Répéter inlassablement (politique)

 

 

Robert Badinter, ancien ministre socialiste de la Justice, réagit à l’attaque contre«Charlie Hebdo».

«Devant un tel crime, préparé et exécuté de sang-froid, c’est d’abord aux victimes que pense chacun d’entre nous. Policiers assumant le risque quotidien auquel les expose leur devoir, journalistes réunis pour accomplir leur mission d’information, sans laquelle la démocratie serait étouffée. Ces journalistes-là sont morts pour nous, pour nos libertés qu’ils ont toujours défendues. Sachons nous en souvenir. L’émotion nous saisit aussi à la pensée de leurs familles, de leurs proches, que le crime frappe au cœur par ricochet et qui vivront désormais comme des invalides, amputés de l’être humain qui était une part d’eux-mêmes.

«Au-delà du chagrin et de la pitié s’inscrit le devoir de justice. Nous sommes assurés que les pouvoirs publics mettront tout en œuvre pour identifier et arrêter les auteurs de ces crimes. A la justice de décider de leur sort, en toute indépendance et dans le respect de l’Etat de Droit. Ce n’est pas par des lois et des juridictions d’exception qu’on défend la liberté contre ses ennemis. Ce serait là un piège que l’histoire a déjà tendu aux démocraties. Celles qui y ont cédé n’ont rien gagné en efficacité répressive, mais beaucoup perdu en termes de liberté et parfois d’honneur.

«Enfin, pensons aussi en cette heure d’épreuve au piège politique que nous tendent les terroristes. Ceux qui crient "allahou akbar" au moment de tuer d’autres hommes, ceux-là trahissent par fanatisme l’idéal religieux dont ils se réclament. Ils espèrent aussi que la colère et l’indignation qui emportent la nation trouvera chez certains son expression dans un rejet et une hostilité à l’égard de tous les musulmans de France. Ainsi se creuserait le fossé qu’ils rêvent d’ouvrir entre les musulmans et les autres citoyens. Allumer la haine entre les Français, susciter par le crime la violence intercommunautaire, voilà leur dessein, au-delà de la pulsion de mort qui entraîne ces fanatiques qui tuent en invoquant Dieu. Refusons ce qui serait leur victoire. Et gardons-nous des amalgames injustes et des passions fratricides.»

Laure BRETTON
 

L’imam de Bordeaux et théologien Tareq Oubrou a exprimé vendredi la «colère» des musulmans dont la religion est «confisquée par des fous», des «incultes» religieux, des «déséquilibrés», en marge d’une marche interreligieuse à Bordeaux, où le maire UMP Alain Juppé a appelé à «aider» l’islam face aux pressions radicales.

«Cela fait un moment que nous sommes en colère, depuis les années 1980, nous voyons notre religion dans les main des fous», a lancé M. Oubrou à des journalistes. «Aucune culture, aucun art de vivre. Ils ne sont pas dans la civilisation, ils ne sont pas dans le monde.»

L’islam, «religion de paix de spiritualité, de transcendance, d’un rapport à Dieu pour mieux vivre avec les hommes, est aujourd’hui confisqué par des déséquilibrés à la marge du monde», a ajouté M. Oubrou, l’un des imams les plus influents de France, théoricien depuis des années d’un islam d’intégration.

Plus d’un millier de personnes, emmenées par des représentants des confessions musulmane, chrétienne, juive, dont le grand rabbin de France, ont défilé côte à côte vendredi en une marche oecuménique inédite en France ces derniers jours, faisant le voeu d’un «combat quotidien» contre toutes formes d’extrémisme.

Alain Juppé a pour sa part appelé à aider l’islam modéré. «Il faut que la communauté musulmane exprime fortement son désaccord total avec ce travestissement de l’Islam, cette idéologie qui n’a rien voir avec l’Islam», a déclaré le maire de Bordeaux. Mais «il faut que nous les aidions. Ils sont confrontés eux mêmes à l’intérieur de leur communauté à une forme de pression de prosélytisme, de radicalisme auxquels ils ont du mal à résister», a-t-il ajouté.

S’en prenant aux auteurs présumés des tueries des derniers jours, Tareq Oubrou a dénoncé des «incultes» d’un point de vue religieux. «Ils n’ont aucune culture, ni universelle, ni religieuse, ni théologique, ni biographique du prophète», a-t-il expliqué, rappelant que Mahomet lui-même, loin de se «venger», «pardonna à ses adversaires lorsqu’il parvint au pouvoir».

«Ce sont des gens qui, malheureusement, ne se reconnaissent plus dans la société et veulent se venger d’elle en trouvant un alibi, l’islam», a-t-il ajouté. «Au lieu de trouver un sens pour leur vie, ils trouvent un sens pour leur mort». En commentant d’ailleurs une «aberration théologique monumentale, car on ne cherche pas le martyre, on le subit», a insisté l’imam.

AFP
 

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau