Le conditionnement (spiritualité)

425721 553371371357762 366570844 n

 

"Vous êtes le produit de votre environnement. C'est pourquoi vous ne pouvez rien voir au-delà de vos habitudes et des conventions sociales dont vous êtes imprégné. Si vous voulez "voir" au-delà, libérez-vous de votre manière habituelle d'interpréter les faits. Le mental vit dans un cercle vicieux. Il crée lui-même les problèmes et ensuite essaie de les résoudre.

Swami Prajnanpad.

 

"Comment pouvons-nous être libres de regarder et d'apprendre, lorsque, depuis notre naissance jusqu'à l'instant de notre mort, nous sommes façonnés par telle ou telle culture, dans le petit moule de notre moi ?

Nous avons été conditionnés pendant des siècles par nos nationalités, nos castes, nos traditions, nos religions, nos langues, par l'éducation, la littérature, l'art, par des coutumes, des conventions, par des propagandes de toutes sortes, des pressions économiques, des modes d'alimentation, des climats différents, par nos familles et nos amis, par nos expériences vécues, bref par toutes les influences auxquelles nous pouvons penser, et cel, de telle sorte que nos réactions à tous les problèmes qui se présentent sont conditionnés. Est-ce que je me rends compte que je suis conditionné ?

N'avez-vous jamais essayé de vivre avec vous-même ? dans ce cas, vous avez remarqué que ce "vous-même" n'est pas un état statique mais une chose vivante, toujours renouvelée. Et pour vivre avec une chose vivante, l'esprit doit, lui aussi, être vivant. Mais il ne peut pas l'être s'il est pris dans un réseau d'opinions, de jugements, de valeurs."

La vie est très réelle, ce n'est pas une abstraction ; nos problèmes psychologiques proviennent de ce que nous la rencontrons à travers des images.

Savez-vous que lorsque vous regardez un arbre en vous disant que c'est une chêne ou un banian, ce mot, faisant partie des connaissances en botanique, a déjà si bien conditionné votre esprit qu'il s'interpose entre vous et votre visiond e l'arbre ? Pour entrer en contact avec l'arbre, nous devons y appuyer la main. Le mot ne nous aidera pas à le toucher.

Nous nous demandons par conséquent s'il est possible de transpercer immédiatement ce lourd conditionnement des siècles, sans entrer dans un nouveau conditionnement, s'il est possible d'être libre de telle sorte que l'esprit soit tout entier neuf, sensitif, vivant, conscient, intense, efficient."

Krishnamurti.


 

KUNDALINI

« On recommencera une autre fois, Maud, c’est un exercice à répéter. Il faut du temps pour que le mental apprenne à se taire et que l’âme prenne les manettes. Pour que tu y vois clair en quelque sorte.

-C’est quoi cet esprit dont tu as parlé tout à l’heure ? Le mental, je vois à peu près je pense et l’âme également mais cet esprit, comment tu le définis ? »

 « Pour moi, le mental, c’est l’ensemble de nos fonctionnements cognitifs, et donc les pensées, les raisonnements, les verbalisations. Les années d’utilisation de ce mental construisent la conscience de l’individu encapsulé et par conséquent la formation de l’ego. L’ego étant l’identification de l’être à son histoire. Ces deux entités, mental et ego, sont des acteurs qui prennent beaucoup de place. En arrière-plan se tient notre âme. Tu peux te la représenter comme le souffleur derrière le rideau de la scène où jouent le mental et l’ego. Le problème, c’est que la voix du souffleur est bien souvent trop faible pour s’imposer au vacarme des pensées. C’est là que la méditation intervient. Il s’agit de taire le mental pour que l’âme puisse s’exprimer. Mais, ça, personne ne nous l’a appris dans notre histoire d’ego. Il s’agit donc d’apprendre à entendre son âme. Les intuitions sont par exemple des jaillissements d’âmes. Mais je pense que l’âme ne fait que communiquer une information qui vient de l’Esprit. L’Esprit avec un E majuscule. L’âme sert d’intermédiaire entre le mental et l’Esprit, l’Esprit étant l’énergie créatrice, le flux divin, ou Dieu. On peut bien l’appeler comme on veut. Pour moi, c’est une intelligence et je n’ai pas besoin d’en avoir une image rapportée par d’autres humains. Je regarde les montagnes, je contemple la création et je vois l’intelligence. »

Elle posa une main sur la sienne.

« Tu n’imagines pas le bien que c’est d’entendre tout ça, Sat, j’ai l’impression de voir couler de la lumière en moi, je sens des données qui prennent forme, qui se solidifient, j’ai moins l’impression d’avancer dans un chaos absolu. Tu sais, depuis que je suis arrivée ici, je ne sais pas combien de fois ce mot, âme, est venu dans ma tête. Et c’est totalement inhabituel pour moi. Et là, avec toutes ces images que tu utilises, je revois les situations où c’est arrivé et je comprends. Je sais que c’était ça. Je sais aussi que mon mental résistait et voulait éteindre ces informations que mon âme me transmettait. »

Elle se releva subitement, à angle droit, le visage illuminé, les mains devant la bouche. Une inspiration de surprise.

« Tout à l’heure, Sat, quand j’étais prêt du muret, c’est ça que j’ai senti.

-Quoi, Maud ?

-L’Esprit. Mais c’était tellement puissant que la peur a pris le dessus. »

 

Il la regarda, comme on contemple un lever de soleil.

Elle se pencha vers lui et il ouvrit les bras.

C’est elle qui l’embrassa, c’est elle qui l’invita à s’allonger. La couverture et le tapis d’herbe en matelas.

Il la laissa faire.

C’est elle encore qui glissa les mains sur son torse, sur son ventre, sur ses cuisses.

Et ce fut comme un embrasement mutuel, fulgurant.

Le désir éblouissant de s’unir, d’être un, d’être dans l’amour.

Elle voulait explorer ce territoire, elle le voulait plus que tout, c’était comme une urgence absolue. Elle pensa dans un battement de paupières que les bébés, à leur première bouffée d’air, devaient souffrir de la sorte. Et qu’ils n’avaient pourtant pas d’autre issue que de respirer encore.


 

 

 

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau