Notre Dame la Planète

Oui, bien entendu que j'étais touché par les images de la cathédrale en feu. 

J'ai une infinie admiration devant le travail effectué par les gens de cette époque. Il faut imaginer les ouvriers sur des échafaudages en bois... Total respect.

Mais je suis néanmoins effaré de la tournure des événements. 

Il y a, à mes yeux, un parallèle évident avec le comportement des gouvernants envers la planète.

De nombreux historiens, architectes, conservateurs, théologiens avaient alerté, depuis des années, sur le délabrement de Notre Dame et bien pire encore sur l'absence de système fiable de sécurité et de surveillance. Ce qui était en place ne pouvait empêcher ce qui s'est produit. 

De nombreux spécialistes l'ont confirmé. Et beaucoup sont en colère.

Le désastre a eu lieu.

Et maintenant, quarante-huit heures après, l'argent coule à flot. 

Huit cents millions alors que le budget débloqué pour la réfection de la toiture se montait à 60 millions. Il était acté que rien ne serait fait sur les systèmes de surveillance et de sécurité. Par manque de budget.

C'est absurde, totalement absurde.

C'est le désastre consommé qui réveille les consciences.

La prévention n'est peut-être pas assez tape-à-l'oeil. Elle ne serait pas médiatisée, elle passerait inaperçue. Oui, je suis cynique en écrivant ça et peut-être parfaitement réaliste malgré tout...

 

 

Alors, oui, le parallèle avec l'état de la planète était évident.

L'urgence n'est pas encore dépassée. On sait que ça va mal mais pas assez encore pour que les secours soient déclenchés. 

Il manque une catastrophe, une grosse, une qui frappe les eprits pour que les consciences soient émues et que des actes s'enclenchent. 

C'est absurde, totalement absurde.

Même si la France est relativement épargnée par les grandes catastrophes naturelles, ouragans, tornades, tsunamis et autres cataclysmes majeurs, il n'en reste pas moins qu'une sécheresse durable et sur plusieurs années mettrait grandement à mal l'ensemble du pays.

Ca ne serait pas du sensationnel, ça n'attirerait pas toutes les télés du monde, ça ne ferait pas grimper l'audimat mais les dégâts seraient immenses.

Il y a déjà des dégâts. Sur l'ensemble de la biodiversité.

Le problème, c'est qu'avec le temps, on s'habitue.

Alors que personne n'est habitué à voir flamber une cathédrale.

 

 

L’image contient peut-être : texte

blog

Commentaires (2)

Thierry LEDRU
  • 1. Thierry LEDRU | 30/04/2019
Cette politique là, oui, assurément. Mais pas la politique au sens de la république athénienne ou de la vie communautaire des Indiens Kogis. Il faut repenser la notion de "pouvoir"...Un long travail...Qui ne sera rendu possible qu'après avoir brûler la vieille politique.
laplumefragile
  • 2. laplumefragile (site web) | 30/04/2019
Exactement.
Comme je l'écrivais aussi, oui le milliard… quelle folie. Et l’environnement, l’éducation, la misère dans le monde… ça brûle ça brûle mais pas de fonds ni de convictions assez fortes pour sauver ce qu’il reste à sauver.

Et quand bien même il y aurait suffisamment de personnes pour tenir ces discours, qu'est-ce que cela changerait ? Peut-être que c'est la politique qu'il faut brûler.

Ajouter un commentaire