Territorialisation.

LE RECRUTEMENT FUTUR DES PROFESSEURS DES ECOLES PAR LES MAIRIES CONFIRME PAR L'ACADEMIE D'ORLEANS

Le recrutement des professeurs des écoles par les mairies dans un avenir proche se confirme.
Ils perdront donc leur statut d'agent de l'Etat pour un autre statut; reste à savoir lequel...
La réforme des rythmes scolaires est le marchepied de ce projet du gouvernement. Les professeurs des écoles peuvent remercier leurs syndicats SNUipp et SE-UNSA d'avoir soutenu cette réforme.

La perte du statut d'agent de l'Etat, ça signifie la redéfinition totale du métier : les rapports hiérarchiques, le temps de travail quotidien et hebdomadaire, la durée des congés, les salaires et le mode de progression, la sécurité de l'emploi ....

Groupe facebook « Rythmes Scolaires : Arrêtez le Massacre ! »https://www.facebook.com/groups/609556085733767/
Katherine, 23 mai 2014 :
" Le 20 mai 2014 une délégation de parents d’élèves du giennois et de représentantes des Gilets jaunes 45 ont été, à leur demande, reçus à l’inspection académique par Mme l’Inspectrice d’Académie adjointe, l’Inspecteur de circonscription de Gien et deux conseillers pédagogiques chargés des rythmes scolaires
[...] Relations écoles – communes : le tabou du recrutement des enseignants des écoles par les communes est ouvertement levé. Le nouveaux pouvoirs pédagogiques des maires, selon l’administration, cela fait désormais partie de leurs compétences !
Pour Mme l’Inspectrice, il est bon que les communes soient de plus en plus investies dans l’éducation, et il serait même très bon qu'elles gèrent elles-mêmes les écoles.
Pour l’administration, le recrutement des professeurs des écoles « est dans la logique des choses »."Rien de mal à ce que les maires recrutent les enseignants, un jour "
Tout cela étant "en projet", et puis "c’est déjà le cas pour l’aide aux devoirs "
Les conclusions que nous tirons de cet échange avec l'institution est que l'école publique est réellement en danger. Derrière la réforme des rythmes c’est bien du démantèlement de l'Ecole Service Public National, qu'il s’agit. "

Au sujet des projets du gouvernement sur le changement de statut des enseignants en France ( d'agents de l'Etat à employés territoriaux ) à voir aussi:

- Le rapport de la Cour des comptes de mai 2013 " Gérer les enseignants autrement" décrypté sur ce site:
http://www.laviemoderne.net/grandes-autopsies/52-le-fabuleux-rapport-de-la-cour-des-comptes

- La déclarations d'Alain Rousset, président du Conseil régional d'Aquitaine, président de l'Association des Régions de France, en janvier 2014: " « décentralisation totale de l'Éducation », « dans moins de temps qu'on ne croit ».
http://www.sudouest.fr/2014/01/14/alain-rousset-croit-au-rebond-des-territoires-1428765-3900.php

- La déclaration de la directrice de l'iFRAP dans l'émission "C dans l'air" ( la dose quotidienne d'idéologie libérale ) le 31 janvier 2013: « La question c’est surtout aussi de le gérer au niveau central. C’est à dire que, ce que ne veulent absolument pas les agents aujourd’hui, ce serait qu’on imagine que la gestion de l’école se fasse au niveau local totalement. Aujourd’hui on est arrivé à une situation un peu ubuesque, c’est à dire que les communes vont s’occuper des écoles du primaire, et alors elles vont financer la réfection des locaux etc, mais elles vont pas payer les professeurs. Et c’est la même chose pour les départements qui s’occupent des collèges, etc , etc régions, lycées. 
Il y a plusieurs financeurs, et ça, ça casse encore plus la lisibilité du système et l’évaluation du système. 
[…] donc la question, c’est peut-être de décentraliser justement la gestion de l’école, et ça cassera beaucoup aussi de la difficulté à discuter sur cette question du service public, parce que gérer au niveau local, c’est aussi connaître les professeurs qui sont payés par les établissements. On aura moins de professeurs qui ne seront pas devant les élèves, on aura moins d’absentéisme. Donc, toutes ces questions là, c’est aussi la vague, la troisième vague de décentralisation que prépare le gouvernement, c’est décentraliser l’école. »
http://www.ifrap.org/

- Les déclarations de Claudy Lebreton (PS), président de l'Assemblée des départements de France, lors d'une conférence de presse le 6 mai 2014, qui s'est prononcé pour "une Education territoriale et non plus nationale".

Définitivement, la réforme des rythmes scolaires n'est pas une gentille réforme pour le bien des petits enfants :

"le but ultime de cette réforme - en dehors d'embaucher massivement et à grand frais des "jeunes" sans qualification pour faire baisser le chômage est surtout de constituer un vivier de personnel de garderie quand le gouvernement PS modifiera le statut de fonctionnaire d'Etat des professeurs. Face aux grèves massives, les élus locaux n'auront qu'à piocher dans le stock des animateurs recrutés pour assurer le Service Minimum d'Accueil. (on peut remplacer le PS par l'UMP ou l'UDI ou le FN, ça fonctionne aussi)."
http://skhole.fr/a-l-ecole-des-nouveaux-rythmes-par-magali-gaubert#_ftnref17

http://vigilance-rs.clicforum.fr/index.php
https://www.facebook.com/groups/609556085733767/

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau