Les enfants précoces (humanisme)

La précocité enfin expliquée aux petits

Nathalie Damide-Baldji - publié le 16.12.2011, 11h01

 

http://www.linternaute.com/livre/expert/50603/la-precocite-enfin-expliquee-aux-petits.shtml

 

L'auteur

Nathalie DAMIDE-BALDJI,
Rédactrice en Chef, Yabook.fr/Mespremiereslectures.com

Rédactrice reporter (écrit, web et radio) indépendante, diplômée de la petite enfance, passionnée de littérature et curi...suite 

articles précédents

Comment expliquer à un très jeune enfant concerné, sa différence ? La précocité est un sujet rarement décliné dans la littérature jeunesse, c'est pourquoi Zacchary, un ourson pas comme les autres, méritait qu'on vous le présente.

Précoces, à fort potentiel, EIP, surdoués, ou zèbres*  … Autant de manières de désigner ce qui représenterait 2% de la population.

Une quantité non négligeable puisque cela signifie que toute école ou établissement accueillant des enfants ou adolescents est amené à croiser ces jeunes là.

La précocité n’est pas un handicap qu’il faut s’efforcer de soigner, contrairement aux dyslexie, dysphasie, et autres membres de la famille des «dys» par exemple.

L’enfant pcoce est né ainsi. Il lui faut vivre avec ce don, dont il ne sait pas toujours quoi faire. Ce potentiel a souvent du mal à s’épanouir.
(ref : «Moi Surdoué (e) ?! De l’enfant précoce à l’adulte épanoui». Chez Jouvence. Du psychologue Hervé Magnin)

Paradoxalement, très souvent, l’enfant précoce a une estime de soi très basse et il est mal dans sa peau. Ces enfants ne sont pas toujours compris des autres et on les retrouve en souffrance.

«Puisque cet enfant est précoce il doit être le premier de la classe et avoir les meilleures notes» entend-on encore de la bouche de certains enseignants ! Si si, je l’ai entendu de mes propres oreilles de la bouche d’une directrice d’école. C’est bien méconnaître le sujet.

Il faut dire que les termes pour désigner cette différence sont tous aussi impropres les uns que les autres et les précoces eux-mêmes ne les aiment pas beaucoup.

Ils induisent une espèce de supériorité qui agace, qui provoque un rejet… qui ne reflète pas la réalité puisqu'il s’agit pour ces individus-là d’un fonctionnement simplement très différent.

Les enfants précoces (tant pis, on garde ce mot là pour mieux se comprendre) se sentent souvent déphasés par rapport aux autres enfants de leur âge. Ils sont parfois rejetés ou s’isolent d’eux-même.
(Ref : L’échec scolaire ça se soigne du Docteur Olivier Revol chez JC Lattès)

Un enfant de 6 ans est capable de se poser des questions existentielles sur la mort, l’origine de la vie ou de l’Univers par exemple, pour autant si sa maturité intellectuelle avance à grands pas, il reste souvent fragile d’un point de vue affectif. Hypersensible, un sens aigüe de la justice et assoiffé de sens, le jeune enfant, l’enfant, l’ado puis l’adulte restera toute sa vie un «zèbre».

Autant reconnaître la surdouance de son enfant le plus tôt possible, la comprendre et l’assumer pour qu’il puisse bien vivre sa différence et même en faire une force ?

De nos jours ces enfants là sont de plus en plus souvent «détectés», ce qui n’était pas autant le cas des générations précédentes : Les enfants précoces d’aujourd’hui ont souvent un parent précoce qui s’ignore du coup, d’après les constats des psychologues.

Si les ouvrages foisonnent sur le sujet à destination des adultes, notamment des parents, très peu d’outils étaient mis à disposition des enfants eux-mêmes pour les aider à comprendre pourquoi ils se sentent si mal, pourquoi ils s’ennuient à l’école… Et répondre à des milliers d’autres «pourquoi» qui tourbillonnent dans leur tête sans cesse.

Côté littérature jeunesse, pas grand-chose à se mettre sous la dent donc, à part peut être, l’histoire bien connue du vilain petit canard, qui permet à l’enfant de comprendre qu’il est ni mieux ni moins bien que les autres, il est simplement différent mais que son potentiel ne demande qu’à s’épanouir, à se mettre en place pour qu’il devienne un adulte bien dans sa peau…    

C’était sans compter sur Lenia Major, auteur jeunesse de talent, qui a décidé de combler ce vide en écrivant un magnifique petit album intitulé «Zacchary l’ourson précoce».

Comment cette histoire a commencé ?

Lenia Major est aussi une maman d’EIP (enfant intellectuellement précoce). «La différence de ma fille nous est apparue assez tôt, par la maturité et l’étendue de son langage dès 18 mois. Quand elle a su lire les lettres, puis les syllabes vers 2 ans, nous avons pensé qu’elle avait un peu d’avance. Puis à la maternelle, nous avons décidé de la faire tester devant l’écart que nous constations à nouveau dans le langage et dans ses intérêts, par rapport à ses camarades.» Comprendre ce qui se passait permettait aux parents d’adapter leur accompagnement «l’échange avec un EIP est étonnant, enrichissant, jamais ennuyeux !» déclare l’auteur. «Nous sommes beaucoup à parcourir le même chemin pavé de joies, mais aussi d’embûches et d’obstacles, qui ne sont pas infranchissables. A plusieurs, on réfléchit mieux. En partageant, la montagne devient colline, puis petite butte.» Un conseil aux parents concernés «Ne pas essayer d’être compris par des personnes qui ne sont pas concernées. Elles jugent souvent que les petits «surdoués» sont des prétentieux poussés par leur famille pour battre tout le monde. La réalité est diamétralement opposée. Nous n’espérons souvent qu’une chose : c’est que notre enfant se fonde dans la masse et trouve des amis.».

  «Zacchary l’ourson précoce», est un outil reconnu et apprécié déjà par de très nombreuses mamans. Un ourson sympathique qui a rendu le sourire à bien des enfants qui se sont reconnus en lui.

  *  (ref aux ouvrages de Jeanne Siaud-Fachin)

Ref : ISBN 978-2-9533653-0-6 Zacchary l’ourson précoce. Collection D’abord des Enfants. Lénia Major et Louvenn. 35 pages. 14.90 euros . Dès 5  ans.


 

L'interview de Lénia Major : à lire

Retrouvez d'autres informations, conseils et actualités sur la littérature jeunesse sur Mes premières lectures

blog

Commentaires (2)

Thierry
  • 1. Thierry | 23/03/2012
Bonjour Stéphane.
Merci pour votre passage ici. Je vais aller chercher un lien me permettant de "visiter" votre école ! Bonne continuation.
Pr Stéphane Feye
  • 2. Pr Stéphane Feye (site web) | 23/03/2012
J'ignore si l'école que j'ai fondée en 1995 en Belgique (Schola Nova) peut donner des réponses satisfaisantes, mais vu que beaucoup d'enfants précoces y ont magnifiquement fleuri, peut-être pourrez-vous y puiser quelques idées... Bonne chance!

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau