La liberté. (spiritualité)

Je tourne toujours cette idée de l'intuition.

Mais ce qui me tracasse au-delà de cette absence de réponse quant à la source de cette intuition, c'est la notion de liberté qui vient s'y greffer.

On considère habituellement l'idée de liberté comme étant la possibilité d'agir comme bon nous semble, dans la mesure de notre positionnement à l'égard d'autrui.

Je ne reviendrai pas là-dessus, c'est incontestable, même si c'est éminemment difficile à réaliser en toutes circonstances.

Mais je vois cette liberté comme étant également la possibilité d'user pleinement de mon potentiel. J'entends par là de ne pas subir de limites quant aux capacité dont je dispose. Il ne s'agit donc pas de chercher à m'extraire d'un enfermement imposé par des contingences extérieures ni d'user de mon libre arbitre dans la mesure de son insignifiance mais de parvenir à explorer la totalité des horizons qui existent en moi. Il s'agit dès lors de m'échapper de mes propres limitations. Limitations générées par ma propre incapacité à posséder clairement l'ensemble de ce potentiel. Je suis donc enfermé dans la geôle de mes insuffisances alors que la liberté existe par elle-même en moi mais que je ne parviens pas à la saisir. Non pas en raison des autres mais uniquement de moi.

Si je ne parviens pas à saisir pleinement l'extraordinaire potentiel offert par l'intuition, je ne peux pas dire que je suis libre. Je suis bien au contraire enfermé en moi ou bien il y a en moi une part d'un Soi emprisonnée. Ce qui n'est pas mieux...

 

Et quand on pense que certains individus essaient d'acquérir leur liberté en gagnant de l'argent et en accumulant des biens matériels. Et qui osent certainement dire à leurs enfants qu'ils doivent "grandir"...

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau