Sur le savoir

 
La vérité est inévitablement partielle. Les imbrications entre les situations et les gens concernés, les effets, les conséquences, tout est bien plus complexe qu'au premier abord. Si on s'en tient aux "versions officielles" et aux intentions des "décideurs", la vérité sera tronquée. Elle ne sera que la version qu'ils en donnent.
L'école devrait apprendre aux enfants à ne pas avoir confiance, à priori, mais uniquement à avoir confiance, après toutes les recherches possibles et toutes les contradictions les plus folles. Celui-là est fou qui se contente d'accuser celui qui doute d'être un complotiste. Et pour ne pas regarder en lui-même, la terreur que représente la prise de conscience que les "Décideurs" sont fous eux aussi, l'anti-complotiste, adopte la parole commune. Pure folie. 
 

"Il y a deux vérités; L'histoire officielle, menteuse, puis l'Histoire secrète où sont les véritables causes des évènements. "

Honoré de Balzac.

 
 
Voilà ce que se contente de faire nos écoles. Des citernes gonflées de connaissances. Et plus les études seront longues, plus l'individu se spécialisera dans un domaine mais cela ne signifiera pas pour autant que l'individu aura évolué spirituellement...Il sera peut-être un individu totalement intégré au système de valeurs qui lui auront été inculquées. Compétition, ego, mental, puissance financière ou hiérarchique....Juste l'élaboration de castes qui contribuent à la violence parce que les valeurs associées sont celles de la "lutte"....La lutte des classes....L'expression est bien choisie.
Nos élèves ne savent rien s'ils se contentent d'être des citernes. Et si cela leur suffit, c'est que les enseignants n'ont pas été ce qu'ils auraient dû être. Des éveilleurs de conscience.
 
 
Voilà ce que nos élèves devraient entendre. "Tes connaissances ne sont nullement un savoir. Ne t'enorgueillis pas de tes diplômes. Ou alors, vraiment, c'est que tu ne sais rien."
 
J'ai connu, quand j'étais au collège, un ancien Poilu de 14-18. J'en ai déjà parlé sur ce blog. Il s'appelait François. Il ne lisait pas, n'avait pas la télé, juste une radio mais il pensait beaucoup, par lui-même. Et je pouvais l'écouter parler une journée entière. Et lorsque je me couchais le soir, je réfléchissais à tout ce qu'il m'avait expliqué, raconté, détaillé, analysé....Sur les hommes, 'lamitié, l'amour, la passion, la folie, la curiosité, l'amour de la Nature. Il n'avait aucun diplôme et je me souviens de tout encore aujourd'hui. Je serais par contre incapable d'énumérer tout ce que j'ai oublié de ce que j'ai "appris" dans mes années d'école.... C'était juste des nourritures qui finissaient en excréments. Parce que les enseignants censés m'éveiller était tout aussi endormi que moi, qu'il n'y avait aucune vie en eux, aucune passion, aucune amour....Surtout ça. Aucun amour. 
 
 
Voilà ce que l'amour déclenche. La révélation de l'être réel, le Soi, celui qui existe, profondément, celui qui a besoin, absolument besoin, de s'exprimer avant de mourir étouffé sous les excréments intellectuels. 
 
L'école prônée par les gouvernements ne veut pas d'individus éveillés. Elle veut des ouvriers ou des ingénieurs. Elle veut juste des individus intégrés dans un systéme économique. 
C'est d'ailleurs bien pour ça que le "revenu universel" a autant de mal à faire son chemin dans la tête des gens.
"Ne pas travailler et toucher de l'argent ? " Mais, c'est scandaleux ça ! 
Non, ce qui est scandaleux, c'est que l'école martèle ce message pendant des années....
Elle n'a pas à se prostituer de la sorte.
 
Elle est là pour l'éveil spirituel de chacun et que chaque individu, en pleine conscience, en pleine liberté de penser, sans qu'aucune pression ne soit exercée, puisse construire sa vie sur SES PROPRES VALEURS. Des valeurs essentiellement tournées vers le Bien. 
L'établissement de castes n'est pas tournée vers le Bien mais vers la lutte. "La lutte des classes". L'expression parle d'elle-même.  
Pour la majorité des gens, il y a les diplômés et les autres, il y a les instruits et les incultes, il y a les travailleurs et les fainéants. 
Oui, alors, juste une question : "Qui et depuis quand ont été établis les critères qui permettent d'établir un tel classement ? "
 
Une fois que la réponse aura été trouvée, on pourra continuer à discuter. Sinon, c'est inutile. Ca ne sert à rien de parler avec quelqu'un qui dort.....
 
 
 
 

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau