"TéléProfs" (école)

Il va bientôt falloir prévenir le WWF de classer l'espèce enseignante en voie de disparition. 

Ou organiser un téléprof pour récolter des volontaires (mais y'aura pas les fonds pour les payer....)

Bon, pour les commentaires que j'ai laissés volontairement, ça donne aussi une idée du "désamour" profond de la population envers les enseignants (pas tous, heureusement...).....

 


L'Education nationale lance une campagne télé pour recruter des profs

 
L'Education nationale lance une campagne télé pour recruter des profs

Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Afin de compenser les départs en retraite et de pourvoir aux créations de postes annoncées par François Hollande, l'Education nationale lance ce mercredi une campagne télévision et web de recrutement des professeurs. La séquence de trente secondes fait apparaître des écoliers dans une cour de récréation puis en classe, interpellant le téléspectateur. "J'ai besoin de vous pour trouver" ma voie professionnelle, dit une collégienne. "Est-ce que tu peux venir m'aider ?", demande un élève de primaire, dans le but notamment de susciter des vocations.

Des besoins criants

Il faut dire que dans certaines matières, les besoins sont criants. L'an dernier, le nombre d'admis au Capes de mathématiques s'est élevé à seulement 794 sur 1.592 postes ouverts...! La situation est tout aussi alarmante en lettres classiques, avec 93 admis sur 300 postes à pourvoir. En anglais, le nombre de profs recrutés s'est élevé à 824, alors que l'Education nationale en espérait 1.260... Résultat : de plus en plus de collèges et lycées recrutent des contractuels, de niveau licence, comme en témoignent les offres parues sur le site de Pôle Emploi.

25.000 recrutements en 2015

Dans un communiqué, l'Education nationale rappelle qu'elle recrutera 25.000 enseignants cette année. Dans le détail, à la prochaine rentrée, le gouvernement compte renforcer le nombre de professeurs, notamment dans les académies difficiles. A Créteil par exemple, 448 postes doivent voir le jour dans le premier degré et 398 dans le second degré. Les effectifs doivent également être renforcés à Aix-Marseille, Versailles ou encore Grenoble.

 — ©2015, Boursier.com

11 réactions à cet article : participez à la discussion

  1. la question principale : pourquoi le métier de prof n'attire-t-il plus ?

    Ce matin à 11h36
  2. faudrait faire une émission de télé réalité pour recruter...

    Aujourd'hui à 13h11
  3. Mon fils, maitrise Histoire, écrit Capes seulement, enseignant vacataire puis contractuel pendant 7 ans a été jeté par l'administration Sarko, pour voir le Flamby titulariser au petit bonheur la chance des privilégies en 2013 !!! Il manque de prof de français en technique où il pourrait enseigner mais l'E. Nationale étant à la dérive la gestion se fait entre le rectorat, les recteurs vont toucher une prime exceptionnelle de 10000 €, et les syndicats !!! Et Pantin a la TV ns annonce des réformes

    Aujourd'hui à 13h30
  4. Merci Allègre et merci à tous ceux qui ne se gênent pas pour "cracher" sur les profs, y compris sur ce sîte.
    Les profs sont dénigrés, le niveau de diplôme exigé a beaucoup augmenté, le temps de préparation des cours est toujours plus long avec l'informatisation... mais les salaires ont stagné, le tout avec une dégradation des conditions de travail (nombre d'élèves trop élevé dans les classes, potitique de non redoublement et d'amener tout le monde au BAC, y compris des élèves absolument pas motivés, enfant-roi, parents-démissionnaires)... la liste est longue pour ne pas avoir envie d'être prof!

    Aujourd'hui à 13h33
  5. Hélas.

    Les parents, du reste, ne sont pas que démissionnaires. Les inspecteurs assistent aujourd'hui à des comportements ahurissants, avec des parents qui se présentent sur place pour en découdre avec les enseignants et qui se taguent de pouvoir "faire bien mieux."

    J'ai encore le souvenir d'anciens élèves qui s'arrêtaient dans la rue pour remercier leurs enseignants de leur avoir appris à lire et à calculer.

    On se levait, quelques années avant cela encore, devant le "maître d'école".

    Aujourd'hui à 13h37
  6. Sans vouloir dénigrer de quelque façon que ce soit les profs, la réelle faiblesse des salaires de profs n'est que la contrepartie de 16 semaines de congés et du faible nombre d'heures hebdomadaire...

    On ne peut avoir le beurre et l'argent du beurre. Visiblement en ses temps de vie chère, les jeunes préfèrent la ou est l'argent même s'il doivent se contenter de 5 semaines de congés.

    Peut être pourrons ils prétendre aux niveaux de salaires proposés dans le privé pour un niveau d'études identiques le jour ou ils accepterons aussi d'avoir le même nombre d'heures de travail et le même nombre de jours de congés.

    Aujourd'hui à 13h45
  7. Quand crois-tu qu'un prof peut préparer ses cours?
    C'est avec de telles remarque idiote que l'on dénigre le travail de prof. Mais je suppose que tu as déjà une opinion tranchée d'avance en analysant qu'avec une idée préconçue.

    Aujourd'hui à 13h51
  8. Vous avez raison.... Je dénigre... Comment ai je pu un seul instant imaginer qu'un membre de cette corporation d'élite sous payée et mal considérée soit capable de se remettre en cause et de faire son auto critique ?

    Aujourd'hui à 14h01
  9. Je comprends votre raisonnement, Kicéça. Il est d'ailleurs partagé, de manière bien plus radicale, par la majorité des Français du privé, puisque tout a été fait pour exacerber ce type de raisonnement afin d'obtenir un alibi pour faire accepter certaines coupes.

    Certains professeurs ne demanderaient pas mieux que de pointer et d'effectuer leurs recherches et leurs préparations sur le lieu de travail. Leurs volumes horaires surprendraient alors pas mal de monde.

    Mais on ne leur en laissera pas l'occasion. La vétusté et le dysfonctionnement du matériel de l'éducation nationale rendrait ce type de fonctionnement impossible. Cela aurait en outre pour effet de discréditer la propagande officielle.

    Cela dit, il y a une sécurité de l'emploi que le privé n'offre pas. Je n'en disconviens pas. Il y a aussi, au sein des structures éducatives, un déclin de la conscience professionnelle qui remonte à plus loin que les dégradations des conditions de travail. Ce qui brouille les cartes.

    Mais on ne fera pas avancer la machine. Ce qui est indiscutable, c'est que ce ne sont pas des spots publicitaires qui convaincront qui que ce soit de postuler. L'éducation nationale devra donc continuer à recruter des vacataires via Pôle emploi.

    Les enfants feront donc ce qu'ils peuvent avec ce que l’État aura...

    Aujourd'hui à 14h05
  10. T'as raison. C'est avec de telles idées que ça va faire faire progresser le recrutement de profs!
    Quand il n'y aura plus de gens compétents qui se présenteront, tu feras comment ? Il sera trop tard!!! ........à moins que ce ne soit déjà trop tard.

    Aujourd'hui à 14h11
  11. Si vous le dites.... AMEN

    Aujourd'hui à 14h23

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau