Randonnée du vertige en Chartreuse.

En Chartreuse, le massif offre une palette très large de sorties. Du parcours familial à la "randonnée du vertige", c'est à dire un terrain aventureux, avec des passages scabreux, des itinéraires très peu marqués, des vides impressionnants, et quelques incertitudes dans les choix qui se présentent par absence de panneaux indicateurs, de peintures sur les rochers ou de cairns.

La dernière sortie était dans ce registre et on peut dire qu'on a été gâté. 

Départ au cirque de Saint-Même. 9h30. 

On monte vers "le pas de la mort", une barrière rocheuse qui se franchit pas un étroit couloir partiellement équipé avec un câble et quelques échelons. C'est une des caractéristiques de certaines sorties en Chartreuse : les itinéraires prennent de l'altitude en franchissant des brèches, des couloirs, des gradins avant de rejoindre une vire, "un sangle", au pied d'une nouvelle falaise. On suit alors ce "sangle", bien souvent étroit, peu marqué jusqu'à trouver une nouvelle brèche dans la muraille qui nous surplombe et de gagner un nouveau palier. 

1567691296-p9030020.jpg

 

1567691488-p9030024.jpg

 

1567691564-p9030035.jpg

 

1567691627-p9030038.jpg

 

 

Après "le pas de la mort", on a suivi une sente peu marquée dans la forêt. Juste quelques cairns et quelques traces de terre

sur les roches. La végétation est abondante et couvre bien souvent le "chemin". Les jeux de lumière dans les frondaisons, le silence de la forêt, une sensation d'isolement.

1567691856-p9030042.jpg

On sort de la forêt après un aller-retour suite à une erreur d'itinéraire, une sente animale qui nous fait manquer une bifurcation très peu visible.

On découvre la vallon. Au loin, on aperçoit le col de Bellefont puis une partie de la montée vers le sommet des lances de Mallissard. Point le plus haut de la journée.

 

 

 

1567691880-p9030047.jpg

 

La brume de chaleur flotte au-dessus de la vallée du Grésivaudan.

1567691929-p9030064.jpg

Depuis le col, on remonte l'arête par un couloir rocheux et on débouche au sommet des lances de Mallissard. La vue est phénoménale, des horizons ouverts, le jeu des nuages, des palettes de couleurs, le silence.

On fait une pause en mangeant le biscuit maison. On ne prend rien d'autre en dehors d'un litre d'eau. 

1567692438-p9030077.jpg

1567692474-p9030081.jpg

1567692509-p9030103.jpg

Une demie-heure de pause et on s'engage sur le fil de l'arête puis dans les pentes, versant Est. Il n'y a pas d'itinéraire connu mais quelques traces de chamois ou d'autres randonneurs "aventureux"...

 

1567692536-p9030111.jpg

Après une longue traversée, on finit par venir buter contre un ressaut rocheux infranchissable. Obligation de descendre dans des lapiaz assez raides, face à la pente. 

 

1567693169-p9030123.jpg

1567693194-p9030127.jpg

1567693223-p9030130.jpg

Comme on est hors sentier, on tombe sur une harde de chamois. ils ne sont guère farouches. On est dans une réserve naturelle. Ils ne connaissent pas les chasseurs. Ils s'éloignent sous le couvert des arbres. 

1567693251-p9030134.jpg

 

Une fois au bas des lapiaz, on cherche dans la forêt le sentier qui monte au col de Fontanieu. On fouille quelques temps avant de le trouver. Il n'y a toujours aucun panneau, aucune peinture sur les roches, même pas de cairns. Même si la zone n'est pas interdite, les responsables de la réserve cherchent très clairement à limiter le nombre de randonneurs. On sort souvent la carte IGN du sac...On monte le raidillon jusqu'au col.

1567693789-p9030138.jpg

1567693288-p9030118.jpg

 

Aucune indication au col...On cherche la "cheminée de Fontanieu". On finit par la trouver...Raide, très raide...Dix mètres de haut qui aboutissent à une plate-forme pas bien large. En-dessous, le vide est immense...Il y a un câble qu'il faut prendre à pleines mains pour descendre comme en rappel. Je regrette de ne pas avoir pris une corde pour assurer Nathalie. Je descends le premier pour voir la meilleure méthode. Le câble n'est pas bien placé et les prises de pied sont parfois invisibles. Le rocher est en dévers. J'en arrive à me demander si on est au bon endroit. Dans les quelques informations que j'avais lues sur le net, il n'était pas mentionné que le passage était aussi ardu...

J'arrive en bas et je commence à guider Nathalie. Je la sens tendue. L'effort est intense. Je remonte à la moitié du couloir pour l'aider à placer ses pieds. la situation est inconfortable. Il ne faut surtout pas tomber...Prendre son temps, hésiter trop longtemps, c'est courir le risque de se fatiguer. On ne doit pas s'attarder dans ce genre de passage. 

On finit par atteindre le bas du couloir. Soulagement. 

1567877850-p9030144.jpg (4288×3216)

 

 

 

On éprouve une certaine incompréhension au regard de l'équipement de cette cheminée. Tant qu'à installer un câble, il fallait y ajouter un ou deux échelons dans les zones en dévers. Ou tout enlever et ne pas proposer la descente. Etrange...On a vraiment l'impression d'être sur un itinéaire totalement délaissé.

On a donc changé de versant. On est côté Ouest. On ne voit toujours pas notre point de départ de ce matin. Il faut chercher...

On est au pied de la falaise sommitale. Il reste à trouver l'itinéraire pour franchir les barres rocheuses qui sont sous nos pieds. On s'engage sur une sente assez bien marquée. On doit trouver un "couloir câblé" assez long et bien raide, terreux et ruiniforme en direction du col de Fontanieu. 

 

1567694503-p9030152.jpg

1567694863-p9030146.jpg

 

Pour la première fois, on aperçoit le hameau où on est garé. Tout en bas.

 

1567695183-p9030162.jpg

 

La sente nous permet de descendre d'étages en étages, avec quelques passages qui remontent pour contourner un pilier, éviter une faille, un ravin. On a bien conscience qu'on est encore loin de l'arrivée...On sort régulièrement la carte pour essayer de se situer correctement. On avance toujours mais dans un certain doute. L'absence totale de marques maintient l'incertitude. On voulait du terrain d'aventure, on est servi :) 

1567695216-p9030165.jpg

1567695225-p9030164.jpg

On cherche un bon moment avant de trouver ce fameux couloir, caché dans un fouillis végétal. La pente est très raide. On devine un câble quelques mètres sous le départ. C'est là...

 

 

1567695852-p9030169.jpg

1567695887-p9030171.jpg

1567696001-p9030174.jpg

 

 

On arrive au pied du couloir. On est dans la forêt. Il faut trouver le col de Fontanieu pour basculer vers le point de départ.

1567696105-p9030179.jpg

1567696186-p9030182.jpg

 

Encore une longue traversée, plein Sud. Puis, on trouve une sente qui descend droit dans la pente. C'est la bonne direction. 

 

Cette fois, on sait que ça se termine :) 

On arrive à la voiture à 19 H 30. 

Dix heures aller-retour, avec la montée à Malissard et les quelques A/R :), on est dans les 2000 m de dénivelée, une bonne vingtaine de kilomètres. On est content de voir qu'on n'est pas "explosés". On aurait pu continuer encore. L'entraînement de l'été est là. 

On regarde les falaises où on était tout à l'heure. Difficile d'imaginer qu'il y a un "itinéraire" là-dedans.

La magie de la Chartreuse.

1567696617-p9030184.jpg

 

blog

Commentaires (4)

Thierry LEDRU
  • 1. Thierry LEDRU | 05/09/2019
Yo, Damien, très heureux que ça te donne envie de découvrir les hauts lieux :) Ça fait 40 ans cette année que j'ai découvert la montagne et j'y trouve toujours le même bonheur. Merci pour ton commentaire ;)
Damien , Dam's
  • 2. Damien , Dam's | 05/09/2019
Bravo a tous les deux pour cette belle escapade.
Çà donne vraiment envie de le vivre, en attendant merci pour ces magnifiques paysages.
<3 <3 <3
Thierry LEDRU
  • 3. Thierry LEDRU | 05/09/2019
Oh, très touché de te voir ici; Pascal :) Oui, la montagne est un lieu merveilleux, empli de surprises, d'aventures et de contemplation, empli d'imprévus aussi, un terrain d'aventures pour apprendre à se connaître tout en la découvrant. Amitiés.
Artaban ,Pascal
  • 4. Artaban ,Pascal | 05/09/2019
Félicitations à vous deux, le décor est magnifique ,

Ajouter un commentaire