Ne plus être dérangé

Parfois, il vient en moi une étrange impression. Plus rien ne me touche, plus rien ne m'atteint. Non pas que que je sois indifférent. L'impression que rien n'est là pour être atteint. Je pense que c'est cela l'état méditatif en fait. Bien que je n'ai jamais tenté de m'initier en quelque façon à la chose. Je ne peux pas être dérangé étant donné qu'il n'y a plus rien qui puisse l'être. 

J'ai une grippe carabinée associée avec une bronchite et une baisse de tension, en arrêt depuis mercredi. Cet après-midi, je me suis allongé, j'ai fermé les yeux et à un moment, j'ai senti que je ne sentais plus rien. Comme si je n'avais plus de corps. J'étais incapable de visualiser mes jambes, mes bras, mon ventre, ma tête, rien, un immense vide. Il ne restait en fait que le souvenir associé à ces différentes parties, un rappel de la mémoire mais rien de tangible, de réel, de matériel. Simultanément, je percevais un flux, une chaleur étrange, comme un courant qui coulait à l'intérieur d'une enveloppe qui n'existait plus, que je ne ressentais plus. Juste une énergie, un crépitement qui a fini par ne plus être limité par l'imagerie associée à mon corps. Un rayonnement global s'est installé, je n'ai plus senti la pression de mes paupières, rien au niveau du crâne, ni même l'appui de ma tête sur le coussin, juste cette énergie...

La Vie.

Je connais depuis longtemps déjà cet état. Je sais que la Vie est là. Qu'il n'y a plus rien de superficiel, que le Moi est effacé, que les images sont éteintes, qu'il n'y a plus rien qui puisse être dérangé parce que rien n'a de prise sur cet état.

Bien sûr, il aurait suffi que le téléphone sonne pour que tout s'arrête. Mais cet état n'aurait pas disparu pour autant. Il est toujours là. Il est immuable. Comme la rotation de la Terre. L'énergie ne disparaît pas, elle est juste couverte par des éléments artificiels.

Mon corps est l'élément le plus artificiel qui soit, celui qui représente l'obstacle le plus puissant. Il n'y est pour rien. C'est juste un problème éducatif. Lui aussi est une victime.

Il faut réapprendre à s'extraire de l'enveloppe.

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau