L'éducation marchande

 

 

Ocde 1

 

Ocde 2

 

 

Réforme des rythmes scolaires; les véritables raisons...

Ce texte date de 1996. 

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE, en anglais Organisation for Economic Co-operation and Development, OECD) est une organisation internationale d’études économiques, dont les pays membres — des pays développés pour la plupart — ont en commun un système de gouvernement démocratique et une économie de marché.

 

Elle occupe surtout le terrain de la prospective. L'établissement des projets à LONG TERME, détachée de toute opinion politique. Il s'agit essentiellement d'études de marchés, la rentabilité, la croissance, la compétitivité, la concurrence, les budgets, les finances...

 

La prospective est la démarche qui vise, dans une perspective à la fois déterministe et holistique, à se préparer aujourd'hui à demain.
Elle ne consiste pas à prévoir l'avenir mais à élaborer des scénarios possibles et impossibles dans leurs perceptions du moment sur la base de l'analyse des données disponibles (états des lieux, tendances lourdes, phénomènes d'émergences) et de la compréhension et prise en compte des processus sociopsychologiques. 

 

 

Que dit le texte mis en exergue ? Quel est son projet ?

 

On peut en avoir un aperçu de plus en plus clair depuis deux ans. 

L'éducation nationale a pour vocation à devenir territoriale.

Les enseignants doivent devenir des prestataires de services dans un cadre d'entreprises privées et non de fonction publique.

L'Etat a pour vocation à se désengager et à déléguer l'enseignement.

Les enseignants qui resteront au service de l'Etat auront à charge "la population non rentable", c'est à dire les classes sociales les plus défavorisées ou pour parler clairement, celles dont le pouvoir d'achat est le plus faible. 

Les écarts de budget entre les communes rurales et les grandes villes génèrent déjà des inégalités. Elles étaient relativement "adoucies" par l'engagement de l'Etat. Il n'en sera plus rien dans quelques temps. Un effet immédiat : désertification accélérée des zones rurales puisque les écoles fermeront. Concentration des élèves, diminution du nombre d'enseignants. Sur le long terme, les "économies" réalisées seront considérables. Les effets sur la population ne seront jamais pris en compte. 

 

Il ne faudra pas longtemps pour que les entreprises comprennent que les communes ont besoin d'argent pour couvrir les frais de fonctionnement des écoles. Elles proposeront donc des "partenariats" afin que les enfants deviennent les futurs consommateurs qui soutiendront l'économie. Il est évident que l'Etat ne subventionnera pas de façon durable les activités périscolaires. Il faudra immanquablement qu'un relais prenne la place...

L'éducation nationale, devenue territoriale, deviendra donc l'éducation marchande.

Les enfants sont les piliers de l'économie. "Les prestataires de service" auront à charge de renforcer autant que possible ces piliers. Les multinationales pourvoiront aux besoins financiers. Au regard de ce qu'elles gagneront, l'investissement sera dérisoire. La force de frappe des groupes du CAC 40 est phénoménale... 

Total, Nestlé (et donc Monsanto), EDF, GDF, Mc Do et d'autres encore sont déjà entrés dans les écoles.

Pour accélérer le mouvement, il suffit de réduire puis d'éliminer les subsides de l'Etat. Puisque les communes ont obligation d'assurer le fonctionnement des écoles, la responsabilité des Maires est engagée.   

Les parents les plus naïfs ( ou idiots) iront se plaindre dans les conseils municipaux...

Il est évident que les années à venir pour les équipes municipales prennent l'allure d'un chemin de croix.

 

Pour ce qui est des enseignants, je sais ce que beaucoup pensent de ce que je dis : "Celui-là est totalement déglingué."

Aucun problème. C'est une folie qui me convient et que j'assume.  

Pour ceux et celles qui veulent avoir un aperçu plus détaillé :

Cahier de nuit

L'école


 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau