L'Unité

"Tout dans l'Univers est fait d'une danse d'atomes. Tout est vibration. Les animaux, les plantes, la forêt sont conscience mais aussi le minéral. Ainsi, les pratiques tantriques cherchent à produire en nous une conscience directe de cette nature vibrante du monde. La pratique du yoga ou de la danse tantrique peut nous faire sortir de l'ego et nous faire connaître l'expérience directe de cette réalité vibratoire. L'ego s'arrête sur les formes et nous fait concevoir comme étant isolés du monde. Cependant, nous pouvons être amenés à percevoir que non seulement, nous sommes vibration mais que cette vibration et la vibration extérieure sont en réalité une seul chose. Notre pensée peut concevoir cela mais cela restera un concept. D'où l'importance des pratiques corporelles dans le tantra. Le corps a la faculté de nous faire ressentir l'illimité. Il est comme un bébé. Ce n'est pas la peine d'expliquer à un bébé qu'il est en lien avec le cosmos, il le vit directement. Donc, finalement, le premier ressenti que nous avons, c'est de faire un avec la totalité. C'est la chose la plus naturelle. Puis nous ""apprenons"" avec l'éducation et l'enseignement à séparer les choses et à nous éloigner de cette unité."

Daniel ODIER

Ame du monde


 Je réalise, qu'en fait, depuis que j'écris des romans, c'est ce que je cherche à transcrire. Et il en est de même dans "KUNDALINI" où l'expérience de la sexualité sacrée plonge les individus dans cette conscience vibratoire.

Je réalise, qu'en fait, j'ai eu la chance immense, enfant, de vivre dans la nature, près de l'Océan, dans les bois, de courir sur les rochers, de grimper aux arbres, de faire des cabanes, de manger des châtaignes cuites sur un feu de bois, d'écouter les oiseaux, le murmure d'un ruisseau, de jouer avec les nuages, de nager tout nu dans les vagues, de sentir mon corps vivant, aimant, puissant...

Je réalise, qu'en fait, aujourd'hui, tout ce que je vis est dans la continuité de ces expériences originelles, que la contemplation d'un lever de soleil ou le jeu des rayons de l'astre avec les nuages, que le silence du petit matin, la rosée sur les plantes, le cheminement aléatoire d'une chenille dans l'herbe, l'eau d'un torrent de montagne, tout ce que j'aimais enfant est toujours là mais avec une conscience vibratoire de plus en plus profonde, intense, bouleversante.   

J'aime infiniment tout ce que ces ressentis unitaires génèrent de transformations dans ma vie quotidienne. La conscience de l'unité, de ma responsabilité envers tout ce qui vit, de l'osmose qui me tend les bras, de cet effacement de l'ego dans la contemplation du monde, de l'amour infini que j'éprouve en plongeant dans les yeux de la femme qui partage ma vie dans une dimension spirituelle commune, dans le bonheur d'accompagner les trois enfants que la Vie nous a offerts...

Tout le reste est si insignifiant, si dérisoire. Cette dispersion quotidienne dans des événements sans cesse renouvelés, des agitations d'egos qui voudraient exister autant que les autres egos qu'ils croisent sans jamais prendre conscience que tout ça n'est qu'un jeu de marionnettes, des bouts de tissus cousus sur des corps nus, des âmes pures, des consciences divines. 

Je veux retrouver la nudité originelle. Je veux arracher de mon âme tout ce qui a été rajouté au fil du temps, tout ce qui n'est pas de ce monde naturel, de cet espace vibratoire, de cette communion avec la Vie en moi, en nous, en Tout.

Je veux mourir totalement nu, l'âme légère. 

 


 

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau