est toute simple : ça s'est passé dans "l'enceinte" de l'école et le Ministre a qualifié l'école française "d'école de la bienveillance".

Il y a une omerta gigantesque dans l'institution. Tout doit être minimisé, caché si possible. 

Mattéo aurait dû déjà réintégrer le collège, avec son fauteuil roulant et être accueilli par une haie d'honneurs de tous les élèves et de tous les enseignants. 

Il a défendu un camarade. Son geste n'est pas reconnu.

L'institution lui inflige une double peine. Ses violenteurs seront toujours là si jamais il retourne au collège un jour.
Je suis scandalisé mais nullement étonné.

Quand on parle de "l'enceinte" de l'école, le mot est bien choisi. Dans l'enceinte de la prison, on ne sait pas non plus ce qui s'y passe. Et tout est fait pour que ça ne se sache pas. Ou le moins possible.

Oui, je sais, la comparaison peut paraître exagérée et elle l'est au regard des conditions de vie.

Mais elle ne l'est pas dans la symbolique du silence obligé. 

Si les parents n'avaient pas porté plainte, rien n'aurait filtré au-delà de l'enceinte.

Personnellement, voilà ce que j'aurais attendu :

mutation disciplinaire du proviseur.

renvoi définitif de tous les agresseurs avec placement en internat différencié.

Interdiction d'approcher la victime.

Mise en place d'un suivi éducatif avec les familles, assitante sociale et éducateurs.

Amendes et inscriptions au casier judiciaire pour défaut d'éducation. 

 

Un collégien, victime de harcèlement depuis la rentrée, a été violemment agressé dans les toilettes de son collège. Photo d'illustration. / © Julien Barbare / MAXPPP Un collégien, victime de harcèlement depuis la rentrée, a été violemment agressé dans les toilettes de son collège. Photo d'illustration. / © Julien Barbare / MAXPPP

PARTAGES

  •  

Un collégien de 11 ans souffre de séquelles physiques et psychologiques après avoir été agressé dans les toilettes de son collège en Savoie. Une plainte a été déposée contre les auteurs.

Par Margot Desmas 

Mathéo, 11 ans, est élève en 6e au collège de Saint-Pierre-d'Albigny (Savoie). Depuis la rentrée, il affirme être victime de harcèlement scolaire"persécuté" par un groupe de garçons plus âgés que lui. Mais lundi 9 décembre, les événements ont pris une toute autre tournure. Mathéo a été agressé dans les toilettes de son établissement, raconte sa mère au Dauphiné Libéré. Une information confirmée par le rectorat qui a été saisi du dossier.

Dans les toilettes du collège,
le calvaire du jeune garçon a duré de longues minutes"Il a été mis au sol et traîné, comme pour passer la serpillière", nous explique sa maman, Gwenaëlle Provent. Mathéo raconte à nos confrères avoir été pris à partie en tentant de s'interposer lorsque le groupe d'agresseurs s'en est pris à l'un de ses amis.

Depuis, il se déplace en fauteuil roulant ou en béquilles, victime de sévères blessures qui l'empêchent de marcher sur de longues distances. 
"Il est toujours plâtré et a des vertèbres déplacées, poursuit Gwenaëlle Provent. Les problèmes physiques c'est une chose, mais l'impact moral, c'est très compliqué." Suite à son agression, Mathéo a commencé à avoir des crises de panique. Il est encore inenvisageable pour lui de retourner au collège, mais l'urgence "c'est de voir comment il va", estime sa mère.

Et surtout, le collège a tardé à réagir, provoquant la colère des parents qui n'ont pas été informés de l'agression de leur fils. "On nous a parlé d'un « incident qui s'était produit dans les toilettes ». Mais ce n'est que plusieurs jours plus tard, quand on est allé porter plainte, qu'on a appris la vraie version de l'histoire", dénonce Gwenaëlle Provent qui dit avoir reçu
plusieurs messages de parents d'élèves faisant état de faits de harcèlement dans le même collège"On va se battre, c'est choquant, poursuit-elle. Il faut que nos enfants puissent aller au collège sans avoir peur."


 

"Tout est mis en oeuvre pour assurer un suivi"


"J'aurais dû être informé plus tôt de la gravité de la situation et j'en assume la responsabilité", reconnaît Eric Lavis, directeur académique des services de l'Éducation nationale. 
Deux des agresseurs de Mathéo ont été exclus du collège pendant deux jours, et la maman du collégien a porté plainte auprès de la gendarmerie pour que cette affaire prenne une autre ampleur. Bien que le dossier ait mis du temps à être pris en charge, le rectorat assure que "tout est mis en oeuvre pour assurer un suivi".

 


Le responsable chargé des problématiques de harcèlement scolaire dans le département a été saisi pour faire la lumière sur ce dossier. Et plusieurs options ont été proposées à Mathéo qui pourra être scolarisé à domicile, retourner au collège en bénéficiant d'un accompagnement ou changer d'établissement s'il le souhaite. "Est-ce que les auteurs auraient dû être exclus définitivement ?
Je ne sais pas, mais on ne peut plus décider de le faire puisqu'ils ont déjà été sanctionnés pour ces agissements", explique Eric Lavis.  (la justice n'a pourtant jamais de difficultés à revenir sur d'anciennes décisions...)


Les parents de Mathéo, de leur côté, regrettent que la sanction ait été prise sans les en avertir
, et sans tenir compte de l'état de santé de leur fils. Pour sa maman, pas question qu'il change de collège : "Ce n'est pas à la personne harcelée de partir". Alors le jeune garçon sera scolarisé à domicile en attendant que son état psychologique s'améliore. Si ces faits d'une rare violence "posent clairement problème", reconnaît le directeur académique, le rectorat espère trouver au plus vite une solution qui convienne à la famille.

 

blog

Ajouter un commentaire