Nourrir la population mondiale

Le rapport spécial du groupe d'experts de l'ONU sur le climat (Giec), réunis jusqu'à mardi à Genève, sera l'analyse scientifique la plus complète à ce jour sur la capacité de l'homme à subvenir à ses besoins à l'avenir.

Un champ de maïs brûlé par la chaleur, à Longue-Jumelles (Maine-et-Loire), le 23 juillet 2019. 
Un champ de maïs brûlé par la chaleur, à Longue-Jumelles (Maine-et-Loire), le 23 juillet 2019.  (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

Comment nourrir une population toujours plus importante sans détruire la nature ? Cette question cruciale pour la survie de l'humanité est au cœur de discussions du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) qui démarrent, vendredi 2 août, à Genève. A l'issue de ces rencontres, mardi 6 août, un rapport consacré au "changement climatique, la désertification, la dégradation des sols, la gestion durable des terres, la sécurité alimentaire et les flux de gaz à effet de serre dans les écosystèmes terrestres" doit être rendu public.  

Ce texte de plus de 1 000 pages, qui doit être approuvé par les délégations d'environ 195 Etats, devrait mettre en avant la façon dont l'alimentation industrielle, du producteur au consommateur, l'exploitation généralisée des ressources, voire certains efforts pour contrer les effets du réchauffement climatique, compromettent notre capacité à nous nourrir à l'avenir. Il devrait aussi dresser le tableau d'une société où deux milliards d'adultes sont en surpoids ou obèses et où des quantités importantes de nourriture sont jetées. 

L'importance d'un usage optimal des terres

Ces discussions seront l'occasion de mettre en lumière l'importance d'un usage optimal des terres. Un aspect longtemps négligé, selon les experts."Quand on regarde à la fois les conséquences du changement climatique et les contributions à ce changement, le secteur des terres est incroyablement important", souligne Lynn Scarlett, de l'ONG The Nature Conservancy. 

L'agriculture et la déforestation représentent ainsi environ un quart des émissions des gaz à effet de serre. L'agriculture utilise également un tiers de toutes les terres émergées et les trois quarts de l'eau douce sur la planète. 

blog

Ajouter un commentaire