L'observation de soi.

J'imagine un peu que la tournure prise par ce blog depuis quelques mois a fini par déplaire au vu de la baisse de fréquence des visiteurs.

Il est clair que les articles ne sont plus les mêmes. J'écrivais beaucoup plus d'articles personnels il y a quelques années. J'aurais pourtant beaucoup à écrire sur moi...J'ai passé trois ans à refuser d'appliquer la Réforme des rythmes scolaires et j'en ai beaucoup parlé ici.

Pendant les deux premières années, j'ai vu mon corps fabriquer diverses pathologies avec une vitesse inquiétante. Certaines de ces pathologies ne disparaîtront plus. Je suis déjà bien content quand elles se sont stabilisées. Pour les autres, celles qui évoluent encore, je ne sais pas où on va...

J'ai donc eu "tout à loisir" et encore aujourd'hui d'étudier l'impact des pensées sur l'organisme. Il est clair que la somatisation est d'une puissance redoutable. Le fait, par exemple, que ma vésicule biliaire soit désormais totalement hors service, s'explique, dans la médecine chinoise, par "une colère immense qui ne peut être libérée..."

La dépression est un vaste chantier intérieur qui ne concerne pas que la dimension psychologique mais bien aussi la dimension corporelle, organique, viscérale...Les émotions sont des rayons de soleil ou des poisons. Et le corps dépérit s'il est abandonné par l'esprit, trop préoccupé par des éléments extérieurs, pour penser à son convoyeur...

Je pourrais donc écrire de longs articles mais tout cela ne concerne que ma petite personne et les problèmes de la planète sont d'une autre ampleur. 

Il est clair, au regard des milliers de pages lues ou de films et documentaires visionnés, que mes projections sur l'avenir proche ne sont pas des plus plaisantes. Il est clair également que mon engagement actuel dans des voies de décroissance, de survivalisme, de transition, d'anticipation, de préparation, ne concerne pas que moi mais que j'oeuvre à ma mesure à la protection de mes proches et plus largement à celle de l'humanité. En cherchant par tous les moyens à m'extraire d'une société consumériste et immature et en appliquant consciencieusement mes valeurs, je peux dire que j'agis pour le bien de la planète et donc de l'humanité.

Voilà ce qui m'importe.

Autant je suis fondamentalement solitaire, autant j'ai un attachement viscéral aux enfants. Je dis bien : aux enfants. J'ai beaucoup plus de mal avec le monde adulte.

Les articles, depuis quelques mois, tournent donc principalement autour de problèmes planétaires mais qui concernent chaque individu. Il s'agit pour moi de définir les problèmes, de les identifier, de les présenter et si possible, de proposer un début de solution ou au moins une réflexion personnelle. C'est à dire que le plus important à mes yeux est d'interpeller les lecteurs et lectrices pour susciter une analyse personnelle.

Que chacun en vienne à s'observer dans ses propres comportements. Puisque seule, cette attitude, contient les germes d'une évolution positive.

 


 

 

 

 

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau