Tirage au sort

Et si on remplaçait les élus… par des citoyens tirés au sort ! La Belgique y pense fort. Chiche ?

Un ex-ministre belge propose un sénat composé de citoyens tirés au sort. Révolution... ou simple retour aux sources de la démocratie ? L’idée avance.

Par  -

 

Quelles que soient les opinions de chacun, il est un constat largement partagé : le fossé entre politiques et citoyens n’en finit plus de se creuser. La Belgique, bien consciente de ce triste constat, a peut être une idée pour réconcilier tout le monde. Cette idée est révolutionnaire et, pourtant, elle est aussi vieille que la démocratie : il s’agit du tirage au sort !

Crédit photo : Shutterstock

Crédit photo : Shutterstock

Il est urgent que de nouvelles idées émergent pour redonner du souffle à nos démocraties. Or, pour ce faire, quoi de mieux que de revenir, justement, aux origines de la démocratie ? Pourquoi ne pas laisser  le sort choisir ceux qui auront la lourde tâche de nous gouverner ? Après tout, n’est-ce pas ainsi que les Athéniens ont imaginé la démocratie, du temps où ils dominaient le monde ?

Quoi qu’il en soit, c’est précisément ce système qu’un ancien ministre belge veut remettre au goût du jour dans son pays. Peter Vanvelthoven, c’est son nom, veut que les sièges du sénat ne soient plus occupés que par des citoyens tirés au sort !

Crédit photo : snipview

Crédit photo : snipview

La désignation des futurs sénateurs se ferait en deux temps. D’abord, 10 000 personnes seraient tirées au sort parmi tous les Belges de plus de seize ans. Puis, après une grande réunion d’information, tous ceux qui seraient intéressés par le poste pourraient ensuite participer au second tirage au sort : celui qui désignera les 150 sénateurs du pays. Tout simplement…

Crédit photo : Shutterstock

Crédit photo : Shutterstock

Le mandat serait fixé à un an et l’assemblée ainsi constituée aurait le pouvoir de proposer et de débattre des lois.

Aujourd’hui, en France comme en Belgique et dans la plupart des démocraties « modernes », le citoyen ne choisit pas ses lois, il choisit les hommes qui choisissent des lois. Cela fait une (très) grande différence.

Dans l’absolu, le retour aux sources proposé par Peter Vanvelthoven est censé mettre fin aux dérives qui creusent ce fossé entre citoyens et politiques. Les partis perdraient une partie de leur pouvoir qui serait alors rendue au peuple…

Crédit photo : Shutterstock

Crédit photo : Shutterstock

Pour l’heure, la proposition commence juste à être débattue en Belgique. Mais c’est la première fois qu’elle émane d’une personnalité aussi haut placée en Europe (un ancien ministre). Pourvu qu’elle trouve un écho ! Histoire de voir ce que ça donne.

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau