Libérer la parole

LIBERER LA PAROLE

 

Lorsque Raymond Moody, célèbre cardiologue américain, a révélé les premiers cas de NDE dans son hôpital, un flot de témoignages a déferlé dans le pays, repris ensuite par d’autres chirurgiens, anesthésistes, cardiologues, infirmières, personnels de chambre etc etc…

Cette peur d’être considéré comme un « fou » et cette interdiction de parler, parfois même à ses plus proches, avaient été brisées par cette prise de paroles de la part de quelqu’un de considéré comme « crédible ».

 

Cet exemple est représentatif de la nécessité de « libérer la parole » et de permettre aux carcans sociaux d’être brisés.

Lorsque je vois le matraquage effectué sur les gens accusés d’être des « complotistes », je réalise qu’encore une fois, la parole est bridée, contenue jusqu’à faire passer ces esprits contradicteurs pour des malades mentaux.

Cette fameuse liberté d’expression n’a pas droit de parole dès lors qu’elle s’oppose à la version officielle, celle des gens « biens pensants », sains d’esprit…

 

Il est donc impérieux de ne pas craindre le rejet.

Il me suffit de regarder d’ailleurs l’isolement intégral qui est le mien au regard de la profession enseignante que j’ai côtoyée. Je n’existe plus. Banni, pestiféré, exclu. Oublié.

Très bien finalement. Je sais que mon positionnement correspond parfaitement à mes convictions puisque ce positionnement est rejeté par la masse et que je n'adhère pas aux choix actuels de la masse enseignante. 

Et j’entends déjà certains esprits m’accuser de paranoïa…

On "médicalise" toujours les gens qui pensent autrement.

 

Cette série de vidéos montre le cheminement intellectuel d‘un individu « lambda » qui peu à peu prend conscience que la vérité est une fille de joie qui s’offre au plus offrant, au plus percutant, à celui ou ceux qui disposent d’une force de frappe considérable.

La minorité opposante sera d’autant plus facilement ridiculisée qu’elle ne bénéficiera pas des réseaux de diffusion les plus vus. On dira évidemment que les sites de contestation, de par leur faible audience, sont tenus par des « extrémistes illuminés, des sectes, des malades mentaux, des originaux, des marginaux » etc etc….

 

La question qui se pose est par conséquent la suivante : Qui pense ?

Une masse pour l’adhésion des individus ou des individus qui se dressent devant la masse ?

 

Il est connu que dans l’Histoire de l’Humanité, les idées les plus « révolutionnaires » ont toujours été à l’origine totalement décriées, dès lors qu’elles s’opposaient à des dogmes intangibles. Puis, ces idées finissaient par être entendues, répercutées, dès lors que la « parole était suffisamment libérée ». Il arrivait parfois que ces idées « révolutionnaires » deviennent même les nouveaux dogmes. Ce qui impliquait nécessairement qu’elles soient de nouveau remises à plat.

C’est toute l’idée du « progrès » qui prend sa source dans ce procédé.

Dès lors qu’un Etat et les canaux gouvernementaux d’informations établissent une « morale bien-pensante », une mise au pilori de tous les trublions, il est inévitable que cette société périclite.     

C’est ce qui se produit actuellement.

« Bienheureux les fêlés, car ils laissent passer la Lumière ».

Merci à Monsieur Audiard.

 

Il ne s’agira pas nécessairement d’une lumière durable ou crédible ou objective ou recevable mais ce qui importe, c’est que la lumière commune ne soit plus dans le plein pouvoir de l’aveuglement….

 

Il est probable que certain(e)s spectateurs ou spectatrices rejettent d'emblée ces vidéos parce qu'elles parlent de Dieudonné, des attentats du WTC, de la guerre en Irak, de la main mise des "Faucons" de Washington, etc etc....

A chacun alors d'analyser clairement les raisons de ce rejet. 

J'ai eu beaucoup de mal avec Dieudonné lorsque mes ados sont venus me proposer de regarder ses sketchs. Et il a bien fallu que j'aille chercher pourquoi. 

Ca m'a pris du temps...

Il fallait que je libère en moi mes propres paroles et non plus les paroles apprises, les paroles communes, les paroles partagées par la majorité.

C'est effrayant d'ailleurs de réaliser la quantité de fardeaux qu'on transporte en soi...

Je bénis par contre mes adolescents d'avoir fait voler en éclat mes enceintes.

Non pas que je gobe, béat et admiratif, tout ce qui se dit dans la mouvance contestataire mais je sais, qu'au moins, j'ai appris à ne pas avoir confiance d'emblée. Envers personne en fait. 

Je commets de multiples erreurs d'appréciation, je me trompe dans mes conclusions, je m'égare, j'erre, je fais demi-tour, je m'enlise, je m'évade, je cherche, je cherche, je cherche.....

 

Ces vidéos sont longues et complexes parfois. L'avantage, c'est qu'on peut réécouter plusieurs fois le même passage....Et ça en vaut vraiment, vraiment, la peine.....

 
 
 

 

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau