Ré(d)action suicidaire


Je suis effaré de ce tollé médiatique et c'est très représentatif des problèmes de fond au regard de tout ce qui concerne l'existentiel.

Qu'on ne vienne pas dire que les adolescents ne sont pas concernés par ce genre de drame et qu'il est inutile d'en parler avec eux, ni encore moins de les faire réfléchir, ni même de proposer un travail de création littéraire, ni même de considérer qu'ils pourraient, un jour, être touchés par cette infinie douleur du "dégoût de soi"...Non, non, fermons les yeux, bouchons-nous les oreilles, ne les regardons pas ces jeunes, tout va bien tout va bien..;

Je ne rappellerai pas les statistiques du suicide chez les jeunes, c'est terrifiant. Une réalité.

Il s'agissait d'un TRAVAIL accompagné, d'une réflexion personnelle ayant une finalité de création littéraire tout autant que de plonger les adolescents dans des tourments, qu'ils soient personnels ou pas ne changent rien. S'ils ne sont pas concernés, ils auront comme tâche d'aller chercher en eux cette réalité qu'ils ignorent, s'ils sont concernés et que ces pensées les ont déjà assaillis, que cette tentation les a effleurés, ils auront l'occasion de les partager. La parole est un baume salvateur.

Les parents qui l'ignorent devraient s'ouvrir et écouter. 

Quelles sont les raisons de cette indignation ?

L'énoncé était trop violent ? Mais je rappelle que l'Education nationale impose aux professeurs d'étudier Baudelaire ou Appolinaire, que le travail des adolescents consistent à extraire de ces textes la noirceur et le dégoût de la vie, les angoisses et les folies. Aucun parent ne s'en  émeut. Ces parents vont-ils s'opposer à "La nausée" de Sartre ? Vont-ils refuser "L'étranger" de Camus ?

Non, ils ne diront rien parce que, pour eux, ça ne concerne pas leurs enfants. Ce sont des délires d'écrivains névrosés. Mais vos enfants aussi sont névrosés, comme vous, comme moi, comme TOUT LE MONDE ! 

Et ceux qui n'iront jamais explorer les gouffres finiront par y tomber. LISEZ DONC VICTOR HUGO BANDES D'IGNARES !!

Cette fois, ce professeur, plutôt que de s'en tenir à des études de textes abscons pour beaucoup, propose une introspection. Et là, on crie à l'horreur ?

Pour quelle raison ?

"Parce que chez nous, on ne parle pas de ça, Monsieur. Tout le monde va bien."

Et bien tant mieux, profitez-en, ça pourrait ne pas durer. L'absence de paroles ne signifie pas que tout va bien. Juste que pour l'instant, les effets de cet étouffement sont contenus.

Qu'imaginent-ils ces parents ? Que leurs enfants n'en parlent pas entre eux, qu'ils n'ont pas de jeux suicidaires quand ils roulent en scooter avec le casque posé comme un béret ? Qu'ils n'ont pas de pulsions morbides ? Qu'ils ne vont pas aller se piquer une nuit ? Qu'ils ne vont pas aller faire l'amour sans capote ? Qu'ils ne vont pas rouler bourré ? Que tout va bien, que tout va bien, que tout va bien...

J'ai l'impression d'entendre parler la famille Groseille (la vie est un long fleuve tranquille)

Rappelez-moi déjà quels sont les films qu'ils sont allés voir dernièrement ? Il n'y avait pas de découpage de viande ? Aucun meurtre, pas de suicidé, pas de sérial killer, pas de torture, pas de mort ? Pourquoi TF1 cartonne avec ses séries américaines ? On n'y parle pas de mort là-dedans ? Pourquoi les laissez-vous regarder ces boucheries perpétuelles ? Vous n'êtes pas offusqués là ? Comme c'est bizarre...

-Non, non, pas de mort, chez nous tout va bien, on ne s'intéresse pas à ça."

MAIS VOUS ETES CONS OU VOUS LE FAITES EXPRES !!!

Ce professeur propose aux adolescents un travail qui les touche, le travail de toute une vie : ALLEZ VOIR EN SOI.

Et il est suspendu...

Oui, ce monde est taré, ce monde est débile, ces adultes sont des ignares, des crétins finis, des incapables.

Et si un jour, ces parents sont appelés à la morgue de l'hôpital pour aller identifier le corps de leur enfant, qu'ils ne viennent pas pleurer que la vie est injuste.

blog

Commentaires (2)

Thierry
  • 1. Thierry | 13/12/2012
Bonjour Yamina. ce texte de Krishnamurti et d'autres, je les ai commentés dans plusieurs posts intitulés "lettres aux écoles" du nom du livre de K. Les enseignants, pour la plupart, sont à des années lumière de cette pédagogie. Merci de votre commentaire.
Yamina
  • 2. Yamina | 13/12/2012
« C'est parce que nous sommes si desséchés nous-mêmes, si vides et sans amour que nous avons permis aux gouvernements de s'emparer de l'éducation de nos enfants et de la direction de nos vies. » Krishnamurti

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau