Houellebecq

Attentats : Michel Houellebecq s’en prend violemment à François Hollande et Manuel Valls

19/11/2015 | 11h54

Michel Houellebecq (photo Reuters)

 

Dans une lettre ouverte au quotidien italien “Corriere della sera”, Michel Houellebecq, auteur de “Soumission” l’année dernière, s’en prend très violemment aux gouvernements successifs de la France et charge très lourdement François Hollande et Manuel Valls.

Michel Houellebecq, auteur aussi corrosif que populaire en librairie, a choisi la presse italienne pour réagir aux attentats du 13 novembre qui ont touché les villes de Paris et Saint-Denis. Dans une lettre ouverte publiée dans le quotidien le Corriere della Sera, Houellebecq fustige le duo exécutif François Hollande et Manuel Valls. Et il ne prend pas de pincettes :

“La situation malheureuse dans laquelle nous nous trouvons est due à nos responsables politiques ; et ces responsabilités politiques devront être tôt au tard analysées. Il est très peu probable que l’insignifiant opportuniste qui occupe le poste de chef de l’Etat ou les actes dignes d’un retardé congénital du Premier ministre, sans citer les ‘ténors de l’opposition’ (LOL), sortent avec les honneurs de cet épisode.”

L’auteur a succès de La Carte et le Territoire ou La Possibilité d’une îles’en prend ensuite aux mesures prises par les pouvoirs politiques : “Qui a annoncé des coupes au sein des effectifs de police, les a réduit à l’exaspération, incapable de mener à bien leurs fonctions ? Qui a expliqué pendant des années que nos anciennes frontières n’avaient plus de sens, qu’elles étaient un symbole nauséabond du nationalisme d’avant ?”

Il rappelle les “opérations absurdes et coûteuses” de l’armée française,“dont le principal résultat a été de plonger des pays comme l’Irak et la Libye dans le chaos.” Il rend au passage hommage à Dominique de Villepin (“J’oublie que nous ne sommes pas allés en Irak. Mais il s’en est fallu de peu. C’est pour cette unique raison, et ce n’est pas peu, que Dominique de Villepin restera dans l’histoire.”)

Michel Houellebecq conclut sa tribune de façon très pessimiste : “Les gouvernements qui se sont succédé ces dix dernières années (20 ? 30 ?) ont failli pitoyablement, lourdement et systématiquement dans leur mission fondamentale, qui était de protéger la population française.”

Plus loin il ajoute : “Le discrédit qui frappe aujourd’hui l’ensemble de la classe politique française est répandu et légitime. Il me semble que la seule solution que nous avons pour le moment laissée de côté est l’application de la seule forme de démocratie réelle, et je veux dire par là la démocratie directe.”

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau