Rythmes scolaires...Suite...

 La situation au niveau national :

 

 

1.rentrée 2013, alors que la réforme devait être la règle qui s'imposait à tous, moins de 20% des communes la mettait en place soit 3852.

2. Et depuis la rentrée, plusieurs, parmi celles-ci, ont abandonné face aux difficultés qu'elles rencontraient pour la mettre en œuvre.

 

3.lors du dernier congrès des maires de France l'enquête réalisée par le Ministére de l'Education Nationale auprès des villes qui ont mis en place cette réforme est édifiante.
Tout d'abord, seules 1100 sur les 3852 ont bien voulu répondre sur une question aussi cruciale pour la vie de leur commune. Soit 28% qui ont répondu. Sur ces 28 %, 83 % se sont dites satisfaites. Ce chiffre important de 83% de réponses favorables sur 28 % de communes, démontre à lui seul qu'en réalité seule les communes satisfaites ont répondu à cette enquête. Ce qui signifie que 72 % des communes ne sont pas satisfaites de la mise en œuvre de le Réforme des rythmes scolaires. Pire encore sur les 28 % de réponses, 77% déclarent avoir du mal à financer la réforme qui leur coûte entre 150 et 200 € par élève....

 

  1. Dès la rentrée 2013, des communes ont annoncé qu'elles ne mettraient pas en place la réforme. Après menaces de poursuites, le Ministère a finalement renoncé à s'engager dans une telle voix.

  2. Tout devait être bouclé d'ici fin janvier 2014. Rien n'est fait. Là, où les CDEN se sont tenus ce sont souvent seulement entre 1/3 et ½ des communes qui ont fait des propositions. Et de nombreux CDEN ont été repoussés.

  3. Actuellement ce sont 1733 communes qui ont déclaré qu'elles ne mettraient pas en place la réforme, dont 600 organisées sous un collectif de maires. Dans le Val de Marne seules 6 communes mettront en place la réforme toutes les autres ont déclaré qu'elles ne l'appliqueraient pas.

 

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau