Indiens, mes frères.


Belo Monte :
pétition du Cacique Raoni

A ce jour 434073 signatures.

Vérifier la validité de votre signature




Actualités

Cacique RAONI METUKTIRE - lettre de soutien au mouvement Idle no more et à mes frères indigènes du Canada

Cacique RAONI METUKTIRE - lettre de soutien au mouvement Idle no more et à mes frères indigènes du Canada

Introduction : Cri de ras-le-bol des populations amérindiennes du Canada, le mouvement Idle no more est en marche pour entrer dans l'Histoire des grandes contestations qui font avancer l'humanité. Un mouvement spontané que les autorités locales n'ont pas vu venir et qui fleure bon le printemps arabe, car il tire sa sève du peuple et des réseaux sociaux.

Tout est parti de quatre femmes et d'une goutte d'eau, celle qui fait déborder le vase. Une loi, au nom affreux de matricule de prisonnier, la C-45, proposée puis adoptée par le gouvernement Harper, simplifiant l'acquisition de terres indigènes, révisant fortement à la baisse la protection des cours d'eau et des lacs, si chers à leur survie. 

Le moment est tragique pour les peuples indiens du Canada. "Idle no more" ("l'inaction, jamais plus !") devient leur chant de guerre. Routes, chemins de fer, ponts sont entravés pacifiquement. Ouvriers, syndicats, ONGs, altermondialistes, le peuple reprend la rue et se joint aux indiens. C'est historique. La goutte, devient ruisseau, puis rivière, puis fleuve et bientôt une marée humaine, car Idle no more grandit chaque jour et ses affluents gagnent les recoins éloignés de la planète. 

Elle fait peur aux médias, aux politiques, elle emprunte les chemins de traverse sur la toile. Elle est passée par les Etats-Unis, elle commence à gagner l'Europe, cette grande marée se gonfle aujourd'hui des eaux du Rio Xingu, frappé par le barrage de Belo Monte, par la voix de son plus ardent défenseur, le Cacique Raoni. Cette voix, celle d'un sage respecté dans le monde entier, a franchi 8 000 kilomètres. Elle jette un pont entre les drames de deux histoires parallèles : celle des peuples amérindiens du Nord et celle de leurs frères du sud. Les deux sont en cours et Idle no more peut en être un chapitre crucial. 

C'est le sens de l'appui du Cacique Raoni. Les indiens et peuples autochtones de tous continents doivent marcher ensemble, avec à leurs côtés ceux qui, broyés par notre civilisation, se reconnaissent dans leur lutte. Le message de soutien du Cacique Raoni a la force et l'impulsion d'une marée. Son flux, la voix des Kayapo, part aujourd'hui vers le Canada. Son reflux, le chant des Premières Nations et d'Idle no more,  fera bientôt, souhaitons-le, le chemin inverse, pour gagner le Brésil et le reste du continent amérindien. Il pourrait éveiller les consciences, le peuple et faire vaciller les puissants.

Gert-Peter Bruch - Planète Amazone 

 


 

 

Cacique RAONI METUKTIRE, peuple Kayapo, Mato Grosso, Brésil 

 

 

Lettre de soutien au mouvement Idle no more et à mes frères indigènes du Canada

 

Par cette lettre moi, Cacique Raoni Metuktire, chef du peuple Mebengokre (Kayapo) natif du Brésil, je souhaite apporter mon soutien au mouvement Idle No More, né récemment au Canada et initié par nos frères indigènes de ce pays.  

A l'été 2001, au mois d'août, j'ai eu l'honneur et la joie immense de rendre visite à certains d'entre eux. Avec d'autres représentants kayapo, Takrakudja, Patni et mon fils Tedje, nous avions répondu à l'invitation des Innus de la Côte-Nord du Québec et nous avons été accueilli dans les communautés de Mani-utenam, de Unaman-shipu, de Pakut-shipu et d’Ekuanitshit. J'avais soutenu, au nom de mon peuple, les efforts des Innus pour la préservation du Nitassinan et ses ressources naturelles. Nous avions pu nous rendre compte que bien que vivant très éloignés les uns des autres, nos deux peuples frères rencontraient les mêmes problèmes, faisaient face aux mêmes préoccupations, aux mêmes menaces : les barrages hydroélectriques, les prospections minières, la séparation des territoires indigènes pour construire des routes, la déforestation. A cela s'ajoutait la commercialisation de l'eau et le survol d'avions à basse altitude. Nous avons vécu cela sur nos propres terres et notre peuple a subi les conséquences que cela a entraîné sur l'écosystème, la faune, la flore, sur nos familles et sur nos activités traditionnelles.

À Pakut-shipu, j'ai pu observer les installations du barrage Robertson et les bouleversements qu'il a entraîné sur le territoire des Innus. J'ai moi-même demandé l'appui du monde entier, au nom de mon peuple et d'autres peuples du Xingu, pour empêcher la construction du barrage de Belo Monte qui nous préoccupe tant. Beaucoup de gens nous soutiennent mais le gouvernement de mon pays ne veut pas les écouter, comme ils ne veulent pas m'écouter moi et mon peuple et comme le gouvernement du canada ne veut pas écouter la voix de nos frères indigènes.

J'ai appris ce qu'il se passe en ce moment-même au Canada et je suis très préoccupé. J'ai appris que le gouvernement du Premier ministre Stephen Harper avait adopté en décembre 2012 le projet de loi C-45 sans avoir consulté préalablement les leaders des Premières Nations ni avoir obtenu leur consentement libre et éclairé, ce qui constitue une violation des traités autochtones signés par le Canada. J'ai appris que cette loi donne le pouvoir au ministre des Affaires indiennes d'engager des mesures afin d'enlever le statut de réserve à un territoire autochtone, laissant la porte ouverte à la privatisation des territoires indigènes du Canada. Encore une fois, tout est mis en place pour déposséder nos frères de leurs terres. J'ai appris que cette loi permettrait de réduire le nombre de lacs et rivières protégés au Canada. J'ai appris que cette loi allait assouplir les normes environnementale pour que les entreprises puissent augmenter les profits, sans se soucier de la pollution et de la contamination des populations autochtones, qui ont déjà beaucoup souffert à ce sujet. J'ai appris que cette loi mettait en danger l'eau potable dont nos frères indigènes ont besoin pour vivre. J'ai appris que cette loi allait affecter les pêcheurs. La pêche est essentielle à la survie de mon peuple et c'est l'une des raisons pour laquelle nous sommes opposés aux grands barrages qui y portent atteinte en entraînant la disparition de nombreuses espèces dont nous avons besoin pour survivre. Je comprends donc la grande préoccupation des pêcheurs du Canada.

Tous comme les notre, les droits des populations autochtones du Canada sont protégés par la Constitution de leur pays et par les convention internationales relatives aux Droits de l'Homme. Tous comme les notre, les droits des populations autochtones du Canada sont bafoués par le gouvernement de leur pays.

Le ministre des Affaires indiennes, John Duncan, affirme avoir visité 50 communautés autochtones et mené 5000 consultations mais lui et son équipe n'ont clairement pas obtenu le consentement des Premières Nations pour les sept projets de lois auxquels les militants d'Idle No More s'opposent. C'est pour toutes ces raisons que tiens à faire part de ma totale solidarité avec les activistes d'Idle No More, qui réclament du gouvernement Harper qu'il empêche l'application de la loi C-45 tant qu'il n'aura pas rencontré et consulté les leaders autochtones et obtenu leur consentement.

J'ai appris que dans le monde entier les gens sont plus nombreux chaque jour pour soutenir le mouvement Idle No More, particulièrement à travers les réseaux sociaux. J'invite tous ceux qui me soutiennent dans mes actions à soutenir également Idle No More, comme j'invite tous ceux qui soutiennent le mouvement Idle No More à soutenir également la lutte de mon peuple Kayapo pour la sauvegarde des territoires indigènes et l'opposition au barrage de Belo Monte.

C'est un même combat. ALors n'oubliez jamais que nous sommes plus forts quand nous sommes unis. C'est pourquoi mes frères indigènes du Canada pourront toujours compter sur mon soutien. Je suis aujourd'hui et je serais demain toujours auprès d'eux par l'esprit dans leurs luttes et manifestations pour sauvegarder leurs droits.

Avec toute ma fraternité.

  

Cacique Raoni Metuktire*

 


*Le document original de cette lettre portait aussi les signatures de Megaron Txucarramae, Yabuti Metuktire et Ararapam Trumai, de grands représentants du peuple Kayapo.

 

Idle no more sur le web:

- site officiel (anglais)
- facebook 

 

 

Date de l'article : 01/03/2013

Retour

Mentions légales | Plan du site - Copyright © raoni.com 2010-2012 - We

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau