L'identité nationale.

Identité nationale.

« C’est la France qui est attaquée. »

« C’est toute la communauté juive qui est sous le choc. »

« Nous avons affaire à un Salafiste djihadiste. »

« La nation est solidaire contre le terrorisme qu’il soit islamiste ou autre. »

« La France a été trop laxiste envers les fondamentalistes. »

 

Etc. etc. etc.

 

Bien. Et maintenant que toutes ces paroles identitaires ont été proférées, est-ce qu’il y aura quelqu’un pour remonter à la source des problèmes ?

Est-ce qu’il y aura quelqu’un qui parviendra à expliquer que ces identifications nationalistes, religieuses, communautaires, historiques, sociales, sont à la source de tout cet épouvantable gâchis.

 

Gâchis de vies humaines, exacerbation des haines, des carcans, des peurs, des fantasmes, des accusations, des amalgames.

 

Parce que le chef de l’Etat met en avant la « résistance » de la France, il entretient les scissions.

Parce que le gouvernement israélien fustige les attaques envers le peuple élu, il entretient les scissions.

Parce que le mot « islamisme » est utilisé, les médias entretiennent les scissions.

 

Personne ne veut admettre que le fonctionnement même des peuples est totalement suranné. Que ce schéma de pensées a conduit l’Humanité à des désastres épouvantables et que d’autres viendront. Personne ne conteste le fait que les politiciens se servent de ces pensées archaïques pour leurs intérêts personnels. Celui-là va proclamer que celui-là s’est trompé et que lui fera mieux…Mais toujours dans le même paradigme identitaire.

 

Le conflit israélo-palestinien a commencé le 14 mai 1948.

Faut-il un autre exemple pour valider l’idée de l’identification et de ses conséquences ?

 

Je ne suis pas catholique, ni musulman, ni juif, bouddhiste,  hindouiste, protestant, orthodoxe,  jaïnisme, sikhisme, taôiste, mormons, témoin de Jéhovah, créationniste, adventiste, ni sunnite, chiite, salafiste…Je ne suis pas athée ni agnostique.

 

Je suis un être humain. Et c’est encore terriblement insignifiant au regard de ce qui vibre en moi. Je suis de l’ordre de l’ineffable. TOUT COMME LES AUTRES ETRES HUMAINS.

Et c’est parce que cet ineffable était insupportable au regard des ego que les identifications sont apparues. Et les épouvantables gâchis.

 

J’enseigne l’Histoire de l’Humanité depuis tente ans à de jeunes enfants. Avec un sentiment de honte qui ne disparaîtra jamais.

 

J’ai entendu parfois des adultes dire que ces « différences » représentaient la richesse de l’Humanité et qu’il serait désastreux que les êtres humains abandonnent ce patrimoine historique, qu’il est impossible de renier les parcours de vie de nos ancêtres, leur engagement, leur découverte, leur évolution. Cette trahison conduirait l’Humanité à une uniformisation épouvantable…

Comme si les identifications religieuses, historiques, nationales, sociétales représentaient le fondement de l’humain.

Non, c’est faux. Ceux qui sont attachés à cette vision de la vie n’ont jamais éprouvé la vie mais juste les oripeaux des existences formatées.

 

Je ne pleurerai jamais la disparition d’un enfant juif, musulman, catholique, hindouiste, bouddhiste, français, européen, africain, japonais, noir, blanc, jaune.

Je pleurerai simplement la disparition des enfants.

Et je tenterai difficilement de ne pas en vouloir aux adultes qui ont propagé les haines.

Et je continuerai à œuvrer dans mon coin à l’éventuelle transformation des consciences des enfants. Travail de fourmi à qui on aurait arraché les pattes…Dérisoire à l’échelle de la planète, insignifiant au regard de l’ampleur gigantesque de la tâche.

Mais j’y gagne au moins la possibilité de m’estimer un peu. Je partirai de cette Terre en ayant fait ma part du travail.   

blog

Commentaires (1)

Lajotte Françoise
  • 1. Lajotte Françoise | 22/03/2012
Oui, ta part et elle est belle!
Et si chacun faisait la sienne en cessant de s'identifier en fonction de son apparence, son métier, ses croyances, son statut social, familiale, son porte monnaie, sa nationalité...Alors chacun ferait déjà sa petite part, car c'est l'Humain qui serait.
Bravo Thierry!

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau