La Femme Guide (spiritualité)

 

13254624 10153957228995379 2191824712596461654 n

 

« La plus haute vocation de la femme est de conduire l’homme à son âme afin de l’unir à la Source. 
La plus haute vocation de l’homme est de protéger la femme afin qu’elle soit libre de marcher sur la terre, saine et sauve. »

Parole Cherokee

 

J’imagine que certains hommes ne comprennent pas l’image de « la Source » et que certaines femmes considèrent qu’elles n’ont pas besoin d’être « protégées » par un homme.

Pourquoi ?

Parce que ce sont leurs egos qui s’expriment.

L’homme a perdu son attachement au Sacré, à la Vie, à la Création. Il se contente d’exploiter la dimension de « l’avoir » et ignore celle de « l’être. »

Mais en répudiant cette dimension spirituelle en lui, il interdit par la même à la Femme de tenir ce rôle de Déesse initiatrice à l’Amour.

Dès lors, la Femme ne peut pas explorer en elle cette expérience du lien avec la Création et la diffuser en l’homme. Elle n’est pas reconnue dans son statut de Guide vers la Source et elle se retrouve par conséquent engagée dans une « lutte » pour exister dans la dimension de « l’avoir » initiée par l’Homme.  

Le Féminisme a sans doute contribué à cette « involution » mais il s’agissait bien évidemment d’intentions louables. Le problème tient dans le fait que cette voie de reconnaissance générait une compétition perverse. La Femme devant devenir « l’égale de l’Homme ».

C’est à mes yeux une aberration étant donné qu’il s’agit dès lors, non pas d’une « ascension » mais d’une chute.

La Femme porte en elle un potentiel bien plus favorable à la Vie que tout ce que l’Homme réalise parce qu’elle est porteuse de la Vie, parce qu’elle est reliée à la Source de Création.

Le rôle de « Mère » devait être sacralisé. Protégé, béni, honoré.

L’Enfant devait être accompagné par l’Amour bienveillant de la Mère et la Vigueur inspiratrice du Père.

La Famille devait être un Sanctuaire.

Le Couple devait être une Unité tournée vers le Sacré.

La Sexualité devait être un chemin vers l’Eveil à Soi et un tremplin commun vers la Source, non pas une sexualité « masculinisée » mais une sexualité comme un hommage à l’Énergie en chacun et à l’extension de cette Énergie dans la fusion des âmes.

 

Nous nous sommes égarés.

 

 Si on observe la dimension Homme / Femme chez les Peuples Premiers et le lien spirituel que la femme initie, transmet et développe pour que l'Homme accède lui aussi à la dimension spirituelle, je me dis que les civilisations matérialistes de "l'avoir"ne sont que des pilleurs, des destructeurs, des individus égarés.

Si un jour, cette partie matérialiste de l'Humanité se retrouve confrontée à une situation de survie liée aux effets dévastateurs des ego, les Peuples Premiers seront bien plus aptes à survivre.

Et ils deviendront par la même les "Peuples Derniers".

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau