Le besoin d'écrire.

Je participe à une société de consommation qui me déplaît fortement. Je suis un des éléments de cette humanité qui dans son ensemble est responsable partiellement du réchauffement climatique. Est-ce que d'en avoir conscience me dédouane de cette responsabilité ? Non.

On peut même considérer qu'un individu qui en aurait conscience et n'agirait aucunement pour réduire son empreinte serait bien plus responsable. Par conséquent, que puis-je faire pour éviter que mon existence soit entachée par ces méfaits ? Réduire, réduire tout au possible, dans la limite de mes besoins. C'est à dire exclure ce qui ne serait qu'un désir.

Je n'ai pas besoin, par exemple, de manger d'animaux et je n'en ai donc plus aucun désir.

Le désir ne crée pas de besoin ; il l'invente.

Il faudrait donc que je jette cet ordinateur dont la fabrication a contribué à l'épuisement de la planète et dont l'usage réclame une électricité nucléaire ? Non. Parce que son usage répond à un besoin et non à celui d'un désir.

 

Le besoin de partager pour réfléchir, le besoin d'écrire pour que mon empreinte spirituelle soit enfin une belle chose venant de moi. Comme une offrande à la vie en dédommagement de mes outrages d'humains exploiteurs.

blog

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.